Revenir à la rubrique : Régionales

Régionales : Didier Robert, candidat du « renouveau réunionnais »

Le président du Conseil régional vient d'annoncer sa volonté de briguer un troisième mandat consécutif. Il revient sur son bilan, évoque son nouveau projet, les alliances politiques, sa convocation devant la Justice et donne une date pour la fin du chantier de la Nouvelle Route du Littoral.

Ecrit par Pierrot Dupuy, Prisca Bigot, Baradi Siva – le vendredi 26 mars 2021 à 14H11

Didier Robert, président de la Région Réunion, a annoncé sa candidature aux élections régionales. Il fait le bilan et évoque son nouveau projet au micro de Pierrot Dupuy.
 


 

 

Je veux dire aux Réunionnais que je suis prêt parce que nous avons un travail à terminer, la Nouvelle Route du Littoral évidemment.

Les thèmes de campagne

Je veux ouvrir un nouveau cycle, faire en sorte que notre ADN, notre identité soit davantage mise en lumière; la lutte contre la précarité et la pauvreté doit être un impératif de toutes les collectivités; faire que la dimension de l’équilibre des territoires fasse partie de ce que nous avons à porter. Voici les sujets importants que nous avons à porter.

Essayons de régler une fois pour toute la question des violences faites aux femmes. Ce n’est pas de la compétence directe de la Région mais la Région doit apporter sa contribution. Il y a des sujets sur lesquels nous devons travailler.

Le bilan du président

La Réunion économique va mieux. Nous avons posé beaucoup d’investissements. On a créé plus d’entreprises que d’entreprises sont liquidées, on est les seuls en France, même en 2020 qui a été une année terrible. Il y a des jeunes et des moins jeunes Réunionnais qui sont des entrepreneurs et ont confiance en le modèle.

La Région est l’un des acteurs, sinon l’acteur de la politique économique des territoires. Les partenariats avec les mairies pour la rénovation des équipements sportifs de qualité, culturels, la réhabilitation des écoles. Tout ce travail, qui n’est pas de notre responsabilité directe mais que nous avons voulu mettre en avant. Nous ne sommes pas seuls, nous avons des partenaires. Mais la collectivité qui fixe l’ambition, c’est la Région.

Nous n’avons pas tout réussi et nous n’avons pas réussi aussi bien que nous l’aurions souhaité. Mais sur ce qui a été posé, en matière d’investissement public, jamais La Réunion n’aura bénéficié d’autant d’investissements publics, nous avons maintenant des infrastructures de qualité.

Le modèle économique que nous avons posé est une locomotive qui emmène l’ensemble des autres secteurs d’activité. Le taux de chômage, même s’il est encore trop important, il passe de 30% en 2010 à moins de 20% aujourd’hui. On a une vraie marge de progression. Comment faire en sorte que la politique puisse bénéficier au plus grand nombre ? Le Plan Ordinateur Portable, la Continuité territoriale, ce sont des éléments précieux en termes de cohésion, d’équité. Sur la formation, des jeunes sont maintenant formés pour trouver un emploi. Le soutien au pouvoir d’achat, nous sommes intervenus en 2012 pour qu’on atténue l’augmentation du prix de la bouteille de gaz.

La Nouvelle Route du Littoral

Avant 2010, personne n’avait pris la responsabilité d’engager le chantier de la Nouvelle Route du Littoral. Nous avons pris la décision de démarrer le chantier. Nous l’avons fait pour la sécurité de milliers d’automobilistes, ils circulent dans des conditions de sécurité contestables. L’objectif est que les gens puissent avoir une route sécurisée. Il faut terminer ce chantier pour des questions de sécurité et pour fluidifier la circulation.

C’est un chantier qui doit faire la fierté des Réunionnais. C’est un chantier exemplaire sur les plans économique, technique, environnemental.

Nous avions prévu la livraison de ce chantier fin 2021. Les Réunionnais se rendent compte que des personnes nous ont délibérément mis des bâtons dans les roues. Que des gens ne sont pas d’accord, ils sont minoritaires, mais je les comprends. Que des gens fassent des recours, je le comprends. Mais qu’il y ait 89 recours posés contre le chantier de la Nouvelle Route du Littoral de la part de gens qui disent qu’ils sont pour: c’est de l’acharnement. Cela coûte des centaines de milliers d’euros à la collectivité locale.
 

Nous n’avons jamais été ralentis, freinés par la question des roches massives. Nous avons, grâce aux ingénieurs et aux techniciens, pu répondre à l’absence des carrières par le plan andains mis en place dès le début.
 

Le chantier que l’on voit aujourd’hui est le résultat d’un viaduc et de plusieurs digues qui ont été construites les unes à côté des autres. Pour réaliser ces digues, nous avons récupéré des galets chez les agriculteurs et nous avons pu rendre à l’agriculture des terrains qui n’étaient pas exploitables. C’est une démarche vertueuse.
 

Ce qui a posé problème, ce sont des gens qui se sont opposés violemment, qui ont joué contre leur camp !
 

Aujourd’hui, la solution est simple : Nous allons dans quelques jours récupérer près de 9 kilomètres. Nous allons réaliser un raccordement provisoire, l’objectif est d’ouvrir à la circulation ces 9 kilomètres entre Saint-Denis et la Grande Chaloupe, ce sera 80% du linéaire. Il reste ensuite 2 kilomètres, nous sommes prêts, les appels d’offres sont prêts à être lancés et nous avons dégagé la solution technique, une digue avec une formule du type de caissons en béton et on sait où trouver les remblais et les enrochements nécessaires pour terminer la route.

Nous aurons 2 ans de travaux supplémentaires. À l’horizon fin 2023-2024, nous aurons bouclé une fois pour toute la Nouvelle Route du Littoral.
 

Il aurait fallu que la mairie de Saint-Denis soit un peu plus engagée, dynamique et se mette sérieusement au travail pour l’amélioration de la voie au Barachois. On ne peut le faire que s’il y a concordance entre la Région et la mairie. J’espère que les mois qui viennent seront plus utiles.

Tramway

Il s’agit d’avoir une voie pour un tram qui permet, de Saint-Benoît à Saint-Joseph en passant par l’Ouest, d’avoir une alternative. La Nouvelle Route du Littoral a été pensée pour accueillir les bus et dans un deuxième temps un réseau ferré.

Il faut régler deux points noirs, à Saint-Pierre et Saint-Denis. Si nous arrivons à poser les solutions – les études ont déjà été engagées – nous aurons tenu un engagement qui permet d’améliorer la circulation sur le territoire.

La mairie de Saint-Denis n’a pas retenu le projet de la Région. Les élus de la CIREST sont eux demandeurs d’une solution. L’objectif est global et il faudra avancer par étape.

Et les Départementales ?

Cela doit être un tournant dans la vie politique à La Réunion. L’efficacité d’une politique publique repose sur les moyens qu’on est capable de mettre en oeuvre. Nous avons des budgets importants et qu’il faut utiliser avec le plus de justesse et de Justice. Il faut de la cohérence et de la concertation. Il faut que le projet réunionnais soit validé et que l’Europe et l’Etat aillent dans la même direction. 

Ce que j’appelle de tous mes voeux, c’est de faire en sorte qu’il y ait un projet pour La Réunion, qu’il soit partagé et qu’il soit décliné par le Département, la Région. Mais que nous ayons ensemble le même projet, le même objectif pour mettre en lumière le renouveau réunionnais. Les Réunionnais attendent des résultats, il y a des points de faiblesse aujourd’hui. Ne renversons pas la table, il y a des dossiers qui fonctionnent bien et qu’il faut améliorer, et il faut passer à une autre étape : il faut que nous soyons dans une logique de développement durable. Il faut que nos politiques soient vertueuses. La Réunion est belle, il faut encore mieux la préserver.

Quelles unions ?

Je ne solliciterai pas l’investiture de LREM. La logique que je veux défendre est l’union de la Droite et du Centre et des autres sensibilités qui veulent nous rejoindre.

Cela fait plusieurs mois que nous réfléchissons avec Michel Fontaine et que nous essayons de trouver les solutions à cette union. Je veux travailler avec Les Républicains. L’objectif est de rassembler notre famille politique, d’aller au-delà du centre, aller vers les espaces de convergence pour avoir un projet fort, soutenu.

Nous avons besoin de finaliser le projet. La Réunion sera forte si l’ensemble des micro-régions est forte. Il faut apporter une réponse sur l’équilibre des territoires. Nous avons aussi à harmoniser du mieux possible la question des Départementales et des Régionales.

La question judiciaire

Il y a un calendrier judiciaire. Je répondrai sur le fond sur ces dossiers. Il y aura des réquisitions et des décisions qui seront prises. Je suis suffisamment homme et homme politique responsable pour prendre toutes mes responsabilités et pour savoir où je vais.

Un appel aux Réunionnais

Je demande aux Réunionnais de me faire confiance et de m’accompagner. C’est important pour nous de poser ce nouvel espace. Il faut tenir compte de la crise des Gilets Jaunes, les débats et manifestations citoyennes. Je veux demain une Réunion plus forte, des Réunionnais plus forts et plus respectés. Je pense, avec d’autres, être utile à La Réunion. Je veux être aux côtés des Réunionnais.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Frédéric Vienne félicite Huguette Bello pour son élection

Le président de la Chambre d’agriculture félicite Huguette Bello pour son élection à la tête du Conseil Régional. Frédéric Vienne assure que tous élus de la chambre verte sont prêts à travailler main dans la main avec la nouvelle majorité régionale.

Bachil Valy réagit à l’élection d’Huguette Bello

Bachil Valy adresse un message de félicitations à Huguette Bello pour son élection à la tête de la collectivité régionale. Le maire de l’Entre-Deux souhaite travailler avec la nouvelle majorité régionale malgré leur clivage politique.

Frédéric Miranville adresse ses félicitations à Huguette Bello

Le président de l’Université de La Réunion a adressé un message de félicitations à Huguette Bello pour son élection à la présidence du Conseil Régional. Frédéric Miranville espère que la collaboration entre les deux institutions œuvreront ensemble à la réussite des jeunes Réunionnais.

Vanessa Miranville félicite Huguette Bello

Dans un communiqué, Vanessa Miranville adresse ses plus sincères félicitations à la nouvelle présidente du Conseil Régional. Le maire de la Possession espère pouvoir travailler avec la nouvelle composition de la collectivité régionale pour faire avancer La Réunion.

Pierrot Dupuy – Election d’Huguette Bello à la présidence de la Région: « Un moment historique »

J’aurais pu choisir un autre titre pour illustrer cet article. J’aurais tout aussi bien pu privilégier « Face aux enjeux futurs, la Région sera là », ou « Nous sommes là pour servir les habitants de cette terre » ou encore « Cette victoire est le résultat d’années de lutte, de combat pour faire reculer l’injustice » ou enfin « L’heure de nous-mêmes a sonné ».

Comme vous pouvez le constater, ce ne sont pas les citations emblématiques qui ont manqué dans le discours d’investiture d’Huguette Bello après qu’elle ait été logiquement élue à la présidence de la Région.