Revenir à la rubrique : Faits divers

Miracle à l’Etang Salé : Ils se jettent à l’eau dans l’obscurité pour sauver une personne

Le soleil est tombé depuis quelques minutes ce dimanche 30 octobre lorsqu’un vent de panique gagne la plage de l’Etang-Salé. Un homme est en train de se noyer mais la visibilité est nulle. Faut-il attendre les secouristes ou y aller ? Une personne a choisi, vite suivie par deux autres.

Ecrit par LG – le mercredi 02 novembre 2022 à 14H08

Un adolescent a la vie sauve grâce au courage de trois personnes qui ont pris d’énormes risques. Dimanche dernier, plage de l’Etang-Salé, Maxime Dupouy achève sa balade en famille. Avec sa femme et ses deux enfants, il est venu admirer le coucher de soleil lorsqu’il est alerté par des cris au secours venant de la mer. Quelqu’un est en difficulté. 

« C’était la panique sur la plage ! Y’avait plus de 50 personnes qui essayaient d’éclairer la mer. Certains cherchaient des planches de surf pour aller secourir cette personne », raconte-t-il.

Le 18 est composé mais « ça met du temps a décrocher », explique Maxime Dupouy. Devant le temps qui passe, il prend la décision d’y aller. Deux autres personnes se joignent à lui. « J’étais en short – polo, je me suis mis en caleçon, j’ai dit que je n’irai pas seul. Deux personnes m’ont alors suivi. On est partis », raconte-t-il l’enchainement de ces précieuses secondes avant de plonger vers l’inconnu, sous les yeux de sa femme et de ses deux enfants.

Un policier de la BAC venu en vacances 15 jours en famille 

Alors qu’il fait déjà nuit, le trio se met à la recherche de la personne en difficulté. Par miracle, ils la localisent. « On a réussi à retrouver le gars quasi inconscient, qui flottait à 50 mètres du bord. On ne voyait rien, on se dirigeait à l’oreille finalement. On a peiné à le ramener, il était habillé en plus, mais on a réussi à le tirer sur la plage ».

Deuxième signe du destin, une médecin du Smur, également en vacances à La Réunion, se trouve sur la plage, nous précise le poste MNS de l’Etang-Salé après coup. Evidemment, lorsque cet événement s’est déroulé vers 19 heures 30, le poste avait déjà fermé depuis 17h30 comme chaque après-midi. La personne qui était en train de se noyer ne pouvait donc compter que sur une aide providentielle. 

Les pompiers et le Smur arrivent et prennent le relais des sauveteurs improvisés avant de transporter la victime à l’hôpital. 

Son bon samaritain apprend par la suite que la personne qu’il a sauvée est un adolescent de 15 ans. Il apprendra dans la nuit que le jeune garçon est tiré d’affaire. « Sa mère m’a appelé environ quatre heures après. Il est sauvé… », raconte-t-il sa joie au moment d’apprendre la bonne nouvelle. Le lendemain, il se rend à l’hôpital de Saint-Pierre. L’adolescent est blessé au tibia après avoir heurté des coraux et souffre de multiples douleurs au dos et aux cervicales. Mais l’essentiel est ailleurs, il a eu la vie sauve grâce à de courageux civils venus simplement profiter des derniers rayons de soleil. 

Après l’adrénaline de ce dimanche soir tumultueux, Maxime Dupouy a pu réaliser, le lendemain, la portée de son geste. « J’ai compris après coup pourquoi personne ne voulait entrer dans l’eau », explique Maxime Dupouy, policier de 38 ans à la brigade anti-criminalité de La Roche-sur-Yon dans le département de la Vendée. « Les locaux pensaient aux requins », ajoute-t-il. 

« S’il n’y avait pas eu ce monsieur… »

En plus de la dangerosité d’aller à l’eau sans visibilité et dans des conditions de mer peu favorables, cet élément supplémentaire ne lui a pas traversé l’esprit sur le moment. Il a quand même été accompagné par deux autres personnes. Deux personnes dont il n’a pas pu garder le contact à cause de l’enchaînement rapide des événements.

« Si le marmaille ne savait pas nager et s’il n’y avait pas eu ce monsieur, on l’aurait retrouvé le lendemain sous l’eau ou plus jamais », soupirent les maître-nageurs sauveteurs de l’Etang-Salé.

Selon les premiers éléments, l’adolescent a d’abord été entraîné vers le large puis a été ramené vers le rivage par la houle. « Il voulait se baigner. Il a sauté dans l’eau au niveau de la Pointe et a été pris tout de suite par le courant. Heureusement que c’est un adolescent qui savait un peu nager mais il a été emporté vers le Banc », nous décrivent les MNS qui connaissent par cœur la dangerosité des lieux. ​Ramené sur le sable noir, « l’adolescent était vraiment fatigué, épuisé ».

Le lendemain de cette mésaventure, l’adolescent avait encore mal au bras mais ce n’est finalement rien comparé à ce qui aurait pu se passer sans l’intervention providentielle de ce policier et de ses deux autres sauveteurs.

C’est la première fois que Maxime Dupouy venait à La Réunion. « Je suis venu pour le mariage d’un ami policier au Port. C’était notre première à La Réunion mais on reviendra ! Maintenant on a un nouvel attachement… », sourit le policier dont les vacances en famille s’achèvent ce mercredi soir. 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Maltraitance animale : Un individu interpellé et placé en garde à vue

Mercredi 28 février 2024, un individu défavorablement connu des services de police pour des faits de maltraitance envers les animaux a été interpellé. Il avait été filmé, en décembre dernier, alors qu’il frappait sa chienne avec un bâton sur son balcon. Placé en garde à vue, l’auteur devra répondre de ses actes devant le tribunal judiciaire, indique la Police Nationale de La Réunion sur sa page Facebook.

Ste-Suzanne : Les gendarmes mettent fin à une série de cambriolages

Le 26 février 2024, les enquêteurs de la Brigade Territoriale Autonome (BTA) de Sainte-Suzanne ont élucidé 4 cambriolages dont 3 concernant des écoles élémentaires. Les militaires de la compagnie de Saint-Benoit ont interpellé deux individus dont l’auteur principal a reconnu les faits.

Ste-Marie : Une femme gravement blessée par son compagnon

Un homme a tiré sur sa compagne à Sainte-Marie ce mercredi. L’individu s’est par la suite infligé une blessure. Les deux ont été transportés dans un état grave au Centre hospitalier universitaire de Félix Guyon à Bellepierre.

Violences : « Si c’était à refaire, je referais la même chose »

L’audience de comparution immédiate de ce lundi avait, bien malgré elle, pour thème les violences conjugales. Le tribunal avait à juger un trentenaire qui, sous l’effet de l’alcool, a frappé son ex-conjointe au prétexte qu’elle ne voulait pas le laisser entrer à son domicile.