Revenir à la rubrique : Société

Visa pour l’Inde : Un changement annoncé

Suite au refus pour certaines passagères d'embarquer pour l'Inde, les compagnies aériennes ont été accusées de négligence. Elles assurent que ces informations sont déjà publiques et qu'il incombe au passager de s'assurer de connaître les conditions d'entrée sur un territoire.

Ecrit par N.P. – le mardi 13 février 2024 à 10H38

Samedi dernier, des passagères à destination de l’Inde se sont vues refuser l’embarquement à Gillot. En cause, l’application d’une nouvelle législation indienne qui impose que tous les noms sur le passeport doivent apparaître sur le e-visa. Celles qui n’ont pas inscrit leur nom de naissance se sont donc vues refuser l’embarquement.

Si les clients et les agences de voyage ne décolèrent pas contre la compagnie, celle-ci leur renvoie la balle. Il leur a été rappelé que l’article 9 de la dernière page du passeport précise qu’il incombe au passager de s’assurer des formalités de départ du pays vers le pays de destination.

La direction souligne que certaines clientes inscrivent soit leur nom de jeune fille, soit leur nom d’épouse sur leur visa en ligne. La compagnie aérienne doit aussi payer 10.000 dollars par passager embarqué dont le visa est non conforme. Le Guide du Routard aurait déjà fait passer l’information.

Thèmes : Inde
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
observateur
17 jours il y a

Bon ben si la nouvelle législation indienne impose que tous les noms sur le passeport doivent apparaître sur le e-visa, il faudra s’y conformer, point barre !

Il aurait mieux fallu préciser cela dans le 1er article, au lieu d’afficher comme titre : « Un changement de législation empêche les femmes mariées d’aller en Inde ».
Cela aurait éviter les commentaires indianophobes et anti nationalistes !

La France sera t-elle aussi taxée de nationaliste pour la future nouvelle législation concernant le droit du sol ?

Quand au Kerala, c’est un état magnifique à l’extrême sud de l’Inde. On l’appelle la « Venise de l’orient », car il est entouré d’eau partout. Et les cures ayurvédiques y sont tout simplement exceptionnelles, dans un cadre paradisiaque. Ces cures attirent beaucoup d’étrangers et de plus en plus de Réunionnais. Moi et ma femme, nous comptons nous y rendre de nouveau, la 10ème fois depuis 2004, l’année du Tsunami…

babafigue
17 jours il y a

 10.000 dollars ou Roupies ! 🙂

Indienne 974
17 jours il y a

FAUX de dire « Qu’un changement est annoncé pour le visa de l’Inde » !

Votre article est complètement faux !!! Je pense que les autorités indiennes pourront vous réclamer des dommages et intérêts pour cet article trompeur.

Il n’y a jamais eu de changement. Tout simplement, auparavant c’était le Consulat Indien qui vérifiait nos demandes de visa et corrigeait les noms sur les formulaires de demande de visa. Mais comme l’autorité indienne ont facilité les choses en introduisant le E-Visa (visa électronique), c’est à nous de compléter et de vérifier nos nom et prénom tels qu’ils sont inscrits sur le passeport.

Cela n’a rien à voir avec les autorités indiennes, ni la compagnie aérienne, ni l’agence de voyages (sauf si ce sont eux qui ont rempli le E-visa)

Si vous avez des doutes, privilégiez toujours l’aspect humain en faisant votre demande de visa au Consulat directement.

Bon voyage…

Royal Bourbon
17 jours il y a

Savez-vous que vous pouvez obtenir un passeport indien définitif, c’est-à-dire acquérir la nationalité indienne avec la condition sine qua none d’avoir un ancêtre indien qui a immigré à la Réunion, dans le temps où la Réunion avait besoin de main-d’oeuvre pour travailler dans les champs de cannes.

Il faut faire les démarches au Consulat indien de la Réunion (rue Léopold Rambaud en face de Audio plus) et se munir d’un extrait de naissance.

Dans la même rubrique

Fermeture pour travaux du sentier La Brèche – Roche Plate la journée de lundi

Suite aux travaux et/ou évaluations d’état de certains sentiers de randonnée pédestre situés sur le domaine forestier géré par l’ONF La Réunion, certains sentiers peuvent être rouverts, notamment le sentier de Bras de Pontho (sentier Dassy) ainsi que le sentier Mollaret.

A noter, des travaux sont programmés sur le sentier La Brèche – Roche Plate le 4 mars. Ce sentier essentiel aux habitants (actuellement unique connexion entre Mafate Sud et Mafate Nord) a été rouvert mais de brefs travaux (impossibles à réaliser avant cette date) permettront de conserver un sentier sécurisé. Ce sentier sera donc fermé pour la journée du lundi 4 mars 2024 uniquement, prévient l’ONF.

La Réunion face au cancer : Une étude révèle des disparités de survie avec l’Hexagone

La première étude sur la survie des personnes atteintes de cancer à La Réunion entre 2008 et 2018 révèle des disparités significatives de survie entre les différents cancers, mais également entre La Réunion et la France hexagonale. Cette étude met en lumière l’impact de facteurs socio-économiques sur les causes de la maladie et la nécessité d’adapter les stratégies de lutte contre le cancer au contexte local.

Pas de tempête mais du mauvais temps à La Réunion ce week-end

La zone suspecte suivie par Météo France au Nord des Mascareignes ne devrait pas atteindre le stade de tempête de si tôt et se déplacer directement vers le Nord-Est de Madagascar d’ici le début de la semaine prochaine. Sans qu’un lien soit fait avec l’activité cyclonique, les experts prévoient une dégradation de la météo à La Réunion à partir de dimanche. Une vigilance vents forts concernera la moitié Sud de l’île dès samedi après-midi.

Le SNJ se dit « ouvert au dialogue » avec les trois candidats au rachat du Quotidien de La Réunion

Avant que les 48 salariés du Quotidien ne soient consultés sur les trois offres de rachat déposées pour leur journal, il faudra au préalable que celles-ci soient déclarées recevables. Bien qu’aucun candidat ne prévoie de conserver le moindre journaliste, mais seulement d’en recruter un certain nombre après leur licenciement, le syndicat SNJ ne ferme pas la porte aux discussions avec les repreneurs.