Revenir à la rubrique : Courrier des lecteurs

Monsieur Melchior, 50 000 euros pour sortir les gens de la rue

-Courrier des lecteurs-

Ecrit par Georges Donald POTOLA – le mardi 06 février 2024 à 08H01
Courrier des lecteurs 2024

Nous voici, 22 jours après le passage du cyclone, après les inspections et les constatations des dégâts, désormais, notre préoccupation se porte sur le coût des légumes ou sur les subventions.
Cependant, une partie de la population a été dramatiquement touchée, 3 vies se sont éteintes dans l’indifférence, sur le trottoir, dans l’ombre de l’anonymat. Ces personnes sont nos frères et sœurs sans-abri, parfois avec des enfants. Ce sont des compatriotes parmi les plus pauvres, qui ne possèdent absolument rien mais qui ne font pas de bruit et ne se plaignent pas.

J’ai attendu en espérant une annonce du président du Département ou de ses conseillers départementaux, mais jusqu’à présent, c’est le silence total.
Je me pose alors cette question : où sont ceux qui ont exploité la misère et la maladie pour être élus conseillers départementaux ? Où sont-ils aujourd’hui ? Certes, on les voit souvent à Paris, à l’antenne départementale et ailleurs.

Que dire de leurs promesses ? « Si je suis élu, il n’y aura plus un seul SDF à Saint-Paul » C’est un triste constat sur notre monde, où des individus s’enrichissent et accèdent au pouvoir grâce à la misère et à la maladie d’autrui, exploitant ainsi leurs propres frères du monde d’en bas.

Monsieur MELCHIOR, je n’ai pas l’intention de vous accabler, car nous sommes tous, d’une manière ou d’une autre, responsables de la propagation de la pauvreté à La Réunion. Cependant, votre compétence principale et obligatoire (si mes informations sont correctes), c’est de gérer, voire éradiquer, la pauvreté.
Qu’attendez-vous pour ériger des abris de jour et de nuit pour ces familles ? Trois morts ne suffisent-ils pas ? Trois êtres humains sont décédés dans les rues, exposés à la pluie et au vent. S’il vous plaît, tendez la main à ces sans-abri. Érigez des structures d’accueil, des abris qui ne vous coûteront pas plus de 50 000 euros. Des projets sont en place dans toutes les communes. Collaborez avec les CCAS, ils ont des terrains disponibles. Les maisons de solidarité de jour, les centres d’accueil d’urgence, les foyers pour femmes en détresse ne suffisent pas. Dans ce département, il n’y a rien pour aider les SDF à sortir de la rue.

En tant que bénévole la nuit auprès de ces personnes, je peux affirmer qu’il y a de plus en plus de Réunionnais SDF, et cela est dû à plusieurs causes. Certains ont sombré dans l’alcool, d’autres ont perdu leur emploi, et d’autres encore font face à des problèmes psychologiques et se sont retrouvés dans la rue.
Ceux qui pensent qu’en cas d’alerte rouge, il suffit de les orienter vers des centres d’hébergement pour les sauver ont une méconnaissance de cette population qui vit parfois depuis des années sur le trottoir. En métropole, des SDF meurent chaque année parce qu’ils refusent les centres d’urgence en hiver. Ce problème est complexe car chaque cas est unique, ces personnes ne se dirigent pas spontanément vers des abris existants en raison de leurs états psychologiques et des pathologies comme la schizophrénie, la paranoïa, etc.

Un SDF a besoin de temps pour s’attacher à un lieu, un environnement, un local. Il faut lui accorder une totale liberté tout en mettant à sa disposition un lieu qu’ils s’approprieront lentement avec le temps.
Croyez-moi, Monsieur MELCHIOR, ce sont des individus très attachants, il est impératif de les aider, de construire ces abris simples et adaptés pour que ces personnes retrouvent confiance et stabilité. Avec un budget avoisinant les 2 milliards d’euros chaque année, vous pourriez allouer 200 000 euros pour atteindre, d’ici la fin de votre mandat, 12 structures largement suffisantes pour les 24 communes de l’île. Il suffit de réduire les voyages de vos conseillers, de supprimer les cocktails et ces repas qui accompagnent chaque commission permanente.
Repensez, révisez votre politique contre la pauvreté, s’il vous plaît.

En agissant ainsi, Monsieur Melchior, vous pourrez un jour raconter à vos enfants que vous avez contribué à sauver des vies et à sortir des familles entières de la rue. Vous aurez la conscience en paix.
Sinon, face aux prochaines victimes, vous ne pourrez prétendre que vous ne connaissez pas.

Thèmes :
S’abonner
Notification pour
6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
SOIXANTE TROIS
16 jours il y a

Trop d’émotions dans vos propos cher monsieur Potola .
Vous pouvez aussi vous adresser à la dame de la région bien qu’elle ne soit pas compétente sur le volet social , mais de grâce cessez « d’amontrer en tant qu’amontreur « .
Votre bénévolat que vous nous déclarez est louable , mais ce que vous quémandez de la sorte démontre que votre égo est disproportionné .
Je vous préfère dans votre apologie de la trinité politique (Aubry , Mme Bello , Daniel Waro ) que vous nous avez fait grâce il y a quelques semaines , mais je n’adhère aucunement à vos propos de confesse et de redresseur …
Enfin , qui pourra sauver toute cette misère du monde ? Vous peut être !
A chacun de nettoyer devant sa porte et faire ce qu’il peut !

NANOU
Répondre à  SOIXANTE TROIS
14 jours il y a

ET souvent ces personnes entament des demandes d’aide financières ou de logement auprès des Maisons départementales. On monte un dossier mais souvent en vain, cars les travailleurs sociaux sont incompétents pour aider ces schizophrènes.. Il est vrai qu’ils n’ont pas reçu de formation pour ces personnes malades qui souvent sont incohérentes dans leur propos lors de leur demandes d’aides au services sociaux.Alors leur demandent restent sans suite..Monsieur MELCHIOR j’espère votre compréhension et espère vous voir agir pour ces personnes schizophrènes .

C.J.
16 jours il y a

Tout cela est ben vrai ….

JEAN MAX
15 jours il y a

J’ai pu lire un courrier très intéressant au titre « Alerte rouge aux plus démunis » paru le 25 janvier, faisant suite aux drames du cyclone Belal des sans-abris d’un certain M. Comarassamy qui pose me semble-t-il de manière globale cette problématique et la politique gouvernementale. A ce sujet M. Potola vous n’être pas un référent surtout à St-Paul. Votre kamarade M. Perceval ancien éducateur avait dit la même chose avant son élection à la mairie et du poste de député. Mais vous vous préférez attaquer directement au président du conseil départemental, en le faisant vous vous discréditez. J’aime mieux lire le courrier du 25 janvier qui alerte et qui pose la problématique que le vôtre qui est de la politique politicienne et qui attaque l’élu de droite. Je vous rappelle que Mme Bello avait aussi dénoncer la politique communale de M. Sinimalé lors des municipales, pour quels résultats de M. Séraphin aujourd’hui ? Enfin, je vous invite à lire ou relire le courrier du 25 janvier et de tirer votre propre conclusion. Bien à vous.

Claudine
15 jours il y a

Précision, l’article du 25 janvier publié par zinfos974 au titre  » Alerte rouge…… »était d’un autre éducateur me semble t-il, Jean Claude Comorassamy. Il intervient régulièrement sur ce site et d’autres bien sûr. Dommage pour vous M. Potola en toute sincérité.

Lulu
12 jours il y a

donc si j’ai bien compris….il y a ceux qui interviennent pour défendre une cause (JCC) et ceux dans le cas présent qui se servent d’une cause pour « politiquement » et de façon détournée critiquer un élu????

Dans la même rubrique

Une journée solidaire

Le 15 février 2024 l’association solidarité réunionnaise pour un meilleur lendemain a fait une distribution de denrées alimentaire d’envergure.

Pathétique Poutine ou la maladie du pouvoir

Si je devais évoquer le flair d’un animal face à Poutine, je m’identifierais à un vieux « renard » afin de me rendre compte de sa structure psychologique névrotique complexée sous-jacente. Biden et...

Groupes électrogènes : « Un audit est nécessaire »

Cette lettre s’adresse aux responsables de la Sécurité Civile : l’Etat et les Collectivités. Lors du dernier phénomène cyclonique, des commerçants ont fait la promotion de groupes électrogènes. Anticipant des coupures d’électricité prolongées, des clients faisaient la queue devant certains magasins. La peur des avaries alimentaires a poussé de nombreux Réunionnais à se doter de ce moyen de secours. 

Le nouveau Ministre Frédéric Valletoux va-t-il sacrifier ses convictions ?

Onze ans à la Présidence de la Fédération hospitalière de France (FHF), chevronné du système de santé et défenseur de l’hôpital public, Frédéric Valletoux, arrive au chevet de l’hôpital. Armé de ses convictions, il a toujours mis sa voix au service de la santé et se voit ainsi récompensé par un poste de Ministre.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial