Revenir à la rubrique : Société

Notes de lecture : « Crosses en l’air » par Dominique Maraval de Bonnery

Je le connaissais, on le connaissait sous le nom de Maraval. Voilà qu’il se donne du Bonnery maintenant. Bon ! Nul n’est parfait et on lui pardonne tout ; surtout lorsque le simple Maraval que je connais (et que j’aime) nous délivre un si beau roman.

Ecrit par Jules-Bénard – le dimanche 27 novembre 2022 à 09H07

 » Crosses en l’air  » tourne autour de la guerre de 14 et l’audace est très-très risquée car il y eut de très glorieux devanciers pour nous raconter  cette chose immonde.

Lorsqu’on parle de (hum !) « Grande » guerre, le premier titre sautant à la mémoire est « Ceux de 14 » de Maurice Genevois. Cette immense, horrible et splendide somme romanesque est l’ouvrage le plus complet sur 14-18. Même les historiens professionnels n’arrivent pas à la cheville du romancier dit « régionaliste », blessé par trois fois dès le début du conflit, qui a su avec une admirable justesse de ton raconter l’enfer des enfers.

On pense aussi au « manuscrit perdu » (pendant 65 ans), « Guerre », de Louis Ferdinand Céline, horrible et bordélique, bien dans le style du bon docteur Destouches.

Dominique Maraval évite à l’aise les pièges de l’imitation ou de la copie en s’y prenant différemment. Entre Charybde et Scylla, il invente des personnages qu’il aime ; qui, donc, ont forcément existé. Deux jeunes, malheureusement nés d’un côté et de l’autre d’une soi-disant infranchissable barrière sociale. L’un est le fils unique d’un hobereau de province ; l’autre est le rejeton d’un anarchiste de haute volée, droit dans ses convictions mais… con comme la lune.

Ces deux êtres improbables vont se rencontrer, se méfier l’un de l’autre avant de, très vite, s’apprécier et s’aimer. Amaury va apprendre à Floréal ses connaissances scientifiques de dame Nature ; Floréal va enseigner à Amaury les subtilités du braconnage bien compris sur les terres de son papa.

On s’aime pour moins que ça.

Amaury s’amourache de la soeur de Floréal, chose impensable alors ; la guerre se profile à l’horizon ; les deux amis se retrouvent mobilisés… à vous de lire la suite.

Tout l’art de Maraval est d’utiliser un langage simple mais précieux ; une langue française qui m’est aussi chère que MA langue créole et que je défendrai à couteaux tirés jusqu’au bout. 

Maraval connaît les mots et leurs subtilités. Sans pédanterie aucune, il remet à l’honneur des vocables que je me désolais être le seul à savourer encore. Comme ce « gougnafier », tiens, que j’ai entendu dans la bouche de Me Boniface à Champ-Fleuri un jour. Cinquante ans que je ne l’avais pas entendu.

Vous l’aurez compris – ou alors, je m’exprime vraiment mal – ce roman est un petit bijou.

Le Maraval nous fourvoie entre passions et drames affreux avec une aisance de grand faiseur.

Que lui demander de plus ?

C’est quoi ton prochain délire, de Bonnery ?

J.B.

« Crosses en l’air »

Dominique Maraval de Bonnets

Editions Orphie

En librairie, 18 euros.

Thèmes :
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« Plus de 1.600 Evasan par an, et ça n’arrête pas d’augmenter »

Au cœur de la fronde qui oppose certains des élus les plus influents de l’île à l’Etat au sujet du non paiement de certaines prestations dues au CHU de La Réunion, la question du financement des Evasan interroge sur la volonté du gouvernement de maintenir ce dispositif dont le coût est évalué à 10 millions d’euros par an.

Eleanor s’éloigne des Mascareignes

La forte tempête tropicale modérée Eleanor poursuit sa course au sud des Mascareignes. Elle se situe désormais à 250 km au Sud de Maurice et devrait transiter affaiblie au large de La Réunion ce soir.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial