Revenir à la rubrique : Economie

Pour Air Madagascar, Corsair a des « pratiques anticoncurrentielles de prédation »

La polémique enfle depuis que l'Etat malgache veut remettre en cause les droits de trafic accordés à Corsair entre La Réunion et Madagascar. La compagnie malgache justifie ses choix en dénonçant un "dumping des tarifs" et des "pratiques anticoncurrentielles de prédation" dans un communiqué:

Ecrit par L.G – le mardi 13 février 2018 à 12H01
« Suite à l’article du Quotidien de La Réunion paru le samedi 10 février 2018, relatif à la décision de l’Aviation Civile de Madagascar (ACM) [de ne pas renouveler à la compagnie Corsair l’autorisation d’exercer des droits de trafic entre Madagascar et La Réunion, Air Madagascar]urlblank:https://www.zinfos974.com/Et-si-Corsair-genait-a-Madagascar_a124277.html rappelle que la mission de l’Aviation Civile de Madagascar est de veiller au développement du trafic aérien dans des conditions de concurrence équilibrées.
Précisément, il y a un peu plus de six mois, l’ACM avait accordé à Corsair une autorisation provisoire d’exploiter cette ligne, avec comme condition, l’apport de 17.000 touristes supplémentaires. En effet, la liaison entre Antananarivo et St Denis est, de puis quelques années déjà largement excédentaire en termes de capacité en sièges et ne justifiait nullement un apport
supplémentaire.
Or, après une saison d’exploitation, l’apport en touristes supplémentaires de la Réunion est très en deçà de l’objectif fixé. Ce trafic est opportunément complété par du trafic provenant du marché Malgache, détourné essentiellement d’Air Madagascar. Le coefficient de remplissage d’Air Madagascar est ainsi tombé à 29% en six mois, contre 53% auparavant.
Face à cette expérience peu concluante, aux impacts sur Air Madagascar de ces tarifs de prédation et au regard des efforts considérables faits par le Gouvernement Malgache pour redresser la Compagnie Nationale avec un investissement direct de plus de 100 millions de dollars, le Ministre des Transports et de la Météorologie, suivant l’avis d’Air Madagascar, a pris la décision de ne pas renouveler cette autorisation temporaire.
Air Madagascar, qui démarre tout juste son plan de transformation, se félicite de cette prise de position ferme et courageuse du Ministre des Transports et de la Météorologie de Madagascar, qui rappelle que tout le pays, à l’instar du gouvernement, est mobilisé pour le redressement de sa compagnie nationale.
S’il est un principe qui régit les règles de concurrence loyale prônées par l’OACI et les accords internationaux bilatéraux, c’est bien celui d’éviter les pratiques anticoncurrentielles de prédation.

La compagnie Corsair, qui a restructuré sa desserte de Madagascar en faisant passer ces vols par St Denis de la Réunion, confrontée à des sièges vides après le débarquement des passagers à destination de St-Denis, peut pratiquer des prix de dumping, dans l’espoir de gagner des parts de marché et prend le risque de céder à des pratiques concurrentielles déloyales, en contradiction avec les accords bilatéraux en vigueur.

En continuant à vendre des billets sur la ligneSaint-Denis-Antananarivo alors que la décision de refus du Ministre des Transports et de la Météorologie de Madagascar lui a déjà été notifiée, et ceci sans même préciser la mention classique «sous réserve d’autorisation gouvernementale», la
compagnie Corsair montre la considération dont elle fait preuve, tant vis à vis à vis des autorités que de la compagnie nationale malgaches.
La libéralisation des airs est indispensable. Mais elle doit par essence se faire en fonction de règles de jeu équitables, au bénéfice des passagers et des compagnies en présence.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Trois offres de rachat pour Le Quotidien de La Réunion

L’imprimeur Alfred Chane-Pane, le président du JIR, Jacques Tillier, et le patron de presse hexagonale Henri Nijdam sont les trois candidats à la reprise du Quotidien de La Réunion, placé en liquidation judiciaire depuis le 4 octobre. Aucun des repreneurs potentiels ne s’engage à conserver les journalistes, même si tous prévoient d’en réembaucher un certain nombre après leur licenciement.

Prix à la consommation : +16,7 % pour les produits frais en janvier

En janvier, l’indice des prix à la consommation s’est stabilisé à La Réunion après trois mois consécutifs de hausse. Conséquence du passage du cyclone Belal, les prix de l’alimentation repartent à la hausse. Une hausse principalement portée par celle des produits frais.