Revenir à la rubrique : Faits divers

St-Louis: Il appâte un enfant avec un téléphone portable pour lui envoyer des sextos

A 25 ans, Mathieu E. dit ne jamais avoir eu de relations sexuelles, ne jamais avoir envie, ne pas être attiré par les jeunes garçons mais comparaît ce jeudi devant le tribunal correctionnel de St-Pierre pour avoir parlé et demandé une masturbation à un enfant de 11 ans ainsi que pour détention et consultation d’images pédo-pornographiques.  En […]

Ecrit par Prisca Bigot – le vendredi 26 avril 2019 à 09H51

A 25 ans, Mathieu E. dit ne jamais avoir eu de relations sexuelles, ne jamais avoir envie, ne pas être attiré par les jeunes garçons mais comparaît ce jeudi devant le tribunal correctionnel de St-Pierre pour avoir parlé et demandé une masturbation à un enfant de 11 ans ainsi que pour détention et consultation d’images pédo-pornographiques. 

En décembre 2018 alors que le jeune K. n’a plus de téléphone portable, il revient pourtant à la maison avec un nouvel appareil qu’un de ses copains du collège lui aurait donné. Dès le lendemain, sa mère et son beau-père s’aperçoivent du changement de comportement du jeune garçon: content dès qu’il reçoit un message ou un appel, s’enferme dans les toilettes avec le téléphone…Le soir du 13 décembre, sa mère décide d’en avoir le coeur net et inspecte les conversations. Le téléphone a en réalité été donné par Mathieu E. et la teneur des propos échangés entre son fils et le jeune St-Louisien va la pousser à se faire passer pour l’enfant. Très rapidement, Mathieu E. pensant discuter avec sa proie va proposer une masturbation, à la pratiquer en même temps que lui, demander une photo et indiquer passer à l’acte lors d’un rendez-vous, auquel il s’est rendu et trouvé le beau-père du jeune K. Jusqu’où serait-il aller si l’enfant s’était présenté?

Plus de 33 000 images pornographiques, datant pour les plus anciennes de 2014, ont été retrouvées sur son téléphone et ordinateur dont une centaine d’enfants et plus particulièrement de jeunes garçons. 

Un comportement « de prédateur », au « profil plus qu’inquiétant » souligné par l’avocat du petit K. et sa mère, constitués parties civiles. Le parquet a lui noté l’utilisation de  » la technique de l’appât ».

Malgré sa volonté affichée de se faire soigner, Mathieu E., au casier vierge jusqu’à présent, a été condamné à 18 mois de sursis, 2 ans de mise à l’épreuve, à l’obligation d’exercer une activité ou une formation. Il devra suivre des soins, a l’interdiction d’entrer en contact avec la victime. Mathieu E. est désormais inscrit au Fichier judiciaire national des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes (FIJAIS).

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

RN2 de Saint-André : Accident dans le secteur de Petit Bazar

Sur la RN2 à Saint André, suite à un accident qui s’est produit dans le secteur de Petit Bazar, la route a été fermée à la circulation en milieu de matinée dans le sens Nord/Est avec une déviation par la bretelle de sortie de l’échangeur, et la RN2002. Un sur-accident est ensuite survenu. La route a finalement pu être rouverte à la circulation en fin de matinée.

Prise illégale d’intérêts : Condamné, Olivier Rivière échappe à l’inéligibilité

En octobre 2020, Olivier Rivière était condamné en première instance pour prise illégale d’intérêts et concussion. Contestant tout, le maire de Saint-Philippe avait été rejugé en appel à sa demande. Le 25 mars 2021, il était condamné à trois ans d’inéligibilité et à huit mois de prison avec sursis en appel et annonçait son pourvoi en cassation qui a prospéré. Ce jeudi, alors que les mêmes peines ont été proposées à la cour, il n’écope pas d’inéligibilité, mais de huit mois de prison avec sursis et de 10.000 euros d’amende.