Revenir à la rubrique : Politique | Société

Pour Nathalie Bassire, Belal a mis en lumière la mauvaise gestion des risques naturels au Tampon

La députée de la 3e circonscription a organisé une conférence de presse ce mardi pour dresser son bilan de la gestion des risques naturels dans sa circonscription. Nathalie Bassire estime que le passage de Belal sur l'île a mis en lumière le manque d'anticipation des risques liés aux catastrophes naturelles et la nécessité d'une intercommunalité du Grand Sud.

Ecrit par Gaëtan Dumuids – le mardi 30 janvier 2024 à 15H10

« L’eau ne fait pas de politique, mais les gestionnaires oui », lance Nathalie Bassire en réponse à l’annonce faite par Michel Fontaine de l’interconnexion des réseaux d’eau entre la CIVIS et la CASUD. Mais ce n’est pas le maire de Saint-Pierre qui est dans le viseur de la députée, mais bien celui du Tampon et sa gestion des risques naturels.

« C’est une gestion court-termiste et à la petite semaine. Les agents de la commune font ce qu’ils peuvent et il faut les féliciter, mais on aurait pu atténuer les résultats du passage de Belal », assure l’élue qui pointe ensuite les exemples apportés par le cyclone. Nathalie Bassire pointe déjà du doigt la promesse de la fin des coupures d’eau au Tampon en mars 2019 lors de l’inauguration de la source de captage Edgar Avril.

Elle remet également en cause les contrats de délégation de service public (DSP) entre la CASUD et Sudéau. Elle estime qu’il est inadmissible que l’achat de groupes électrogènes n’ait pas été inclus dans la dernière DSP. C’est donc 3 millions d’euros qui doivent être ajoutés aux 16 millions d’euros annuels alloués au gestionnaire d’eau du sud.

De plus, elle dénonce le fait que la DSP ne prévoit qu’une cinquantaine de citernes pour une ville de 80.000 habitants. Nathalie Bassire s’agace également du fait que le contrat, qui prévoit 3 litres d’eau par jour et par habitant en cas de coupure, ne soit pas respecté avec seulement 20.000 bouteilles d’eau en stock. « Le centre-ville du Tampon, c’est environ 15.000 personnes. C’est déjà pas assez, alors imaginez pour 4 villes. »

Mais pour la députée de la 3e circonscription, cet épisode cyclonique a surtout rappelé la nécessité de mettre en place une grande intercommunalité Grand Sud. « C’est une solution pour mutualiser, optimiser les moyens humains comme techniques et permettre de travailler dans l’intérêt général de la population. »

Une mutualisation des moyens qui permettrait de trouver de vraies solutions pour Cilaos, coupé du monde depuis plusieurs jours. « Il faut qu’on pense, à long terme, comment on sécurise cette portion de route jusqu’à Cilaos, mais il faut également qu’on permette à ces familles de vivre, car elles ne peuvent plus aller travailler. Cela doit être intenable pour toutes ces familles », regrette la députée.

 

Thèmes : Nathalie Bassire
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
14 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sin-Dnisien
1 mois il y a

Si ce n’est qu’au Tampon

On se rend compte de l’état d’abandon de l’entretien des espaces verts
Surtout à St denis où le budget n’est quasiment consacré qu’au barachois

Le reste de la ville et surtout les écarts ne sont pas considérés en tant que tel

Il suffit de faire un tour dans les écarts, la technopole, les hauts de la Bretagne pour constater à quel point l’état est calamiteux

Mais bon Mme le maire est toujours à l’affût du moindre appareil photo pour soigner son image sur la page Facebook de la ville

Dernière modification le 1 mois il y a par Sin-Dnisien
JPV
1 mois il y a

Gramoune TAK fatigué , faut lu arrête
Laisse la jeunesse aster

bourbon lumière rest'dan fénoir
Répondre à  JPV
1 mois il y a

IL est fatigué il faut donner les clés à la jeunesse oui à DIDIER ROBERT la suite on la connait !

Pascale
1 mois il y a

Sans blague!!! Elle est trop forte!! 🙂

Espoir
1 mois il y a

Encore une qui parle pour rien dire,elle sait tout bien gérer elle veut faire comme le maire de St Joseph qui critique tout et c’est toujours la faute de l’autre, c’est vrai que les élections arrivent il faut mentir pour être élu.

nono
1 mois il y a

la pauvre elle n’a vraiment que ca a faire ???? elle aurait du intervenir et arrêter le cyclone avec ses bras 🙋

Payet
Répondre à  nono
1 mois il y a

Elle sait que le descendre le pauvre, elle se croit toujours mieux et trouve toujours une critique a faire

DOGUS
1 mois il y a

ERREUR concernant CILAOS: Ce n’est pas Cilaos qui est coupé du Monde, mais plutôt le Monde qui est coupé de Cilaos…pour paraphraser un certain Churchill. De quoi faire un cirque !

Ote
1 mois il y a

Aller balaye devant out porte madame !

Baba
1 mois il y a

Les défendeurs de tak réagissent en voyant les réactions

Jean Claude
1 mois il y a

Madame la députée toujours entrain de critiquer monsieur le Maire du tampon vous êtes comme votre allié de St Joseph toujours entrain de faire de la délation vous êtes comme un tangue qui sort de son trou quand il y a un évènement pour vous montrer si vous comptez être maire dans cette commune ne rêvez pas et pour terminer balayé devant chez vous

Jacob
1 mois il y a

La pauvre qui s agite sans rien comprendre comme d habitude…et elle ose envisager de se représenter quelle misère

polo974
1 mois il y a

Il y en qui veulent découper les petites villes et d’autres qui parlent de mutualiser les moyens…

Au fait, le Tampon faisait partie de de St Pierre qui montait de la mer à la plaine des Caffres…

Ainsi va la vie politique…

Silver974
1 mois il y a

Quand ou voie tout commentaire sur tous les sites les agents i essaie de travailler faire zot travail les gens mette à zot à la place de sac i travail ôté et sat la i en profite pour bla b la bla fff dans quel mondes nous vie oteaaa

Dans la même rubrique

Un quart des élèves réunionnais de 6e sont en surcharge pondérale

À l’occasion de la Journée mondiale de l’obésité le 4 mars prochain, L’ARS et l’académie de La Réunion ont mené une étude conjointe sur la corpulence des enfants en classe de 6ᵉ. Sur 1.700 élèves, presque un quart d’entre eux sont déjà concernés par le surpoids.

Météo de l’électricité : Passage au niveau rouge

La météo de l’électricité est actuellement en rouge, ce qui signifie que le réseau électrique est très contraint avec un risque de coupures préventives tournantes pour maintenir l’équilibre. EDF fait le point.