Revenir à la rubrique : Faits divers

Relaxé pour import de colis de stupéfiants, il prend 2 ans pour détention

Un homme de 33 ans comparaissait pour des faits d'import de colis de stupéfiants - résine de cannabis et cocaïne - ce lundi devant le tribunal judiciaire de Saint-Denis. Les faits reprochés auraient débuté en avril 2021.

Ecrit par zinfos974 – le lundi 15 novembre 2021 à 18H58

C’est suite à un contrôle des douanes qu’une série de trois colis Chronopost contenant au total de 769 gr de résine de cannabis et 32 gr de cocaïne ont été interceptés. Afin d’interpeller le destinataire, les agents décident de placer une surveillance. En vain puisque Chronopost envoie une alerte de ciblage des douanes au destinataire. Et comme souvent dans ces cas-là, le numéro n’est pas traçable.

Qu’importe, les enquêteurs de la gendarmerie s’aperçoivent, après des recherches minutieuses, qu’au final 17 colis sont concernés. Les faits se seraient déroulés d’avril à octobre 2021. Ils ont tous un destinataire situé à l’Ehpad de la Possession, contiennent « normalement » tous de la semoule de manioc et proviennent du 93 en région parisienne. 
 
Grace au numéro laissé par l’expéditeur, ils remontent sur un pompiste qui leur explique qu’il est en relation avec un homme de la région parisienne lui ayant proposé de faire venir de la résine de cannabis. Suite à la description, les enquêteurs remontent jusqu’au prévenu – qui habite près de l’Ehpad – qu’ils placent sous surveillance. Ils finissent par l’interpeller puis le placent en garde à vue. Lors des perquisitions à son domicile et dans sa voiture, les gendarmes mettent la main sur 470€, 100 gr de zamal planqués derrière la machine à laver et 269 sachets de conditionnement vides. Ils trouvent aussi de la skunk sur lui, ainsi que des sachets vides dans sa voiture. 

« Je prête souvent mon téléphone à ceux qui en ont besoin »

Alors qu’il prétexte ne plus se rappeler de son code Pin, ni de son code de déverrouillage, les enquêteurs obtiennent tout de même l’historique de sa ligne personnelle. Ils repèrent notamment le numéro du Chonopost ainsi que celui du suivi de colis. « Je prête souvent mon téléphone à ceux qui en ont besoin », s’explique-t-il à la barre pour justifier de 124 appels passés. « On n’est pas complètement à la masse », lui fait remarquer une magistrate quant à ses explications farfelues.

« Il essaye de vous enfumer depuis le début ! »

« À l’entendre, c’est un mauvais concours de circonstance, il essaie de vous enfumer depuis le début ! Il y a beaucoup de colis depuis le 93 d’où il vient, et toujours de la semoule de manioc. Il habite à côté de l’Ehpad et le pompiste le décrit parfaitement. Il prête son téléphone mais il ne sait pas à qui ! Pour l’oubli de son code Pin, il ne veut pas qu’on fouille son téléphone car il sait ce que l’on va trouver. Il met en place tout un stratagème pour pouvoir revendre la marchandise. Il passe ses journées à livrer des stupéfiants. Il a pris les enquêteurs pour des jambons et il vous prend pour des idiots ! Je vous demande une peine de 3 ans de prison avec maintien en détention ainsi qu’une amende douanière de 1500€« , requiert le procureur. 

« Pour le savoir, il aurait fallu ouvrir une instruction »

« On lui reproche une infraction importante, mais on ne retrouve ni résine de cannabis, ni cocaïne chez lui !« , répond Me Yannick Carlet pour la défense. « Il a des explications qui peuvent ne pas vous plaire mais rien n’a été retrouvé chez lui. Son numéro est le le 17 63 alors que toutes les investigations portent sur le 17 62 ! On nous dit avec évidence qu’il a fait importer des colis remplis de stupéfiants mais non ! Il y a bon nombre de gens qui ont pu commander ces colis mais pour le savoir, il aurait fallu ouvrir une instruction. Il n’y a aucune évidence qui prouve qu’il a fait envoyer ces colis, je vous demande la relaxe pour les faits d’importation. Il reconnait l’achat et la consommation et il sait qu’il va être condamné pour cela. On requiert 3 ans mais il n’y a aucune certitude, c’est disproportionné !« , conclut la robe noire. 

Après une longue délibération, le tribunal, qui a visiblement entendu les arguments de la défense, relaxe le trentenaire des faits d’importation et d’emploi de produits stupéfiants. Concernant les faits de transport, de détention et d’acquisition, le prévenu est condamné à la peine de 2 ans de prison avec maintien en détention et 20 000€ d’amende. 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Rodéos urbains au Port : 10 motos saisies et détruites par la Police

Alors que depuis le début de l’année, une recrudescence des rodéos motorisés a été observée au Port avec pour conséquences deux accidents graves de la route, une opération menée par la Police ce jeudi a permis la saisie de 10 motos impliqués dans cette pratique illégale. Les deux-roues ont été détruits.

Soupçons d’emplois illégaux au cabinet de la Région : La stratégie d’enquête décriée par la défense

En début d’audience pour ce premier jour de procès, les 11 prévenus de la Région Réunion, dirigée par Didier Robert de 2010 à 2021, ont nié toute faute malgré les poursuites pour détournement de fonds, prise illégale d’intérêts et de recel après un contrôle de la Chambre régionale des comptes. L’enquête préliminaire a révélé des emplois potentiellement fictifs, des recrutements discrétionnaires et des rémunérations excessives. Les avocats de la défense contestent la procédure, arguant notamment de partialité et d’imprécision des motifs de poursuite.