Revenir à la rubrique : Faits divers

Mort de l’éleveur de cabris de St-André : Le meurtrier supposé et ses complices devant la justice

José Moucaye, 69 ans, éleveur de cabris du chemin Lefaguyes, a été victime d'un vol crapuleux qui lui a coûté la vie le 24 novembre 2019. Plusieurs individus originaires de la même commune s'étaient intéressés à l'argent que le sexagénaire gardait à son domicile. Le projet de vol avait mal tourné. Ce lundi s'ouvre le procès de quatre accusés à la cour d'assises. La tâche des jurés s'annonce difficile puisqu'aucun ne reconnait les faits qui lui sont reprochés.

Ecrit par Isabelle Serre – le mercredi 13 septembre 2023 à 11H45

Dimanche 24 novembre 2019, José Moucaye, éleveur de cabris à Saint-André, était retrouvé mort gisant sous sa varangue. Le sexagénaire battu à mort avait agonisé seul pendant plusieurs heures dans sa case située vers Cambuston, au fond d’un long chemin de terre perpendiculaire au chemin Lefaguyes.

Quatre hommes sont suspectés d’avoir voulu lui voler l’argent de la vente de ses cabris qu’il gardait dans une boîte de médicaments, cachée dans sa chambre à coucher. Son véhicule avait disparu le même jour avant d’être retrouvé dans un parking de la cité Fayard. Des empreintes relevées dans cette voiture avaient permis aux enquêteurs de confondre plusieurs individus mis en examen pour assassinat et vol avec violences.

Depuis l’ouverture de l’information judiciaire, tous clament leur innocence et se renvoient la responsabilité de la mort de l’éleveur, à l’image de Jean-Valéry Soupou. Le principal suspect a reconnu « avoir volé un sac de zamal ce jour-là et 150 euros »  et avoir quitté la case de l’éleveur alors que ce dernier était encore vivant. Sa version des faits a cependant largement varié lors de ces auditions devant le magistrat instructeur. Les investigations menées par ce dernier ont toutefois permis de mettre en lumière une entente entre les mis en cause concernant un vol. Le projet d’homicide qui, un temps, leur avait été reproché a finalement été écarté.

Ainsi, Jean-Valéry Soupou, 44 ans, est accusé d’avoir commis un vol avec violences ayant entrainé la mort de l’éleveur. Eric Tandrayen, 41 ans, le commanditaire supposé, et Sébastien Virapin, 30 ans, le préposé aux renseignements au sujet de la victime ainsi que des lieux de commission des faits présumés, sont poursuivis pour complicité. Ils encourent la réclusion criminelle à perpétuité. Ben Ali Sarman, 27 ans, sera assis à leurs côtés dans le box de la cour d’assises et devra répondre de faits de recel du vol.

Le procès devrait durer quatre jours. Le verdict est attendu lundi 18 septembre dans la journée.

 

Thèmes : Assises
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Sniffy : Une poudre blanche énergisante à inhaler par le nez inquiète

Encore peu connue du grand public, Sniffy, poudre blanche énergisante, vient de débarquer sur le marché dans l’Hexagone, mais fait déjà l’objet de controverses et pourrait bientôt être interdite par la loi. Cette poudre blanche, qui s’inhale par le nez, suscite l’indignation des spécialistes de l’addictologie, qui y voient une incitation à consommer de la cocaïne.