Revenir à la rubrique : Blog de Pierrot

Vente aux enchères de la « Black Bess » de Roland Garros…

Je reproduis ci-dessous une requête de Jean-Pierre Lefèvre-Garros, le biographe de Roland Garros, qui souhaiterait voir la France racheter une Bugatti ayant appartenu à Roland Garros, lors d'une vente aux enchères qui doit se tenir début février...

Ecrit par Pierrot Dupuy – le mercredi 21 janvier 2009 à 23H01

Aucune image à la une trouvée pour cet article.

Le 7 février prochain, au salon Rétromobile de la porte de Versailles, la maison Bonhams mettra la «Black Bess» aux enchères,  pour 1.300.000€.
La « Black Bess« ?  Il s’agit en fait d’une des sept Bugatti 5 litres « type 18 » fabriquées à Molsheim en 1913, et celle-ci, dont le châssis porte le n° 474, est celle-là même qui a été livrée à Roland Garros le 18 septembre 1913, cinq jours avant son entrée dans l’histoire par la première traversée aérienne de la Méditerranée, reliant l’Europe à l’Afrique de Fréjus à Bizerte.
Il l’avait fait carrosser par le célèbre Labourdette et l’a longtemps utilisée après ce vol transméditerranéen, lors des nombreuses épreuves aéronautiques auxquelles il participait, que ce soit le rallye de Monaco qu’il a remporté en avril 1914, le 3ème meeting de Vienne, la course Paris-Londres, ou lors de sa visite des usines allemandes en compagnie de son ami allemand Hellmuth Hirth, puis à l’escadrille MS23, à celle du Camp Retranché de Paris ou à la MS26 devenue à la fin
de la guerre la célèbre SPA26, dont l’insigne, la Cigogne aux ailes allongées à la Saint-Galmier, également dite de Garros, survit encore dans l’Armée de l’Air..
Pendant ses trois longues années de captivité en Allemagne, il l’avait confiée aux soins de son grand ami Edmond Audemars, avant de la retrouver après son époustouflante et spectaculaire évasion de
l’Oflag de Magdeburg en février 1918.
Après sa mort glorieuse à Saint-Morel, le 5 octobre de la même année, la famille a préféré se séparer de cette voiture, mais si le premier propriétaire, Louis Coatalen, était bien français, les sept autres étaient tous anglais pure souche, si bien que nos amis d’outre Manche ont longtemps pu croire que cette voiture était tout simplement britannique.
Or le nom de « Black Bess » (il s’agit de celui du cheval du célèbre bandit de grand chemin Dick Turpin) lui a été donné par l’une de ses nombreux propriétaires, un peu par hasard semble-t-il. Alors que c’est
Ettore Bugatti lui-même qui a baptisé son type-18 « type Roland-Garros« . C’est donc la seule voiture pouvant, moralement sinon légalement, porter le nom de « Roland-Garros« .
L’amitié entre Roland Garros, ce citoyen du monde avant l’heure, initiateur entre autres de l’aviation militaire brésilienne, l’inventeur aussi de l’avion de chasse monoplace, ce rugbyman portant fièrement les couleurs du Stade Français, et Ettore Bugatti, génial concepteur et constructeur d’automobiles que son ami considérait comme ‘’l’artiste incomparable qui seul sait donner une âme à de l’acier’’, cette amitié était d’une qualité rare.
Ainsi, début 1915, lorsque, avant l’entrée en guerre de l’Italie encore puissance neutre, Ettore qui avait fui Molsheim pour chercher refuge en France s’était trouvé avec sa famille dans une situation financière désastreuse, son ami Roland lui avait fait parvenir une lettre de crédit lui cédant toute sa fortune, prétextant que lui étant célibataire et susceptible de disparaître au front un jour ou l’autre, il n’en avait que faire… Ettore se garda bien de toucher à cette aide si généreusement offerte, mais il n’a pas manqué de baptiser son fils cadet, né après la guerre et la mort de Garros, du prénom de
« Roland« .
C’est dire le poids affectif de cette voiture qui constitue assurément un élément important du patrimoine français. Il serait en effet regrettable que cette belle vieille dame ne retrouve pas ses origines, après son si long séjour hors de chez elle.
Pourquoi donc, dans le cadre d’une dation, ne pas espérer la création d’un syndicat français réunissant les plus importants amoureux des vieilles automobiles respectueux du devoir de mémoire, qu’ils appartiennent au monde de la finance (et ils sont nombreux), à celui de l’art et du spectacle, à l’univers du sport (la Fédération des Internationaux du Sport Français a élu Roland Garros « Gloire du Sport 1995« ), les Réunionnais soucieux de la renommée de leur petit pays, que tous ces gens permettent à la « Roland-Garros » de retrouver le pays de sa jeunesse.
Déjà en 2008, un « groupe de travail/Roland Garros-HEC/SUPAERO » (avec l’aide d’adhérents du Stade Français) réunissant quelques nouveaux condisciples HEC de Garros (lui-même de la promotion 1908) ont saisi l’occasion du centenaire de sa sortie de l’Ecole pour célébrer sa mémoire par de nombreuses manifestations, colloque au Musée de l’Air et de l’Espace du Bourget (qui en a décidé de donner son nom au grand auditorium), match de rugby sur le campus de Jouy-en-Josas entre une équipe de HEC et une équipe du Stade Français, à la Ferté-Allais où furent présentés une Demoiselle (sur laquelle il a obtenu son Brevet n°147), un Blériot comme celui de ses premiers records d’altitude et un Morane H, copie de celui de la traversée de la Méditerranée, à la Mairie du XVIème où fut rappelé que l’évadé de 1918 était le co-fondateur de l’Union Nationale des Evadés de Guerre…
En outre, et toujours en 2008, la Base aérienne 181 « Lieutenant Roland Garros » à Sainte-Marie de La Réunion a inauguré, lors d’une « semaine aéronautique » largement suivie par les enfants des écoles, une statue de son parrain réalisée en pierre du pays par le sculpteur Marco Ah Kiem, et le collège Roland-Garros de Nice a commémoré son souvenir tout au long d’une semaine d’expositions et de manifestations.
Alors, on peut rêver : 2013 sera le centenaire de la première traversée aérienne de la Méditerranée. Comment la France célèbrera-t-elle cet événement qui marque une étape importante de l’histoire de l’aviation, et de l’histoire tout court ?

Jean-Pierre LEFEVRE-GARROS
biographe de Roland Garros

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Pierrot Dupuy : Les ennemis de mes ennemis sont mes amis

La question a tourné en boucle sur toutes les radios et toutes les télévisions durant le week-end : Le Rassemblement national est-t-il devenu un parti fréquentable et a-t-il réellement abandonné les idées racistes de son fondateur Jean-Marie Le Pen?

Pierrot Dupuy – Ces salauds de chômeurs

Le patron des Républicains propose rien de moins que de vendre encore plus d’essence et de gasoil. Et cerise sur le gâteau, de le faire payer par ces salauds de chômeurs !