Revenir à la rubrique : Société

Un mauvais sort s’acharne contre le JIR

A croire que quelqu’un a jeté un sort sur le JIR. Alors que ça fait une semaine que le journal du Chaudron n’est plus imprimé et n’est accessible qu’en version numérique, on pensait le conflit résolu après l’accord des deux parties pour la signature d’un protocole. Le journal aurait donc dû être imprimé hier soir et mis en distribution ce matin. C’était compter sans un dernier problème de dernière minute qui renvoie la sortie du journal en version « papier » au début de semaine prochaine.

Ecrit par Pierrot Dupuy – le samedi 22 juin 2024 à 14H52
Voici la Une du JIR disponible une nouvelle fois que sur Internet ce samedi

Comme nous l’écrivions hier soir, un accord avait finalement été trouvé entre Jacques Tillier, le patron du JIR, et Alfred Chane Pane, celui d’ICP Roto.

Après le jugement du tribunal de Commerce lui donnant raison, Alfred Chane Pane avait élégamment tendu la main au patron du JIR en lui proposant de conclure une trêve pendant la période de campagne électorale, de façon à permettre à tous les candidats de s’exprimer et à la Démocratie de vivre.

Il posait cependant deux conditions : une sur laquelle les deux parties étaient d’accord et qui n’a donc pas posé de problèmes, le paiement d’avance des prestations.

C’est la deuxième qui a bloqué les négociations pendant 48 heures. Le patron d’ICP Roto exigeait que le patron du JIR retire une plainte qu’il avait déposée à son encontre et contre son groupe. Après avoir longtemps refusé, ce qui a retardé la parution du journal, Jacques Tillier a finalement accepté hier matin.

Tout était ok et les deux parties pouvaient donc signer le protocole d’accord et le journal être imprimé.

Sauf qu’un incident de dernière minute est encore une fois venu bloquer la machine.

Le JIR, comme vous le savez, est en redressement judiciaire. Ce qui a pour conséquence que pour pouvoir signer, la société Nouvelle JIR (SNJIR) et l’administrateur judiciaire doivent être autorisés à le faire par un juge commissaire. Et il était trop tard, en cette fin d’après-midi a fortiori un vendredi, de le solliciter.

La demande ne pourra être examinée au mieux que lundi…

Le journal pourrait donc être imprimé lundi soir et être dans les kiosques mardi matin. Si tout se passe bien car dans ce dossier, on va de rebondissements en rebondissements.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
10 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La Cirest vote 800.000 euros d’aides pour combler la trésorerie de la SPL Estival

Le président Patrice Selly a informé ce mercredi soir les élus communautaires qu’ils devaient résilier l’actuelle délégation de service public de la SPL Estival, seule condition permettant le versement d’une aide forfaitaire de 800.000 euros. Un nouveau contrat sera passé avec la SPL, lequel prévoit en outre d’abonder le capital de 300.000 euros par an pendant 10 ans pour apurer la dette.

Errance animale : Plus de 1.400 captures en 2023 dans l’Ouest

La signature d’une nouvelle convention entre trois associations et le Territoire de l’Ouest sur le sujet de l’errance animale a été l’occasion pour la collectivité de présenter son bilan en la matière. Alors que la question a enflammé l’actualité récente, la collectivité affirme prendre le problème à bras-le-corps.

Errance animale : « Si on prend la peine d’avoir un chien et qu’on l’aime, on le laisse dans sa cour »

Ce mardi 23 juillet, la CASUD organisait une grande opération de prévention et de sensibilisation contre l’errance animale sur le parcours de santé de Bel-Air au Tampon. L’occasion de rappeler les bonnes pratiques pour ne pas attirer les chiens errants et éviter qu’ils se rassemblent en meute. L’intercommunalité du sud annonce renforcer la sensibilisation autour des chiens divagants et, le cas échéant, mettre en place des sanctions.