Revenir à la rubrique : Politique

2e circonscription : Un 3e mandat pour Karine Lebon

Troisième mandat pour Karine Lebon sur la 2e circonscription. La députée obtient 67,46% des voix. Face à la candidate NFP, Christelle Bègue (RN) enregistre 32,54% des voix. 45,14%, c'est le taux de participation sur la circonscription qui regroupe une partie de Saint-Paul, Le Port et La Possession. En 2022, le taux de participation était juste en dessous des 30% (29,17%).

Ecrit par N.P. – le dimanche 07 juillet 2024 à 18H27

Le déroulé de la soirée

20h51 : Karine Lebon s’exprime suite à sa victoire face à Christelle Bègue. « Nous ne vous décevrons pas », commente-t-elle en saluant ses « camarades » du Nouveau Front Populaire élus. Et d’ajouter : « Vous avez dit non au vide et à l’incompétence« .

La députée attend à présent de connaître les résultats au national. « C’est ce qui nous préoccupe« , indique-t-elle. « Pour La Réunion, nous avons résisté, nous avons envoyé 6 députés de gauche du Nouveau front populaire« , se félicite-t-elle.

19h30 : Selon les premières estimations, Karine Lebon est réélue.

19h41 : Sur 15 bureaux de Saint-Paul, Karine Lebon creuse toujours l’écart (65,29% contre 34,7% pour Christelle Bègue).

19h26 : Karine Lebon en tête suite au dépouillement de la première centaine de l’ensemble des bureaux de vote du Port (69,8% contre 30,2% pour Christelle Bègue).

18h53 : Le dépouillement du 1er bureau de St-Paul est terminé. Karine Lebon est pour le moment en tête.

18h46 : Le taux de participation à 18h à St-Paul (2e circonscription) est de 45,87% et de 42,82% au Port.

18h24 : La première centaine a été dépouillée dans le bureau 1 de Saint-Paul.

Le point avant le second tour

La députée sortante, Karine Lebon, est sortie du premier tour des élections législatives de 2024 en ballottage très favorable. La candidate du Nouveau Front populaire a obtenu 47,72% des suffrages exprimés. Elle devance largement la candidate du Rassemblement national, Christelle Bègue (21,31%), repêchée pour participer au second tour. Elle n’avait en effet pas atteint la barre des 12,5% des votes auprès des électeurs inscrits nécessaire pour se qualifier directement pour le scrutin de ce dimanche : la candidate RN avait échoué à 8,37%, mais se retrouve au second tour car elle s’est retrouvée en deuxième position sur la 2e circonscription. 42,13% des électeurs s’étaient déplacés dimanche dernier pour voter dans ce secteur de l’île.

En 2022, Karine Lebon a été élue avec 69,39% des suffrages exprimés au second tour. À l’époque, seulement 29,17% des électeurs de la deuxième circonscription avaient voté.

Les résultats officiels provisoires du second tour des élections législatives anticipées de 2024 sont attendus vers 22h.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Bilan de mi-mandat : Le terrain pour les rodéos bientôt prêt

S’il reste encore deux ans à Olivier Hoarau pour remplir ses promesses de campagne, certains dossiers continuent leur chemin comme le futur terrain de rodéos à deux-roues, ou le projet de l’Amiral. D’autres, comme la piscine intercommunale, semble encore dans les limbes.

Législatives : Après le chaos, le statu quo

Après une dissolution de l’Assemblée nationale, des élections législatives anticipées, une campagne tumultueuse et une mobilisation record des électeurs, le camp Macroniste s’est de nouveau retrouvé majoritaire lors du vote inaugural de la nouvelle législature. Yaël Braun-Pivet, protégée d’Emmanuel Macron, reprend sa place au perchoir de l’Assemblée nationale et prouve que malgré le séisme électoral, les plaques tectoniques de la politique française n’ont en fait pas vraiment bougé.