Revenir à la rubrique : Faits divers

St-André : Un kiné accusé d’avoir agressé ou violé 18 patientes la plupart mineures demande la liberté

Arnaud B. est en détention depuis trois ans, soupçonné d'avoir abusé sexuellement de 16 patientes, la plupart des mineures et violé deux d'entre elles. En sanglots ce matin devant les magistrats de la chambre de l'instruction, il a demandé à attendre son procès devant la cour criminelle près des siens. La chambre d'instruction a finalement rejeté son appel sur décision du juge des libertés et de la détention.

Ecrit par Isabelle Serre – le mardi 13 février 2024 à 12H29

Teint halé, cheveux poivre et sel coupés en brosse, Arnaud B. est un quadragénaire à l’allure sportive. Ce mardi matin, il se trouvait à la barre de la cour d’appel pour contester l’ordonnance rendue récemment par le juge des libertés et de la détention. Ce dernier a en effet décidé de la prolongation de sa période de détention provisoire. Une période très longue, puisque le mis en cause soupçonné d’avoir agressé et violé 18 patientes lorsqu’il était kinésithérapeute à Saint-André est en prison depuis trois ans. Une situation plutôt rare pour des faits de cette nature.

Ce délai s’explique par le nombre très important de victimes, la plupart mineures. Après le temps de la libération de leur parole, chacune d’entre elles a été entendue par le juge d’instruction en charge de ce dossier et a subi une expertise psychologique et/ou psychiatrique afin de déterminer la véracité des propos tenus.

C’est l’une d’entre elles, en 2020, qui s’était confiée lors d’un entretien avec une infirmière scolaire sur les sévices sexuels qu’elle aurait subis en allant se faire soigner chez le spécialiste. « J’ai commis des erreurs, hors de question que ça recommence », a balbutié l’intéressé en sanglots ce mardi matin.

Selon nos informations, Arnaud B. aurait déjà fait l’objet de poursuites judiciaires en 2011 pour des faits similaires. « Il n’a pas pour autant changé de comportement », a fustigé la représentante de la société qui s’est opposée à une levée d’écrou. Les faits reprochés à Arnaud B. se seraient déroulés entre 2010 et 2020. Deux victimes racontent avoir été forcées à lui faire une fellation au cours de leur consultation.

Des actes d’autant plus gravissimes étant donné la vulnérabilité des victimes et l’ascendant que le professionnel avait sur elles. Le quadragénaire est décrit par les experts comme un homme ayant « de grandes frustrations sexuelles » et ayant recours à l’alcool pour lever ses inhibitions. Il aurait d’ailleurs profité de « la situation d’infériorité de ses victimes » pour en abuser.

Bientôt jugé à la cour criminelle devant laquelle il encourt la peine de 20 ans de réclusion criminelle, Arnaud souhaiterait « retrouver les siens » avant le procès. « La détention provisoire n’a pas vocation à être une vraie peine », souligne son avocat, Me Gabriel Odier. Quant aux reproches selon lesquels le suspect aurait tenté d’obtenir, via sa propre mère, les coordonnées de certaines de ses patientes afin de faire pression sur elles, la robe noire précise que lors de sa garde à vue, son client avait été hospitalisé. « Il avait, à ce moment-là, demandé à sa mère de trouver les coordonnées de certaines de ses patientes pour obtenir des témoignages de bonne moralité », plaide le conseil qui a précisé que son client reconnaissait certains faits d’agression sexuelle, mais pas les viols. Ce sera donc, selon toute logique, parole contre parole le jour de l’audience criminelle.

La cour a mis sa décision en délibéré. La chambre d’instruction a finalement rejeté son appel sur décision du juge des libertés et de la détention.

Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
12 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Royal Bourbon
14 jours il y a

C’est toujours le même problème que doit observer les professionnels de santé ou pas qui ont en charge les manipulations corporelles du patient ou du client : éthique et déontologie.

Là dans, on trouve :

* les gynéco et les médecins en général lors de l’examen clinique
* les dentistes
* les manipulateurs radio
* les masseurs, chiropracteurs, etc
* les coachs sportifs/entraîneurs (avec le scandale de pédophilie dans les salles de sport en France toujours pas condamnés)
* les esthéticiennes
* etc.

Bref, la limite entre le « toucher professionnel » et le « toucher délictuel » est très mince !

Mais en général, ce ne sont pas tous des salauds par le simple fait qu’il nous rassure en nous expliquant à chaque fois leurs gestes.

Tatane
Répondre à  Royal Bourbon
14 jours il y a

Comme l’autre pervers au trou t’ a pas honte pense a ceux qui sont traumatisées jeune en +

Royal Bourbon
Répondre à  Tatane
13 jours il y a

Je n’ai jamais dit que je défendais les pervers ! Bien-sûr qu’il faut les condamner fermement et de tout coeur avec les traumatisées !

Bien que le fait divers est choquant, on ne peut pas cracher sur toute la profession ! Il y a beaucoup plus de professionnels sérieux qui aiment leur métier que ces pervers isolés qui ont peut-être choisi ces métiers pour arriver à leurs fins déviantes.

Et heureusement que ces victimes puissent parler et dénoncer leur bourreau !

Ouais
Répondre à  Royal Bourbon
14 jours il y a

Allo, Gérard miller ???? Après le professeur de français qui sortait de Mayotte et qui avait besoin de se « décharger » mais avec qui c’était plaisant de converser, voilà le kiné fistfucker maladroit ? Non mais Allo quoi?

yandial
Répondre à  Royal Bourbon
14 jours il y a

Ah oui, ça s’est rassurer les patientes en leur disant d’ouvrir bien grand la bouche afin d’accueillir son sexe en erection, on voit le professionnel… ça évite les déchirures musculaires suite à une introduction par surprise, c’est clair.
PFFF

Pintapinto
14 jours il y a

Il n’y a pas de viol sans agression sexuel le. Il n’y a pas d’agression sans violence. Il est temps de ne plus laisser ce genre de comportement malsain et destructeur pour la société continuer.

Matjecrwakgéhuntiket
Répondre à  Pintapinto
14 jours il y a

J’ai du mal à être complètement d’accord. Quand une personne interprète que son interlocuteur(trice) est consentante, et que par exemple il lui glisse la main entre les cuisses, je ne vois pas la violence. C’est pas une droite dans les dents, y a pas de haine. Que ça puisse choquer la personne dont le comportement a mal été interprété, d’accord mais si t’es pas neuneu(e) tu repousse la main et basta. Normalement l’entrepreneur(euse) se sent gêné(e) et s’excuse. Je trouve pas ça bien violent, faut pas délirer non plus. A un moment donné faut bien tenter sa chance comme disait Graeme allright!

Skilfopaentendre
Répondre à  Matjecrwakgéhuntiket
14 jours il y a

« il faut bien tenter sa chance » ?! Alors, votre première approche d’une femme, pour lui faire comprendre qu’elle vous plaît, c’est une main entre les cuisses, si je comprends bien… A vous ne voyez pas ce qu’il y a de choquant dans ce genre de dérapages, au sein d’une relation patients/thérapeutes, prof/élève, patron/subalterne, aussi si on suit votre logique… Les termes d’abus de pouvoir, abus de faiblesse ça vous parlent ? Vous ne voyez pas de problème non+ qu’un adulte agresse sexuellement une mineure (plusieurs dans ce cas-ci). Ben tout va bien alors … Bienvenue à pédoland, ça va avec la même mentalité : restons dans la fange, d’une société, soit-disant évoluée, éduquée ou la femme n’est qu’un bout de viande à baiser… Ma pitié va à votre mère, compagne, fille, aux femmes de votre entourage… Pauvre rustre…

HULK
Répondre à  Matjecrwakgéhuntiket
14 jours il y a

C’est une opinion ( douteuse) et je ne suis pas certain que les femmes à qui celà arrive la partage vraiment.

bob
13 jours il y a

Il va se faire masser pour quelques années en prison maintenant !!

Olivier
Répondre à  bob
13 jours il y a

opération ramass’ savonette par les autres détraqués comme lui

domen
13 jours il y a

coup monté trop facile

Dans la même rubrique

Carambolage sur la route des Tamarins

L’accident impliquant trois véhicules s’est produit ce mardi matin sur la route des Tamarins. Les voitures sont immobilisées sur la voie de gauche en direction du nord. Un important embouteillage s’est formé dans le secteur.