Revenir à la rubrique : Faits divers

Vol au McDo de Saint-Louis : Le prévenu relaxé

Un individu s’est introduit dans le fast-food dans la nuit du 22 au 23 mars dernier. Cette nuit-là, des véhicules d’un concessionnaire voisin ont également été dégradés.

Ecrit par PB – le lundi 14 juin 2021 à 19H03

La scène a été capturée par la vidéosurveillance du McDonald’s de Saint-Louis. Sur les images, un individu portant une parka à capuche bleue, un masque sanitaire, un pantalon kaki et un sac à dos brise la vitre du restaurant avec une plaque d’égout. Une fois à l’intérieur, il s’empare d’une tablette servant à prendre les commandes. Plus tard, dans les environs, les vitres arrières de véhicules d’un concessionnaire sont brisées. 

Alertés, les gendarmes interpellent un homme correspondant à celui des images de la vidéosurveillance. Placé en détention provisoire depuis le 15 avril dernier, l’homme de 41 ans a été jugé ce lundi en comparution immédiate et a continué de nier les faits. S’il portait bien une parka bleu et un pantalon vert, les nuances de couleurs ne correspondent pas à celles visibles sur la vidéosurveillance, est-il parvenu à exprimer ; mais pour le reste, il ne s’en souvient plus. Le prévenu a en effet été suivi pour schizophrénie mais ne prend plus son traitement.  

18 mentions, dont 8 pour des faits de vol, notamment en Allemagne
 
Les tests ADN effectués sur la plaque d’égout et la caisse enregistreuse n’ont en revanche pas été concluants, faute de correspondance recherchée avec le mis en cause. 

Pour le parquet, les infractions sont suffisamment caractérisées pour entrer en voie de condamnation. Le casier du quadragénaire présente 18 mentions, dont 8 pour des faits de vol, notamment en Allemagne. Là encore, le prévenu se souvient être aller « faire un tour à Amsterdam » mais pas en terre germanique. Le représentant de la société a requis 10 mois d’emprisonnement et le maintien en détention. 
 
Sa défense a souligné l’absence d’expertise psychiatrique. « Ce n’est pas en l’envoyant en prison qu’il va changer de comportement du jour au lendemain ». 

Finalement, le tribunal a prononcé la relaxe, ayant « des doutes » sur la matérialité des infractions reprochées. 

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

St-Denis : Les parents dépassés frappent leur garçon avec le tuyau d’arrosage

Le père et la mère minimisent les coups portés régulièrement à leur marmaille de 12 ans avec une ceinture. Mais les constatations médicales sont sans appel. Un jour de février 2020, ils se sont, chacun à leur tour, particulièrement acharnés à cause d’un « trop-plein ». Si la famille semble désormais réunie, les prévenus ont tout de même été condamnés ce vendredi. Le père est derrière les verrous pour d’autres faits de violences.

Trafic de drogues de synthèse : Le psychonaute sévèrement condamné

Des substances psychédéliques par kilo importées par colis postal de Chine où elles sont fabriquées par des laboratoires ont inondé La Réunion. Ces cristaux qui imitent la cocaïne ou les amphétamines ne seraient pas de la drogue, selon un trentenaire rejugé à sa demande par la cour d’appel en novembre 2023. Celui-ci s’est réclamé de sa consommation personnelle et n’a pas manqué d’imagination pour justifier son train de vie. Mais il n’a pas convaincu la cour dont la décision tombe comme un couperet.

Trottinettes électriques : La police contrôle et verbalise

Ce jeudi matin, les policiers de Saint-Denis avaient dans leur viseur les propriétaires de trottinettes électriques. Comme indiqué sur la page Facebook de la Police Nationale de La Réunion, de nombreuses infractions ont été relevées et de nombreuses verbalisations ont été dressées.