Revenir à la rubrique : National

5e jour de violences en Nouvelle-Calédonie : Des incendies, des difficultés à se soigner et à se nourrir

Au bilan de cette nouvelle nuit de violences, des incendies alors que les difficultés d'accès aux soins et à l'alimentation se font de plus en plus sentir.

Ecrit par N.P. – le vendredi 17 mai 2024 à 07H26
Capture d'écran Google Maps

Au 5e jour de violences sur le Caillou, Louis Le Franc note, du fait de l’état d’urgence, une “situation plus calme et apaisée dans le grand Nouméa”, a indiqué le représentant de l’État lors de son point presse de ce vendredi matin.

Toutefois, “trois policiers ont été blessés par balles à Nouméa, lors d’une tentative de pillage d’une armurerie », indique le haut-commissaire. À Kouaoua, les centres miniers ont été attaqués et vandalisés. La serpentine qui transporte le minerai de nickel est en feu. Une école et de deux entreprises ont également été incendiées. La situation reste encore tendue dans certains quartiers. « Ce sont des zones où il y a plusieurs centaines d’émeutiers, qui attendent le contact avec les forces de l’ordre », assure le haut-commissaire.

Depuis le début des violences, 5 personnes sont décédées. Deux gendarmes, dont un de manière accidentelle, et trois kanaks ont trouvé la mort. Une personne suspectée d’être impliquée dans la mort de deux kanaks s’est rendue, indique le Monde. 

Alors que les renforts massifs de sécurité intérieure sont en partie arrivés, les autorités ont pour priorité de sécuriser les accès aux services de santé.

Les incendies de commerces et supermarchés rendent de plus en plus difficiles également l’accès à la nourriture. Une chaine de solidarité s’est mise en place dans laquelle “chacun donne ce qu’il peut à celui qui en a besoin”, a indiqué une Réunionnaise installée sur place.

Dans un communiqué, la CCAT a déploré la perte de vies, “celles de nos jeunes assassinés par les milices cautionnées par l’État et les responsables non-indépendantistes, et celle du jeune gendarme », relaye Nouvelle-Calédonie la 1ère. » Face à l’entêtement de l’État à vouloir imposer la modification de la Constitution, nous dénonçons l’irresponsabilité de l’État et nous le tenons pour responsable des pertes de vies humaines, des exactions et des saccages du tissu économique du pays », a également pointé la CCAT qui demande dans le même temps  « un temps d’apaisement pour enrayer l’escalade de la violence. » 

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
24 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Contre l’alliance avec le RN, Eric Zemmour exclut Marion Maréchal-Le Pen de Reconquête

Les tensions sont vives au niveau national alors que les partis et représentants d’extrême-droite ainsi que ceux qui leur tendent la main s’entredéchirent. Marion Maréchal-Le Pen avait démarré les pourparlers avec Jordan Bardella pour une union d’extrême-droite en vue des Législatives. Une alliance rejetée par Eric Zemmour qui a accusé sa tête de liste des Européennes de l’avoir trahi. Il l’a donc exclue de son parti.

Emmanuel Macron propose une nouvelle majorité gouvernementale aux Républicains, Socialistes et Verts

Emmanuel Macron a exposé en fin de matinée, pendant une conférence de presse qui a duré près de trois heures, sa stratégie à une dizaine de jours du premier tour des élections législatives consécutives à sa décision de dissoudre l’Assemblée nationale.
Il a invité à un rejet des extrêmes, le Rassemblement National (RN) et La France Insoumise (LFI), même s’il ne les cite pas explicitement, et à une réunion des démocrates au sein d’une nouvelle majorité de gouvernement et autour d’une « fédération des projets » des républicains comprenant selon lui les sociaux-démocrates, la droite gaulliste et les écologistes.
Les premières réactions, aussi bien au Parti Socialiste (PS) que chez Les Républicains (LR), semblent indiquer qu’ils ne sont pas prêts à franchir le pas. En tous les cas, pas avant le premier tour. Il pourrait en être autrement après le 7 juillet, dans l’hypothèse où ce serait le seul moyen d’éviter une arrivée du RN au pouvoir.

Législatives 2024 : Emmanuel Macron présente son programme

Le président de la République s’est exprimé ce mercredi midi au sujet des Législatives 2024. Il a d’abord salué le travail de son gouvernement face à l’effritement de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale, avant d’évoquer les résultats des Européennes et les mesures qui seront au cœur du programme pour les élections législatives.

Le RN arriverait en tête selon un premier sondage sur les intentions de votes aux législatives

TF1 vient de publier les résultats d’une enquête menée par l’Ifop sur les intentions de vote au premier tout des législatives du 30 juin prochain auprès d’un échantillon de 1 089 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 1 205 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, réalisée du 10 au 11 juin 2024. Les chiffres sont des pourcentages des suffrages exprimés.
On découvre que le RN arriverait dans toutes les hypothèses en tête, mais qu’il serait talonné par la Gauche. Le parti d’Emmanuel Macron serait distancé.
Attention. Il ne s’agit là que d’un sondage réalisé à trois semaines du scrutin. Mais surtout, il ne s’agit que de projections sur des pourcentages de votants du premier tour et ne correspondrait en rien avec le nombre d’élus susceptibles de se faire élire au second tour. Il ne tient bien évidemment pas compte des consignes de vote qui pourraient être données (ou ne pas être données) par les candidats battus du 1er tour. Et ne répond par exemple pas à la question d’un éventuel front républicain anti-RN.
Mais surtout, il ne peut anticiper l’éventuel « effet de vague », c’est à dire la dynamique dont pourrait profiter le RN après sa victoire aux Européennes.