Revenir à la rubrique : Faits divers

Meurtre de Vanina : Ridaï-Mdallah Mari devant la cour d’Assises

La justice va enfin être rendue pour la jeune Vanina. En effet, après de multiples rebondissement, Ridaï-Mdallah Mari, qui a sauvagement tué la jeune fille dans la nuit du 2 au 3 mai 2018, est jugé ce lundi 31 janvier 2022 par la cour d'Assises de La Réunion.

Ecrit par 1167938 – le lundi 31 janvier 2022 à 08H22

Rappel des faits : 

Vanina, alors âgée de 20 ans, est mortellement poignardée dans la nuit du 2 au 3 mai 2018. Les faits se sont déroulés à la Convenance à Saint-Marie. L’auteur des coups de couteau est Ridaï-Mdallah Mari, compagnon de la jeune femme selon ses dires. 

Cette nuit-là, des témoins ont entendu le couple se disputer aux alentours de minuit. Le voisinage appelle la gendarmerie qui ne pourra que constater le décès de la victime. C’est le GIGN qui intervient et négocie avec l’accusé pour qu’il se rende. Les forces de l’ordre finiront par mener l’assaut afin de l’interpeller. Ils découvriront une scène de crime d’une atrocité sans nom. 

L’homme est totalement sous effet lors de son interpellation, dans un état second. Il a utilisé une arme blanche. Il sera conduit à l’hôpital avant d’être placé en garde à vue, puis en détention provisoire le temps de l’instruction.

« C’est un meurtre d’une grande sauvagerie », avait décrit le regretté procureur de la République Eric Tuffery au moment des faits. Cette phrase résume à elle seule l’ampleur de ce dossier qui est jugé ce lundi 31 janvier 2022, soit près de 4 ans après les faits.

De nombreux rebondissements ont eu lieu dans ce dossier où l’accusé a été reconnu aboli de discernement au moments des faits par deux experts psychiatre quand un troisième le jugeait accessible à une sanction pénale. En effet, le 15 mai 2020, la chambre de l’instruction avait choisi de ne pas suivre l’avis des trois experts et décidé de renvoyer Ridaï-Mdallah Mari devant la cour d’assises pour le chef d’accusation de meurtre.

Me Sébastien Navarro, l’avocat de ce dernier, avait porte alors l’affaire en cassation et obtenu gain de cause le 15 octobre 2020. Un nouvel examen du dossier avait eu lieu le 5 février 2021 en chambre de l’instruction à la cour d’appel de Saint-Denis. Cette fois, la décision rendue était sans appel : Ridaï-Mdallah Mari sera jugé devant la cour d’assises de la Réunion. L’audience débute ce lundi 31 janvier 2022. 

Sainte-Marie: La scène d’un crime insupportable

Meurtre de Vanina : Ridaï-Mdallah Mari ne sera pas jugé aux assises

Meurtre de Vanina : L’altération du discernement reconnue, mais R-M.Mari sera jugé aux Assises

Meurtre de Vanina : Ridaï-Mdallah Mari jugé aux assises le 31 janvier 2022

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Soupçons d’emplois illégaux : Didier Robert, Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou se défendent à la barre

La deuxième journée du procès des emplois de cabinet de la Région a conforté la défense dans sa contestation de la partialité de l’enquête menée par l’OCLCIFF : les témoins auditionnés ont en effet tous confirmé l’effectivité des missions effectuées par les ex-conseillers techniques Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou, tandis que le troisième prévenu appelé à la barre, l’ancien président Didier Robert, a martelé sa légitimité, en tant que chef de l’administration, à choisir lui-même les personnes embauchées dans son cabinet. Enfin, le DGS d’alors Mohamed Ahmed, convoqué comme témoin, a souligné qu’un arrêté relatif à l’organisation administrative de la Région avait rattaché certains services au cabinet, sans que cela ne soit contesté ni par le contrôle de la légalité, ni par le tribunal administratif.

Rodéos urbains au Port : 10 motos saisies et détruites par la Police

Alors que depuis le début de l’année, une recrudescence des rodéos motorisés a été observée au Port avec pour conséquences deux accidents graves de la route, une opération menée par la Police ce jeudi a permis la saisie de 10 motos impliqués dans cette pratique illégale. Les deux-roues ont été détruits.

Soupçons d’emplois illégaux au cabinet de la Région : La stratégie d’enquête décriée par la défense

En début d’audience pour ce premier jour de procès, les 11 prévenus de la Région Réunion, dirigée par Didier Robert de 2010 à 2021, ont nié toute faute malgré les poursuites pour détournement de fonds, prise illégale d’intérêts et de recel après un contrôle de la Chambre régionale des comptes. L’enquête préliminaire a révélé des emplois potentiellement fictifs, des recrutements discrétionnaires et des rémunérations excessives. Les avocats de la défense contestent la procédure, arguant notamment de partialité et d’imprécision des motifs de poursuite.