Revenir à la rubrique : Faits divers

« Zamal lé bon » sur Facebook s’achève au tribunal

Un cultivateur de zamal bénédictin qui faisait du business sur Facebook s’est fait coincer le 17 mai dernier par les gendarmes. Pour un trafic "trop banalisé", il écope ce mercredi de 6 mois de prison ferme.

Ecrit par – le mercredi 19 mai 2021 à 16H32
Fabrice R. n’a jamais travaillé sauf « des petits boulots pas déclarés dans le maraîchage« , explique-t-il aux magistrats du tribunal correctionnel de Saint-Denis. 
 
En complément, le trentenaire trafique du zamal à Saint-Benoit et utilise Facebook pour écouler sa marchandise. C’est moderne ! 
 
Des vidéos de plants, des photos de mise en sachets circulent sur les réseaux sociaux via le pseudo « Jean Malbar », entre autres. 
 
Le groupe Facebook « Zamal 974, ôté ça même lé bon ! », sur lequel les vidéos et les photos sont postées, intéresse sûrement des consommateurs mais surtout les gendarmes, qui surveillent les échanges. 
 
C’est ainsi que Fabrice R. s’est fait coincer pour trafic entre octobre 2020 et le 17 mai dernier. 
 
L’analyse du téléphone du prévenu et une perquisition à son domicile bénédictin ont fini de le confondre. 
 
« Le zamal c’est naturel »
 
A la barre, le mis en cause plaide comme souvent « une conso personnelle à financer » et quatre enfants à nourrir. Des arguments également plaidés par son avocate qui affirme qu’à La Réunion, « le zamal c’est naturel. Et culturel« . 
 
Pour ce business dédié à une vingtaine de clients, la représentante de la société propose une peine de 18 mois de prison dont 9 assortis d’un sursis probatoire, avec la pose d’un bracelet pour le prévenu au casier vierge jusqu’ici. 
 
Et pour sanctionner « un mode de vie banalisé et assumé« , le tribunal a condamné Fabrice R. à 12 mois de prison, dont 6 avec sursis probatoire, qui pourront éventuellement être aménagés. 

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Maltraitance animale : Un individu interpellé et placé en garde à vue

Mercredi 28 février 2024, un individu défavorablement connu des services de police pour des faits de maltraitance envers les animaux a été interpellé. Il avait été filmé, en décembre dernier, alors qu’il frappait sa chienne avec un bâton sur son balcon. Placé en garde à vue, l’auteur devra répondre de ses actes devant le tribunal judiciaire, indique la Police Nationale de La Réunion sur sa page Facebook.

Ste-Suzanne : Les gendarmes mettent fin à une série de cambriolages

Le 26 février 2024, les enquêteurs de la Brigade Territoriale Autonome (BTA) de Sainte-Suzanne ont élucidé 4 cambriolages dont 3 concernant des écoles élémentaires. Les militaires de la compagnie de Saint-Benoit ont interpellé deux individus dont l’auteur principal a reconnu les faits.

Ste-Marie : Une femme gravement blessée par son compagnon

Un homme a tiré sur sa compagne à Sainte-Marie ce mercredi. L’individu s’est par la suite infligé une blessure. Les deux ont été transportés dans un état grave au Centre hospitalier universitaire de Félix Guyon à Bellepierre.

Violences : « Si c’était à refaire, je referais la même chose »

L’audience de comparution immédiate de ce lundi avait, bien malgré elle, pour thème les violences conjugales. Le tribunal avait à juger un trentenaire qui, sous l’effet de l’alcool, a frappé son ex-conjointe au prétexte qu’elle ne voulait pas le laisser entrer à son domicile.