Société

Changement de cap à l'Université

Lundi 18 Septembre 2017 - 17:23

Il y a un an, l’Université de la Réunion changeait de présidence. La gouvernance partagée entre Frédéric Miranville et Gilles Lajoie amorce un changement de cap, dont le bilan et les perspectives ont été présentés lors d’une conférence de presse ce matin.


Plus de moyens, mais également plus d’étudiants pour l’université de la Réunion. Avec un budget en hausse de 5% passant à 129 millions d’euros, 900.000 euros sont alloués à la seule augmentation des effectifs et la création de 12 emplois.

L’accent sur la sécurité

Un des postes de priorité majeur pour l’Attribution de budget a été la sécurité sur le campus du Moufia. Suite à la tentative de viol d’une étudiante l’année dernière, de nouveaux dispositifs ont été mis en place.


"Le dispositif de sécurité de l’université a été complètement renforcé. Nous avons doublé les effectifs de sécurité, nous avons rehaussé nos grilles, nous avons revu notre vidéo surveillance, nous avons mis un contrôle d’accès aux frontières de l’université. Le dispositif de sécurité a été bien accueilli et fonctionne parfaitement pour cette rentrée", précise Frédéric Miranville.

Au delà de ces changements fonctionnels, c’est toute l’approche de l’offre d’enseignement qui a été revue depuis le changement de présidence. 1,5 million d’euros de plus ont été alloués à l’université par le ministère de l’Éducation.

"Nous allouons des moyens aux priorités fixées: la réussite en formation, le développement de la recherche, l’internationalisation et l’ensemble des démarches d’amélioration de vie" a ainsi précisé le président de l’université.

Un "diplôme pour les étudiants qui n’ont pas trouvé leur voie"

La création d’un guichet unique permettra la formation "à tout âge et à tout moment de sa vie" avec une offre de formation basée sur la proximité avec le marché du travail, la réactivité en offrant des formations qualifiantes.

Parmi les innovations, le "diplôme pour les étudiants qui n’ont pas trouvé leur voie", le cycle préparatoire à l’enseignement supérieur et à l’insertion professionnelle (CPESIP). En clair, une année de transition entre lycée et université. Une démarche qui devrait permettre de désengorger les demandes d’admission en première année dans les filières saturées.

Une classe préparatoire aux concours administratifs de catégorie A et A+, dispositif unique en France, a également été inaugurée. Cette "prépa" permet de valider un niveau Master 1 en droit public.

L’accent est également mis sur le développement de la recherche, avec la structuration du pôle de 21 unités de recherche, mais également l’injection de 100.000 euros pour les laboratoires.

Enfin, dans les cartons des projets à venir, "l’université 3.0", avec des cours interactifs en temps réel pour les quizz par exemple, ou l’accès en ligne à des cours complets.

La nouvelle présidence a donc ainsi démontré sa volonté de se démarquer de ses prédécesseurs, avec en ligne de mire l’objectif de se hisser dans le classement national des établissements pour la réussite en premier cycle.
 
Laurence Gilibert - laurence.gilibert@zinfos974.com
Lu 2141 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Novembre 2017 - 17:50 [VIDEO] La balade d'une tortue à l'Ermitage

Samedi 18 Novembre 2017 - 17:23 400 élèves au Raid UNSS du Sud