Revenir à la rubrique : Politique

Nassimah Dindar craint « la mort » des Conseils généraux

A la veille du vote du compte administratif 2012 et du budget supplémentaire 2013, les élus de la majorité du Conseil général ont décidé de tirer la sonnette d'alarme. Dans un contexte social et économique tendu, ils dénoncent la nouvelle réduction des dotations budgétaires de l'Etat (1,5 milliard d'euros) pour la période 2014-2015. Un "contexte grave" souligné par la présidente du Département, Nassimah Dindar. Cette année, le Conseil général va enregistrer un déficit budgétaire de 23 millions d'euros.

Ecrit par zinfos974 – le jeudi 27 juin 2013 à 14H40

Rien ne va plus du côté des Conseils généraux de France et de Navarre à en croire les élus du Département de la Réunion. Demain, les conseillers généraux voteront en assemblée plénière le compte administratif de 2012 (1,491 milliard d’euros) et le budget supplémentaire pour 2013. Mais un constat s’impose, cette année et pour la deuxième fois consécutivement, le Conseil général de la Réunion va enregistrer un résultat déficitaire de 23 millions d’euros. La faute au désengagement de l’Etat.

« Depuis des années on le répète, mais sans compensation financière de l’Etat il y a une mise à mal des politiques sociales auprès des populations les plus fragiles« , explique la présidente du Conseil général, Nassimah Dindar. Et cette situation risque de ne pas aller en s’améliorant. Le gouvernement a décidé une réduction de 1,5 milliard d’euros sur ses dotations au profit des collectivités locales pour la période de 2014-2015. Résultat, l’écart de compensation lié aux dépenses sociales (RSA-APA-PCH-ACTP) continue de se creuser et atteint désormais 602 millions d’euros à la fin 2012. « Nous nous sentons seuls et fragilisés. Mais nous n’avons jamais arrêté de dénoncer le désengagement de l’Etat« , rappelle la présidente du Département qui dit attendre une nouvelle position de l’Etat. « On nous demande de nouvelles économies et des coupes budgétaires. On va vers la mort des Conseils généraux« , lâche-t-elle.

20% de baisse sur le budget des associations

Dès demain, les élus du Département devront valider un compte administratif déficitaire. « Nous avons réalisé plus de dépenses que de recettes. Une des raisons principales est la flambée des dépenses individuelles de solidarité. Elles progressent fortement et atteignent un écart de 38 millions d’euros entre ce que donne l’Etat et ce que verse réellement le Conseil général« , précise Bachil Valy, vice-président du Conseil général. Pour ne pas être en déséquilibre cette année, le Conseil général va donc puiser dans les recettes excédentaires des années précédentes. « Pour rappel, en 2010, nous faisions 80 millions d’euros de recettes excédentaires« , poursuit-il.

Les marges de manoeuvres du Département en matière de politique sociale se réduisent de plus en plus. « Elles sont contraintes par des aspects conjoncturels et structurels. Conjoncturels par rapport à l’aggravation de la crise sociale et économique, et structurels par la non compensation des dépenses sociales liée à l’acte 2 de la décentralisation« , explique Ibrahim Dindar, vice-président du Conseil général.

Si le Conseil général refuse de toucher à sa politique sociale en faveur des populations les plus fragiles, les principales concernées par la « situation alarmante » de la collectivité seront les associations. « Elles ont été déjà alertées de la situation. Nous avons réajusté le budget des associations avec une coupe de 20%« , précise Nassimah Dindar.

A n’en pas douter, demain les élus de la majorité rappelleront au moment du vote du compte administratif 2012 la nécessaire prise de conscience de l’Etat sur les difficultés traversées par la collectivité.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

2ème circonscription : Jean-Yves Morel fait le plein de soutiens

Jean-Yves Morel, qui est candidat dans la 2ème circonscription (Le Port 1 et 2, La Possession, St-Paul ,2 et 3), poursuit sa campagne en vue de l’élection législative des dimanches 30 juin et 7 juillet. Hier soir, il tenait meeting à l’Étang St-Paul devant quelques 400 sympathisants.

Législatives : Candidat dans la 6e, Mario Lechat souhaite la suppression de l’octroi de mer et du droit du sol

Mario Lechat se lance dans la course aux Législatives. Candidat dans la 6e circonscription sous l’étiquette divers-droite, mais bénéficiant du soutien du sénateur de la majorité présidentielle Stéphane Fouassin et de la municipalité sainte-marienne, le vice-président de la Cinor compte bien tirer son épingle du jeu avec sa suppléante, Angélique Moutoussamy. Il souhaite notamment la suppression de l’octroi de mer et du droit du sol.

Jean-Luc Mélenchon propose Younous Omarjee comme Premier ministre

Le fondateur de La France Insoumise fait le tour des plateaux durant cette dernière semaine de campagne des élections législatives. Le Nouveau Front populaire envisage d’obtenir la majorité à l’Assemblée nationale et donc de prendre la tête du gouvernement. Et si c’est le cas, Jean-Luc Mélenchon a plusieurs noms en tête, comme le député européen réunionnais, Younous Omarjee.