Revenir à la rubrique : Faits divers

Sécurité routière au travail : Une semaine cruciale pour sauver des vies

Les accidents de la route, première cause de mortalité au travail, sont au cœur des Journées de la sécurité routière qui se déroulent tout au long de cette semaine. Un baromètre révèle une augmentation des accidents corporels en avril 2024.

Ecrit par Zinfos974 – le lundi 27 mai 2024 à 17H42

Les accidents de la route représentent la première cause de mortalité dans le cadre du travail, entraînant chaque année près de 4 millions de journées de travail perdues. Dans le cadre des Journées de la sécurité routière au travail, les entreprises de toutes tailles, administrations et collectivités territoriales, ont été invitées pendant toute cette semaine à organiser des animations de sensibilisation au risque routier. Les employeurs ont la liberté de choisir le format de leur participation, avec des activités variées telles que des tests, quiz, ateliers pratiques, simulateurs, forums, révisions du code de la route, etc. Des kits personnalisables de mobilisation et d’animation sont téléchargeables ici.

Baromètre de l’Accidentalité – Avril 2024

Le mois d’avril 2024 a vu une augmentation des accidents corporels de 7% par rapport à avril 2023, passant de 75 à 80 accidents. Cependant, le nombre de tués a diminué de 80%, passant de 5 à 1. Le nombre de blessés a augmenté de 21%, passant de 85 à 103, dont les blessés hospitalisés ont augmenté de 65%, passant de 20 à 33. Depuis le début de l’année, les accidents corporels ont augmenté de 11%, les tués ont diminué de 36%, et les blessés ont augmenté de 15%, avec une augmentation significative de 63% des blessés hospitalisés.

Les principales causes des accidents mortels en avril 2024 sont la visibilité réduite, l’alcool, les stupéfiants et la vitesse excessive.

En avril 2024, les données sur les personnes tuées par mode de déplacement montrent une répartition notable des risques. Les piétons représentent 11% des tués, tandis que les cyclistes et les usagers de deux-roues motorisés représentent respectivement 22% et 11%. Les automobilistes constituent la majorité des tués, soulignant l’importance de la prudence et du respect des règles de sécurité routière pour tous les types d’usagers de la route.

L’analyse des décès par âge et par sexe en avril 2024 révèle des tendances distinctes. Les tranches d’âge les plus touchées sont les 25-34 ans et les 45-54 ans, chacune enregistrant un décès. Les hommes sont plus nombreux que les femmes parmi les victimes, avec une répartition montrant 56% de tués masculins contre 44% de tués féminins en 2024.

Pour rappel…

Il est interdit de laver sa voiture sur la voie publique, les voies privées ouvertes à la circulation publique, les berges, ports et quais, ainsi que dans les parcs et jardins publics. Cette interdiction vise à éviter le déversement d’eaux usées contenant des hydrocarbures et huiles polluantes. Les contrevenants s’exposent à une amende de 450 euros, avec des sanctions pouvant aller jusqu’à 2 ans d’emprisonnement et une amende de 75 000 euros en cas de pollution des eaux souterraines. Pour respecter la loi, il est conseillé de recourir à un lavage à sec ou de se rendre dans une station de lavage respectant les normes environnementales en vigueur.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Aux assises, le procès du ti-père accusé de la mort de Gabriel : « Frapper, c’est une méthode d’éducation »

Ce mardi, au deuxième jour du procès d’Haymerick Gonfo, la mère de Gabriel n’est pas venue témoigner, malgré l’importance de sa déposition. La cour a décidé de poursuivre l’audience – alors que la défense avait plaidé un renvoi de l’affaire – dévoilant des détails poignants sur les maltraitances subies par l’enfant. Haymerick Gonfo risque 30 ans de réclusion criminelle et ne reconnaît pas les faits.