Revenir à la rubrique : Faits divers

St-Louis : Des agents municipaux se battent pour tondre la pelouse

Le tribunal de police de Saint-Pierre a eu à trancher sur une affaire assez étonnante. Deux membres d'une famille, dont l'un est agent à la mairie, ont été jugés pour avoir frappé un autre agent. L'origine de la rixe vient d'un bout de gazon que les deux protagonistes voulaient tondre.

Ecrit par Gaetan Dumuids – le mercredi 23 août 2023 à 11H43
Photo : Pexels

Le 29 mars 2022, les agents s’affairent à nettoyer les espaces verts du cyberbase de Saint-Louis. Loïc* se décide à débroussailler une partie du site. Arnaud* est assis et voit Loïc venir s’occuper de l’espace dont il est chargé.

Arnaud interpelle Loïc et lui dit qu’il s’agit de sa zone. Le ton monte et une bagarre commence. Loïc menace son rival avec la débroussailleuse, tandis qu’Arnaud lui jette un pot de fleurs dessus.

Rapidement, Killian*, le fils d’Arnaud, est averti que son père a été agressé. Il court vers le cyberbase, suivi par le reste de sa famille. Arrivé sur les lieux, Killian se jette sur Loïc, aidé par ses proches. La bagarre provoque quelques dégâts au sein des locaux.

À la barre du tribunal, Arnaud va avoir une explication étonnante. « C’est moi qui suis en CDI, lui n’a qu’un contrat d’un an ». La victime n’est pas présente pour donner sa version.

« Ce dossier est un bel exemple. Deux employés municipaux font bonne impression pour la commune », tance la procureure qui requiert 500 euros d’amende pour le père et 100h de travail d’intérêt général (TIG) pour son fils qui est en état de récidive.

« Je ne suis pas d’accord avec le Parquet pour dire que ça donne une mauvaise image de Saint-Louis. La preuve : ils se battent pour nettoyer la pelouse », s’amuse dans un premier temps Me Ghislain Chung To Sang. « J’ai la sensation qu’il y a eu des provocations de Loïc. Il a d’ailleurs avoué à demi-mot durant son audition. Il n’est pas là d’ailleurs aujourd’hui »souligne la défense.

Finalement, le père est condamné à 300 euros d’amende avec sursis, tandis que le fils, récidiviste, est condamné à 1000 euros d’amende avec sursis.

*Prénoms d’emprunt

Thèmes : Saint-Louis
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
20 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Soupçons d’emplois illégaux à la Région : « La fin ne saurait justifier les moyens »

La procureure de la République Véronique Denizot a demandé la condamnation des 11 prévenus de l’affaire des emplois présumés illégaux de la Région, ce jeudi lors de la quatrième journée du procès, une peine de 5 ans d’inéligibilité étant notamment requise pour l’ancien président Didier Robert, visé pour prise illégale d’intérêts et détournement de fonds . L’actuelle mandature de la Région, partie civile du procès, a demandé un préjudice à hauteur de 1,5 million correspondant à la somme des salaires versés aux huit conseillers techniques poursuivis pour recel.

Soupçons d’emplois illégaux à la Région : « Nous étions des facilitateurs »

Au troisième jour du procès sur les emplois présumés fictifs à la Région sous les mandats de Didier Robert, six prévenus ont témoigné, affirmant leur engagement et leur innocence. Yves Ferrières, Sabrina Ramin, Yannick Gironcel, Jean-Charles Maroudé, Ravy Vellayoudom, et Yoland Velleyen ont décrit leurs rôles sans pour certains fournir cependant des détails concrets sur leurs missions. Le procès continue aujourd’hui avec les dépositions attendues de Vincent Bègue et Didier Robert et les réquisitions du parquet qui permettront sans doute d’en savoir plus sur ce qu’a révélé l’enquête menée par les policiers parisiens.

Un incendie se déclare dans un immeuble SIDR à Saint-Denis

Ce mercredi peu avant 19 heures, un appartement situé au 1er étage de la résidence SIDR Camp Jacquot situé à l’angle de la rue Camp Jacquot et général de Gaulle à Saint-Denis a pris feu. Les sapeurs pompiers ont déployé la grande échelle pour accéder à l’appartement en proie aux flammes. Fort heureusement, il n’y a pas de blessés à déplorer. Par mesure de précaution, l’ensemble de l’immeuble a été évacué.