Economie

CCIR : Se former en métropole pour "anticiper" l'avenir de la profession transport


CCIR : Se former en métropole pour "anticiper" l'avenir de la profession transport
 
Les commissions Transport et Formation de la CCIR (Chambre de commerce et d'industrie de la Réunion) ont présenté leur programme d'action à destination de la filière transport de la Réunion. "Une action de proximité à destination des acteurs du transport", souligne Jean-Bernard Caroupaye, président de la commission transport à la CCIR mais aussi président de la FNTR (Fédération nationale des tramporteurs routiers), qui se concrétise par deux formations professionnelles dispensées en métropole pour une quinzaine de chefs d'entreprise de transports Réunionnais.

"Nous nous engageons dans un combat de proximité et de soutien à la profession. La CCIR a une écoute attentive de la filière. Ma volonté est d'aller plus loin en inscrivant notre profession dans un cercle vertueux et dans une dynamique positive", explique Jean-Bernard Caroupaye.

La CCIR a mis en place un déplacement professionnel vers la métropole avec, au programme, deux formations pour les chefs d'entreprise réunionnais sur "l'analyse et la maîtrise des coûts de revient des prestations de transports de marchandises" et "l'engagement de son entreprise dans une démarche de développement durable". Des formations combinées avec la visite d'un salon spécialisé dans le transport, Solutrans, et celle du Centre logistique et transport "Min Rungis", en vue de la création de la future centrale d'achat réunionnaise (voir ici : Une centrale d'achat à la Réunion à l'horizon 2015 ? ).

Anticiper sur l'avenir de la profession qui s'annonce "fragile"

"Nous cherchons à trouver des solutions innovantes pour améliorer le transport à la Réunion", ajoute Jean-Bernard Caroupaye. L'idée est de ramener de ce voyage des solutions, mais surtout "importer" les méthodologies apprises au cours des formations. "Nous voulons faire profiter au maximum des méthodologies enseignées et les inculquer aux patrons réunionnais. Les professionnels manquent de formation, c'est une réalité sur le terrain", lâche-t-il.

Des formations et une visite de terrain pour anticiper sur l'avenir de la profession qui s'annonce "fragile", ajoute Ibrahim Patel, président de la CCIR, si les professionnels réunionnais du transport n'évoluent pas. "Nous n'avons pas le choix, nous sommes à un tournant historique et ce voyage va permettre d'approfondir les connaissances. Les années 2012 et 2013 s'annoncent difficile sur le plan économique et il faut pouvoir tenir l'activité de transport à la Réunion", ajoute le président de la CCIR.

Deux formations, dispensées par des experts nationaux de l'AFT FTIM (premier organisme de formation dans le domaine du transport), pour mieux appréhender le futur métier de transporteur qui "évoluera" en raison des nouvelles normes ou encore législations européennes, notamment en matière de développement durable ou d'écologie. "La seconde formation sera un moyen pour une entreprise de transport de rentrer dans une dynamique de développement durable, comme adopter une conduite différente, avoir du matériel plus économique (…). Nous serons, par exemple, très attentifs sur le matériel hybride qui sera présenté au salon Solutrans", rappelle Jean-Bernard Caroupaye.

Ce voyage professionnel a "enthousiasmé" les professionnels du transport. La CCIR a enregistré une centaine de demandes de la part de chefs d'entreprise du secteur. "Il n'y avait pas de place pour tout le monde, nous avons fait une sélection par région (…). Mais que tout le monde se rassure, il y aura d'autres déplacements et d'autres formations à venir", conclut le président de la commission transport.
Lundi 28 Novembre 2011 - 12:48
Lu 1610 fois




1.Posté par midiaou le 28/11/2011 14:40
Voilà comment on dépense de l'argent (la crise connait pas à La CCIR) par contre pour taxer les commercants il n'y a aucun probleme. Les papiers vient de sortir justement. Pourquoi ne pas faire venir un ou deux formateurs pour satisfaire plus de 100 demandes indiquées. Moi je dis faut plus payer et en plus la décisions de partir ne nous a pas été demander aux votants de la chambre. Après ce groupe à qui le tour?

2.Posté par AVATAR le 28/11/2011 18:41
la valse des billets d avion pour les alimentaires des boites aux lettres et les billets arriveront par la poste preparé vos passe.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales