Economie

2.300 auto-entrepreneurs à la Réunion en 2009

Près de 170 personnes se sont déplacées hier en fin de journée afin d'assister à une conférence d'information sur la réforme, "Les modalités du régime de l'Auto-entrepreneur". Un succès pour le président national de l'Union des Auto Entrepreneurs (UAE), François Hurel, spécialement venu pour cet échange. Fondateur de l'Union, il est aussi l'auteur du Rapport au Gouvernement en faveur d'une meilleure reconnaissance du travail indépendant, à partir duquel le Régime de l’Auto-Entrepreneur a été créé.


François Hurel, président de l'Union des Auto-Entrepreneurs. (Crédit photo : Richard Duart)
François Hurel, président de l'Union des Auto-Entrepreneurs. (Crédit photo : Richard Duart)
320 000 auto-entrepreneurs en France, autant dire que ces acteurs économiques deviennent incontournables dans le paysage sociétal de notre pays. Et la "mayonnaise" prend aussi à la Réunion puisque l'on dénombre 2.300 auto-entrepreneurs en 2009, avec une moyenne actuelle de dix inscriptions par jour.

Hier, en fin d'après-midi, une conférence menée par le président de l'Union des Auto-entrepreneurs, François Hurel, a attiré environ 170 personnes. "Un succès" pour le président qui, à l'issue de la rencontre, était tout à fait satisfait de la richesse des échanges.

Le statut d'auto-entrepreneur est donc en plein essor et peut concerner n'importe qui. "J'ai insisté sur cette notion d'universalité. N'importe qui, que l'on soit chômeur, étudiant, retraité, salarié, peut devenir auto-entrepreneur", explique François Hurel. Pour certains, il permettra de bénéficier d'un revenu complémentaire, pour d'autres, il s'agira d'une activité indépendante principale. Par ailleurs, le président a insisté sur sa simplicité. "Il suffit de faire une simple déclaration, papier ou sur Internet", rappelle François Hurel. Attention, il ne faut cependant par se radier pour ensuite se réinscrire au titre de la même activité dans le but de bénéficier du régime de l'auto-entrepreneur : le dossier d'inscription sera alors rejeté car la personne ne sera pas considéré comme créateur.

A la question, "comprenez-vous l'inquiétude des artisans qui voient dans ce statut, l'arrivée d'une concurrence déloyale?", François Hurel explique que les craintes des artisans sont légitimes : "Et des réponses ont été apportées : les auto-entrepreneurs doivent s'inscrire au répertoire des métiers". Toutefois, le président de l'UAE ne croit pas en l'idée d'une concurrence déloyale, "tout simplement parce que le chiffre d'affaire de l'auto-entrepreneur est limité" (réalisation d'un chiffre d’affaires inférieur à 80 300 € HT pour de la vente de marchandises et un chiffre d’affaires inférieur à 32 100 € HT pour des prestations de services), et que le secteur de l'artisanat ne représente pas une part majeure chez les auto-entrepreneurs.

Pour François Hurel, l'auto-entrepreneur est un particulier qui veut tester une idée "sans engagement". Ainsi, la déclaration d’existence est simplifiée, l’auto-entrepreneur est dispensé d’immatriculation à un registre, les contributions fiscales sociales sont prélevées une fois le chiffre d’affaires réalisé et l’entreprise ne facture pas la TVA.

Pour tous ceux qui souhaitent obtenir des informations ou sont fin prêts pour le grand plongeon, il leur suffit de se renseigner à l'union des autoentrepreneurs, ou auprès des experts-comptables ou encore sur le portail du gouvernement.
Samedi 6 Mars 2010 - 14:29
Melanie Roddier
Lu 2806 fois




1.Posté par boyer le 06/03/2010 16:52
En 2009, à l'echelle nationale, sur les 173.000 auto-entreprises créées au premier semestre, seules 40% ont déclaré un chiffre d'affaires.

Et à la Reunion?

2.Posté par joan le 06/03/2010 18:15
suite de post 1 ......

et les 60% qu'ont ils fait ??? CELA ressemble à du travail au noir déguisé et officialisé !! c'est de la concurrence déloyale envers les artisans qui sont seuls ou avec 1 ouvrier qui cet ouvrier peut être autoentrepeneur ! du délire et n'importe quoi .

3.Posté par HD le 06/03/2010 18:18
Malgré certaines critiques ( taxation sur 100% du chiffre d'affaires) cela reste quand même une excellente solution pour tester grandeur nature ,son projet sans avoir une épée de Damoclès financière au dessus de la tête si malheureusement le projet capotait.
Je paye à l'état uniquement sur un chiffre d'affaire réalisé et non pas sur un forfait.
Quand le C.A dépasse les montant maximum autorisé l'auto entrepreneur peut changer de statut juridique et passer en EURL, SARL, SA ou autre .
Quoiqu'on en dise c'est une bonne solution pour les personne ayant peu de moyen financier désireuse de travailler pour eux même ou à la recherche d'un revenu complémentaire à leur salaire.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales