Revenir à la rubrique : Politique

6ème circonscription : Engagement « total » pour Alek Laï-Kane-Cheong

Alexandre Laï-Kane-Cheong et Florence Chane-Tune sont les candidats investis dans la 6e circonscription par la Plateforme réunionnaise regroupant le PS, le PCR, Banian, Europe Écologie-Les Verts, Ansanm et Cilaos. Poussé par cette plateforme, le binôme qui avait récolté près de 47% des voix lors des législatives de 2022 en étant soutenu par aucune machine politique, donne les raisons de ce soutien et espère bien changer la donne face au député sortant, Frédéric Maillot.

Ecrit par S.I. – le jeudi 20 juin 2024 à 19H36

Ericka Bareigts, cheffe de file de la Plateforme réunionnaise, a insisté sur l’importance d’une union « qui respecte les identités politiques de chacun », mettant en avant « la transparence et le respect mutuel » comme clés de cette alliance. « Quand on additionne beaucoup d’idées, quand on additionne beaucoup d’intelligence, cela donne une offre peut-être plus valable pour La Réunion que si on soustrait », déclare la première secrétaire fédérale du PS. La maire de Saint-Denis a également mis en avant « la détermination » et « le volontarisme » du duo Laï-Kane-Cheong/Chane-Tune pour remplir le rôle de député. « Ils font les choses par conviction. Personne n’achète personne, il n’y a rien à vendre ici », tient-elle à préciser.

Maurice Gironcel a également apporté son soutien. « Nous avons une responsabilité historique de lutter contre les idées de l’extrême-droite et de construire un projet réunionnais fait par et pour les Réunionnais. Aujourd’hui, nous unissons nos forces et nous voyons ensemble ce qui nous rassemble plutôt ce qui nous divise », clame le secrétaire général du PCR.

Lors de ce point presse qui s’est tenu au radier de Marencourt, Alek Laï-Kane-Cheong et Florence Chane-Tune ont insisté sur la lassitude des électeurs face à la fragmentation politique, tout en soulignant que la co-construction avec des partenaires de différents horizons politiques « n’était pas nouvelle » pour eux.

Néanmoins, le soutien obtenu par le binôme Laï-Kane-Cheong/Chane-Tune a été très critiqué par d’anciens membres de Croire et Oser, comme Olivier Dugain. Lors d’un point presse donné ce mercredi, ce dernier – qui a entre-temps appelé à voter pour le député sortant Frédéric Maillot – qualifiait de « supercherie politique » le ralliement de la Plateforme réunionnaise à la candidature d’Alek Laï-Kane-Cheong, mettant en avant le non-alignement originel de Croire et Oser, et ce même si d’autres cadres du parti avaient par le passé rejoint d’autres mouvances politiques.

 

Garder le silence sur « les coups de canif« 

 

Interrogé sur ces critiques, le duo ne souhaite pas faire de commentaires, estimant que les propos de leur ancien camarade « n’appartiennent qu’à lui ». « Je ne vois pas quelle est la proposition concrète qu’il y a derrière ce type de comportement. Nous, pour l’avoir vécu, on sait. Cette histoire, elle nous appartient », lance simplement Florence Chane-Tune. Elle insiste sur le besoin de dépasser les querelles internes « pour construire ensemble », soulignant que les électeurs « en avaient assez » des partis qui se battent entre eux.

Un avis partagé par Alek Laï-Kane-Cheong, qui préfère garder le silence sur « les coups de canif qu’on a pu recevoir » de la part d’anciens membres de Croire et Oser. « Ça amuse certains de se raccrocher à un torchon qui n’a jamais brûlé et je ne fais même pas étalage des difficultés statutaires qui n’ont jamais été respectées pour ces gens-là. On parle de « militants », moi je peux sortir des listings où il n’y a pas de carte d’adhérent donc en fait, je ne sais pas de qui on parle ».

 

Un changement de « méthode » mais de pas de « conviction« 

 

Il ajoute que si la conviction « n’a pas changé », la méthode pour le faire, en revanche, « oui ». « Les postures d’opposition ont peut-être nourri les contradictions qui apportent les solutions. Ce n’est que le débat démocratique qui permet cela. Si en étant opposants, cela nous a permis de mettre le doigt sur des sujets sensibles, ça nous assure que demain, on aura un interlocuteur engagé pour dire « Maurice et Ericka, je ne suis pas d’accord avec ça et il faut trouver une solution », argue-t-il.

Rappelant que les responsables politiques engagés à ses côtés « ne l’étaient pas en 2022 », Alek Laï-Kane-Cheong et Florence Chane-Tune se félicitent de voir que leurs propositions ont aujourd’hui « convaincu ». « Ericka et Maurice ont parlé de sagesse (…) On peut construire sur du lien intergénérationnel et je pense que c’est une belle marque de confiance qu’on adresse à la population », assure le leader du Croire et Oser.

Alek Laï-Kane-Cheong a insisté sur l’importance d’un engagement « total » dans le mandat de député. « Cela ne sert à rien d’avoir été vice-président de la Région pour sauter sur le mandat de député, quand la délégation de l’économie sociale et solidaire (ESS) n’a pas déjà été occupée comme il le fallait. Moi, j’ai fait quatre ans en tant qu’élu local. Nous sommes désormais capables de discuter avec les partenaires que nous avons vu à table et nous voulons être dans ce dialogue institutionnel à l’Assemblée pour porter une voix de l’insularité et surtout forte ».

Et en cas de victoire le 7 juillet prochain, il préfère attendre la future recomposition de l’Assemblée nationale pour se prononcer sur l’adhésion à un groupe parlementaire. « Je sais que Florence et moi on se battra avec hargne contre ce populisme ambiant. On ne siègera pas avec ces gens-là (…) Je pense que c’est uniquement dans des postures modérées qu’on peut peut-être avoir le luxe de la réflexion », confie-t-il.

 

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
38 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Huguette Bello, Première ministre : « Une solution » pour Jean-Luc Mélenchon

Le fondateur de la France Insoumise a apporté son soutien à la proposition du Parti communiste français qui a cité Huguette Bello comme possible candidate à la tête d’un gouvernement de coalition à gauche. Le PCF et LFI sont favorables à cette idée, mais le Parti socialiste n’a pas encore donné son avis sur le sujet et doit tenir son conseil national ce samedi pour statuer sur le sujet.

Huguette Bello, Première ministre : Les arguments en sa faveur

L’Humanité a révélé que le Parti communiste français a proposé le nom d’Huguette Bello comme possible Première ministre venue de la coalition de gauche. Une hypothèse formulée suite aux désaccords entre les grands partis et qui prend un peu d’ampleur en cette fin de semaine alors que le Nouveau Front populaire n’arrive pas à se mettre d’accord.

Des figures dissidentes de La France insoumise lancent un nouveau mouvement politique

Plusieurs anciennes figures de La France insoumise (LFI), n’ayant pas été investies par leur parti lors des législatives anticipées, ont annoncé aujourd’hui la création de leur propre mouvement politique.
Parmi ces figures, on retrouve Clémentine Autain, Alexis Corbière, Danielle Simonnet et Raquel Garrido.
Ce nouveau groupe se nomme l’Association pour une république écologique et sociale (L’Après).

Qui prendra les rênes de la Région si Huguette Bello devient Première ministre ?

Contrairement au Conseil municipal qui doit à nouveau voter si le maire laisse son poste vacant, pour le Conseil régional, le premier vice-président est chargé d’assurer provisoirement la fonction. Si Huguette Bello est appelée à diriger le gouvernement, Patrick Lebreton deviendra donc de facto le patron de la Pyramide inversée.