Revenir à la rubrique : L'Edito de Pierrot

?? [Pierrot Dupuy] Annick Girardin arrive avec un capital sympathie qui a sérieusement diminué

Annick Girardin arrive dimanche dans l’ile.   Le contexte par rapport à sa visite de novembre dernier est totalement différent. La situation sera beaucoup plus calme, ce qui ne veut pas dire cependant que ce séjour sera un long fleuve tranquille…   Il y a trois mois et demi, rappelez-vous, la ministre de l’Outre-Mer avait […]

Ecrit par zinfos974 – le vendredi 15 mars 2019 à 07H05

?? [Pierrot Dupuy] Annick Girardin arrive avec un capital sympathie qui a sérieusement diminuéAnnick Girardin arrive dimanche dans l’ile.
 
Le contexte par rapport à sa visite de novembre dernier est totalement différent. La situation sera beaucoup plus calme, ce qui ne veut pas dire cependant que ce séjour sera un long fleuve tranquille…
 
Il y a trois mois et demi, rappelez-vous, la ministre de l’Outre-Mer avait débarqué alors que l’ile était quasiment à feu et à sang. Tous les ronds-points étaient bloqués, l’économie paralysée. Les Gilets jaunes étaient les maitres de la Réunion. Et surtout, ils bénéficiaient d’un large soutien dans la population.
 
Force est de reconnaitre que le style de la ministre, sa façon « d’aller au contact », mais aussi les mesures qu’elle avait annoncées avaient contribué à déminer le terrain, à faire en sorte que le mouvement régresse,  puis finisse par prendre fin
 
Trois mois et demi plus tard, les choses ont bien changé.
 
Les Gilets jaunes n’occupent plus les ronds-points. Le mouvement s’est étiolé jusqu’à disparaitre. Et les quelques tentatives de le relancer se sont soldées par des échecs. Une poignée de gilets jaunes n’ont pu opposer grande résistance aux forces de l’ordre venues les déloger à chaque fois qu’ils ont tenté de re-barrer les routes.
 
Par ailleurs, les Gilets jaunes ne bénéficient plus du soutien inconditionnel de la population, sans doute lassée d’être prise en otage dans les embouteillages. D’autant que les informations commencent à remonter sur les dégâts faits à l’économie, et les licenciements provoqués par la crise de novembre et décembre.
 
Autre élément qui a changé :  en métropole, le mouvement tend à diminuer, semaine après semaine. La dynamique est rompue et les contre-coups se font sentir jusqu’à La Réunion.
 
Les Gilets jaunes en sont conscients et ont bien compris qu’ils n’étaient plus en position de force pour aller croiser le fer avec la ministre. Du coup, ils sont à la recherche d’autres moyens d’actions. Sans grands résultats jusqu’à maintenant. Cela étant, ils ont encore quelques jours pour nous surprendre et imaginer des actions spectaculaires qui ne nécessitent pas beaucoup d’acteurs… On n’est pas à l’abri de quelques coups d’éclat, voire de quelques barrages, durant le séjour de la ministre.
 
Reste un point qui, à lui seul cependant, pourrait contrarier la visite ministérielle…
 
Lors de son déplacement, à la fin de l’année dernière, Annick Girardin avait fait beaucoup de promesses… Et force est de constater que, trois mois et demi après, peu ont été honorées.
 
La ministre avait promis leur application « dès le 1er janvier ». Puis, au cours d’un entretien qu’elle nous a accordé à Paris il y a un mois, elle nous avait déclaré qu’il s’était agi d’une bourde d’un membre de son cabinet et qu’en fait, il aurait fallu comprendre « à partir du 1er janvier ». C’est à dire, dans le courant de l’année 2019.
 
Une mise au point qui a eu le don de la décrédibiliser. Au yeux des Gilets jaunes certes, mais aussi et surtout auprès des Réunionnais.
 
D’autant que les quelques mesures qui se sont effectivement appliquées au 1er janvier, comme elle l’avait promis, sont loin de pouvoir, à elles seules, satisfaire les attentes de la population. Ce n’est pas le Bouclier Qualité Prix qui remplira le porte-monnaie des Réunionnais en fin de mois. Tout juste permettra-‘il d’économiser quelques euros…
 
On attend donc plutôt la ministre sur le dossier de la lutte contre les monopoles, ou contre les marges abusives de certains importateurs. Des dossiers qui demandent des enquêtes, des négociations… Qui ne peuvent donc se régler d’un coup de baguette magique.
 
Or, le temps, c’est manifestement ce qui manquera le plus à Annick Girardin. Les Réunionnais ont accepté de lui faire confiance une fois. Pas sûr qu’ils lui refassent crédit une seconde fois…

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Pierrot Dupuy – Quand le préfet s’emmêle les pinceaux concernant les nouvelles modalités d’entrée à Gillot

Le 11 juillet dernier, la préfecture publiait un communiqué intitulé : « Fin de l’état d’urgence sanitaire : Nouvelles modalités d’entrée à La Réunion et recommandations sanitaires », censé informer la population des dernières mesures mises en place pour voyager depuis la métropole ou Mayotte puisque ce sont pour le moment les seules destinations ouvertes, vers La Réunion.