Revenir à la rubrique : Communiqué

Rapport de Human Rights Watch : « Justice et réparation pour les Chagossiens »

Pour le Comité Solidarité Chagos-Réunion et le Mouvement Réunionnais pour la Paix, une nouvelle étape a été franchie dans la reconnaissance des souffrances des Chagossiens, expulsés de l'archipel dans les années 60. Le rapport de Human Rights Watch publié ce mercredi 15 février 2023 qualifie la situation de "crime contre l'humanité". C’est "un plaidoyer pour la Justice et la Réparation", saluent les deux instances dans un communiqué :

Ecrit par NP – le jeudi 16 février 2023 à 15H58

Aucune image à la une trouvée pour cet article.

1- Ce rapport est une heureuse coïncidence.

Mercredi 15 février, l’organisation Human Rights Watch, une organisation internationale reconnue, qui défend le droit des peuples dans le monde entier, a rendu public un rapport complet sur la situation des Chagossiens. Le rapport est complété par un film qui peut être visionné en suivant le lien : https://media.hrw.org/preview/en/2346/the-last-british-colony-in-africa.

Le peuple Chagossien, expulsé de sa terre natale, sans explication ni indemnisation, revendique pacifiquement son retour, en utilisant la diplomatie et le droit. Cinquante ans sont passés et maintenant, leur candidature a été déposée en vue de l’obtention du Prix Nobel de la Paix. Ils méritent cette reconnaissance symbolique. La publication du rapport de Human Rights Watch est une heureuse coïncidence. Elle arrive exactement au moment où le Comité pour la Paix est entrain de choisir sa « short list » d’environ 20 noms parmi les centaines qui leur ont été soumis.

2- Ce Rapport expose 3 crimes contre l’humanité et demande le jugement des responsables.

Dans son analyse, basée sur des recherches approfondies, l’organisation de défense des Droits Humains accuse le Royaume-Uni et les Etats-Unis de 3 crimes. « Le déplacement forcé par les États-Unis et le Royaume-Uni du peuple chagossien il y a un demi-siècle, la persécution raciale du Royaume-Uni et le blocage continu de leur retour chez eux sont des crimes contre l’humanité ». Le rapport expose le motif du crime : « Dans des accords secrets dans les années 1960, les deux gouvernements ont planifié une base militaire sur l’île de Diego Garcia, que les États-Unis ont exigée qu’elle soit dépourvue d’habitants. » Durant ce temps les Chagossiens ont été traités comme un peuple « sans droits » et l’organisation réclame qu’une enquête soit ouverte, que les documents soient rendus public et que les responsables soient jugés par un tribunal équitable.

3- Ce rapport exige des réparations et des excuses. 

Dans ses nombreuses recommandations, le rapport exige, de la part des auteurs des crimes,  des réparations précises et des excuses publiques. « Les gouvernements britannique et américain devraient redresser les torts contre eux en commençant par l’engagement politique et financier de ramener les Chagossiens dans leur patrie avec dignité. » Sur le plan pratique, nous avons retenu cette proposition de bon sens : « Le Royaume-Uni devrait fournir une restitution en levant immédiatement l’interdiction faite aux Chagossiens de retourner définitivement dans les îles Chagos ». Il est clairement demandé le retour immédiat et sans condition, y compris à Diégo Garcia, de tous les Chagossiens, « où qu’ils vivent dans le monde et quelque soit leur nationalité ». En effet, les chagossiens ont  émigré un peu partout dans le monde, surtout en Angleterre qui a fini par leur accorder la nationalité britannique.

4- Ce rapport recommande de ne pas reproduire les erreurs du passé. 

Enfin, Human Rights Watch souligne le rôle particulier de Maurice et exige la participation des Chagossiens aux négociations, pour ne pas reproduire les erreurs du passé. En voici un extrait : « Avec l’annonce de l’ouverture en novembre 2022 de négociations entre le Royaume-Uni et  Maurice sur l’avenir des îles Chagos, il est crucial que les deux pays garantissent de véritables consultations du peuple chagossien. L’histoire de ces soixante dernières  années est celle de gouvernements qui négocient des accords qui pèsent sur l’avenir des  Chagossiens mais sans inclure ces derniers. Tout futur accord concernant les îles Chagos  doit donc être centré sur les droits des Chagossiens, y compris sur leur droit au retour, et  sur des réparations complètes pour des décennies de mauvais traitements. »

5- Soutien total à ce peuple créole francophone

Pour conclure, le rapport demande à tous les États de « soutenir les enquêtes et les poursuites judiciaires pour crimes contre l’humanité qui ont été commis contre les Chagossiens et qui persistent. »

Le Comité Solidarité Chagos- La Réunion et le Mouvement Réunionnais pour la Paix ne peuvent qu’approuver les conclusions et les recommandations de ce rapport. A La Réunion, comme dans les pays de la zone et en France nous demandons  :

– d’accentuer la solidarité à la cause du peuple Chagossien, qui est un peuple créole, francophone et qui partage la même histoire de peuplement que nous.

– de soutenir la candidature de Chagos pour le Prix Nobel de la Paix.

Nous remercions grandement toutes les personnes et organismes qui ont déjà pris des initiatives et espérons que beaucoup d’autres emboîtent le pas : C’est le moment! Toutes les initiatives sont les bienvenues.

 

Le Comité Solidarité Chagos – La Réunion et Le Mouvement Réunionnais Pour La Paix.
Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué]“Nous, élus des Outremers, demandons solennellement au Gouvernement le retrait immédiat du projet de loi de réforme constitutionnelle”

La Présidente de Région Huguette Bello aux côtés de Présidents de collectivités ultramarines et de parlementaires ultramarins (dont les Réunionnais Evelyne Corbière, Karine Lebon, Frédéric Maillot, Emeline K/Bidi, Perceval Gaillard, Jean-Hugues Ratenon et Younous Omarjee) cosignent une tribune pour alerter sur la situation en Nouvelle-Calédonie et appeler le gouvernement à retirer son projet de loi de réforme constitutionnelle.