Revenir à la rubrique : Santé

Pourquoi remettre en place le couvre-feu ?

Jacques Billant s’est exprimé sur les chaînes de télévision réunionnaises vendredi pour annoncer un durcissement des mesures de lutte contre le coronavirus. Le préfet souhaite agir au plus vite alors que la situation sanitaire se dégrade de façon importante à La Réunion.

Ecrit par zinfos974 – le samedi 10 juillet 2021 à 13H52

Le couvre-feu a été levé sur l’ensemble du territoire français à la fin du mois de juin. Les Réunionnais ne sont donc plus soumis aux restrictions des déplacements nocturnes depuis près d’une semaine et demie. 

Mais la levée de cette mesure de lutte contre le coronavirus est survenue alors que notre île connaissait déjà une reprise de la circulation de la covid. La Réunion négocie actuellement le quatrième pic de la troisième vague épidémique.
 
Le préfet a annoncé hier son intention d’obtenir auprès du Gouvernement [la possibilité de remettre le couvre-feu à La Réunion]urlblank:https://www.zinfos974.com/Covid-Le-prefet-a-demande-au-Gouvernement-la-possibilite-de-remettre-en-place-le-couvre-feu_a171194.html . Mais pourquoi ?

 

 

Des indicateurs qui virent au rouge

[Le nombre de contaminations hebdomadaires est en hausse depuis maintenant deux semaines]urlblank:https://www.zinfos974.com/Covid-7-deces-1-262-nouveaux-cas-et-renforcement-des-mesures-pour-les-voyageurs_a171050.html . Le taux d’incidence flirte actuellement avec les 150 cas pour 100.000 habitants, soit au niveau de l’ancien seuil fixé en février dernier pour le confinement. Une situation que La Réunion n’avait encore jamais connue depuis le début de la crise covid.

Le taux de positivité reste lui stable car les dépistages sont continuellement de plus en plus nombreux, mais il se situe à seulement 1 point du niveau national de surveillance.

 

 

Très forte tension dans les hôpitaux

La pression hospitalière qui fait partie des indicateurs majeurs suivis par les autorités sanitaires est aussi en constante augmentation. Le préfet a d’ailleurs déclaré qu’en milieu de semaine, il ne restait que deux lits de réanimation disponibles sur toute La Réunion.

[Le taux d’occupation des places en médecine Covid et en réanimation grimpe]urlblank:https://www.zinfos974.com/Covid-La-situation-continue-de-se-degrader_a171052.html sans discontinuer depuis maintenant plus de deux semaines.
 

 

Le variant Delta fait son trou

[La circulation autochtone de ce variant est maintenant une réalité à La Réunion]urlblank:https://www.zinfos974.com/Covid-3-clusters-et-28-cas-du-variant-Delta-a-La-Reunion_a170698.html . Les organismes de santé estiment qu’il est 60% plus contagieux que la forme première de la covid.

Santé Publique France explique que 20 cas sont confirmés, et que 8 cas sont encore en cours d’étude mais alerte : Les cas confirmés par séquençage sont peu représentatifs de la situation du jour au vu du délai nécessaire pour effectuer l’analyse. Par ailleurs, plusieurs cas n’ont pas pu être criblés durant la période de transition entre l’ancienne et la nouvelle stratégie nationale de criblage. Il faut donc rester prudent sur ce chiffre de cas confirmés de variant DELTA qui pourrait être rapidement réévalué à la hausse.
 

 

Pas assez de personnes vaccinés

Un autre moyen de lutter contre la circulation du coronavirus à La Réunion est l’immunité collective. Cela ne peut se faire que si les Réunionnais se font vacciner. Ils sont pour l’instant [22,4% à avoir reçu deux injections]urlblank:https://www.zinfos974.com/Covid-224-des-Reunionnais-sont-vaccines_a171155.html .

La préfecture et l’ARS rappellent souvent qu’il s’agit du seul moyen durable pour lutter contre l’épidémie de coronavirus.

Les conséquences de la mesure de couvre-feu

La restriction des déplacements nocturnes permet aux autorités de limiter les rassemblements sauvages ou regroupements familiaux et amicaux en trop grand nombre qui ont pour conséquence de faciliter la circulation du coronavirus.

Santé Publique France précise que 42 clusters sont actuellement actifs à La Réunion dont 4 qui se sont déclarés la semaine dernière.

Agir avant que la situation ne soit hors de contrôle

Le préfet a déjà annoncé un renforcement des mesures pour les voyageurs durant la période des vacances scolaires.

Les jauges d’accueil étaient déjà par ailleurs maintenues pour les établissements recevant du public dès le début du mois de juillet.

Mais les indicateurs de suivi de l’épidémie montrent un regain continu de la circulation du coronavirus. Jacques Billant annonce donc vouloir agir avant que la situation n’empire trop à La Réunion.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Point épidémiologique : 29 cas de paludisme recensés au premier semestre

Dans son point épidémiologique hebdomaire, Santé Publique France indique que l’île a connu 29 cas de paludisme cette première partie d’année, contre 31 pour tout 2023. Le Covid-19 est toujours sous surveillance, tandis qu’une hausse des hospitalisations est enregistrée pour des cas d’infection respiratoire aigüe.

Aurar : La plainte de la CGSS classée sans suite

Alors que le parquet a décidé de classer l’affaire et a notifié la CGSS en 2022, l’association n’a été informée de cette décision qu’en juin dernier. Une très bonne nouvelle pour l’Aurar, qui espère que la fin des investigations permette de renouer avec la confiance des patients.

Le vaccin contre le chikungunya Ixchiq autorisé sur le marché européen

La société pharmaceutique franco-autrichienne Valneva a obtenu l’autorisation de vendre sur les territoire de l’Union européenne son vaccin contre le chikungunya dénommé Ixchiq. Cette maladie transmise par le moustique tigre avait causé de nombreux morts dans l’île à son apparition en 2005.