Revenir à la rubrique : Faits divers

Tentative de meurtre d’un policier : Le suspect placé en détention provisoire

Dans la nuit du lundi 24 janvier dernier, un équipage de policiers était pris pour cible par un chauffard. Le conducteur leur avait foncé dessus sciemment, percutant et blessant l'un d'entre eux. En cavale depuis, il s'est rendu le 8 février. Présenté au tribunal ce mercredi, il a été mis en examen puis placé en détention provisoire par le juge des libertés et de la détention.

Ecrit par 1167938 – le mercredi 09 février 2022 à 19H19

Après plusieurs jours de cavale, le jeune majeur qui a tenté de percuter un policier dans la nuit du lundi 24 janvier dernier s’est rendu à la police ce mardi 8 février. Il s’agit d’un jeune majeur, très défavorablement connu des services de police. Placé en garde à vue, il a été déféré ce mercredi au tribunal judiciaire de Saint-Denis. 

Une ouverture d’information avait déjà été ouverte lors de la présentation au parquet de ses deux comparses présents dans l’automobile au moment des faits. Dans le cadre de cette instruction, le fuyard a été à son tour mis en examen pour tentative de meurtre. Le juge des libertés et de la détention a décidé de le placer en détention provisoire. Le mis en cause qui s’est caché pendant plusieurs jours ne présente aucune garantie de représentation.

À l’issue, son avocate, Me Natalia Sandberg, a indiqué qu’il était resté en fuite car il était apeuré. Elle a ajouté qu’à aucun moment son client n’avait eu l’intention de percuter le policier. La robe noire a en outre souligné qu’il avait voulu éviter la herse déployée par les forces de l’ordre afin de bloquer le véhicule en effectuant une manœuvre qu’il n’avait pas maîtrisée, le dirigeant malgré lui  vers l’agent des forces de l’ordre. 

LA CHRONOLOGIE DES FAITS :

St-Denis : Un policier violemment percuté lors d’un contrôle, le chauffard en fuite

Policier percuté : Un premier passager du véhicule impliqué placé en détention provisoire

Tentative de meurtre d’un policier : Le suspect en fuite s’est rendu

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Accusé du viol d’une mineure de 14 ans, l’accusé arguant s’être « laissé tenter » reste en détention

« Un viol barbare » a décrit le parquet général ce mardi matin dans le cadre d’un appel sur un placement en détention provisoire interjeté par un père de famille de cinq enfants accusé d’avoir abusé sexuellement d’une adolescente de 14 ans dont il était proche. L’intéressé s’en défend et invoque une relation consentie. Mais c’est méconnaître la loi de 2021 sur le consentement sexuel des mineurs de moins de 15 ans.

Des escrocs se font passer pour Big Morel

Pour fêter les 10.000 abonnés sur sa page Facebook officielle, le combattant réunionnais a lancé un concours afin de gagner une de ses paires de gants. Des esprits malveillants profitent de l’occasion pour tenter d’arnaquer des internautes qui pourraient se laisser piéger par la ressemblance.

Clip tourné à Fayard : Le rappeur Bofré invoque la drill plutôt qu’une incitation à la haine et finit en prison

Le 18 janvier dernier à Saint André, des habitants caillassaient des policiers intervenant sur des violences conjugales. Le lendemain, le rappeur Bofré publiait un clip vu comme un appel à la haine envers les autorités, entraînant son arrestation. Il a été condamné ce lundi à deux ans de prison, dont un avec sursis, et maintien en détention. Il est interdit de retour à Saint André après sa libération.

Domenjod : Un agent pénitentiaire frappé par un détenu

Un agent a été frappé par un détenu ce lundi matin au centre pénitentiaire de Domenjod. L’UFAP UNSA Justice tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme concernant les difficiles conditions de travail du personnel, liées au manque de personnel et à la surpopulation carcérale.