Revenir à la rubrique : Politique

Marine Le Pen ne voit pas ce qu’il y a d’extrême dans ses idées

La figure de proue du navire RN est à La Réunion pour une visite de trois jours dans le cadre des Européennes. Elle a notamment surpris le bureau régional de son parti en annonçant la sélection d'une candidate réunionnaise qui n'était pas présélectionnée et a martelé sa position sur l'octroi de mer même si le dispositif national n'est pas à l'ordre du jour des Européennes.

Ecrit par Baradi Siva – le jeudi 18 avril 2024 à 18H01
Marine Le Pen

Marine Le Pen est actuellement en visite à La Réunion dans le cadre des élections européennes. Dernière sur la liste RN et donc inéligible, l’ancienne candidate à la présidentielle qui fait mouche dans les urnes de l’île, s’occupe donc de la campagne de Jordan Bardella dans les Outre-mer. Des territoires qu’elle assure ne pas aimer que par intérêt électoral, même si son premier voyage à La Réunion était à l’âge de 18 ans, pour des élections. Après trois jours dans notre département, la représentante du Rassemblement national se rendra à Mayotte en fin de semaine.

 

 

Une candidate réunionnaise surprise

L’un des moments forts de sa visite a été la révélation de l’arrivée sur la liste de Jordan Bardella d’une candidate réunionnaise aux Européennes. Une annonce qui en a surpris plus d’un, parmi lesquelles la candidate en question qui a confié avoir appris la nouvelle en regardant le journal télévisé. « Marine l’a annoncé en direct« , a déclaré Marie-Luce Brasier, qui regardait le JT avec tous les autres militants du RN 974 qui attendaient que Marine Le Pen en ait fini avec ses obligations médiatiques pour les rejoindre et commencer une réunion publique.

Une décision qui a de quoi surprendre. Lors de l’unique pré-meeting de campagne du RN 974, Joseph Rivière avait été annoncé comme candidat pré-sélectionné par le bureau départemental. La raison du revirement de situation ? « C’était difficile de trouver des femmes« , explique Johnny Payet, secrétaire départemental du RN. Un argument aussi relayé par Marie-Luce Brasier elle-même : « Je pense que c’est parce que c’était une position de femme. » La Réunionnaise sera par ailleurs 12e sur la liste de Jordan Bardella et devrait très vraisemblablement être élue, au vu des sondages. Elle a donc appris en regardant la télé qu’elle allait passer cinq ans entre La Réunion et Bruxelles.

Interrogée sur la qualité des liens entre le RN national et local, sur ce qui pourrait être un manque de moyens déployés pour une île qui a massivement voté pour elle, Marine Le Pen assure que le Rassemblement national s’engage localement. Elle n’organisera cependant pas de meeting, contrairement aux autres têtes d’affiche, mais a pris part à une réunion publique. Un problème d’organisation a été évoqué et seules 200 personnes ont assisté à la prise de parole de celle qui a pourtant obtenu près de 150.000 voix à La Réunion en 2022.

 

Européennes, élection de mi-mandat d’Emmanuel Macron

 

Interpellée sur la stratégie du Rassemblement national d’assimilier médiatiquement les élections européennes à un référendum contre Emmanuel Macron qui arrive à mi-mandat, Marine Le Pen se justifie en affirmant que le président revendique lui-même être l’architecte de l’Europe actuelle. « En réalité, l’Europe, c’est l’Europe de Macron dont il dit lui-même qu’il a contribué à la forger et qu’il adhère totalement aux mesures« , assure Marine Le Pen qui veut s’opposer au Pacte vert qu’elle qualifie de « politique de décroissance« .

La Commission européenne précise que le Pacte vert a pour but de renforcer la collaboration entre les nations et augmenter les fonds pour faire face au changement climatique, mais aussi réduire les émissions carbone à travers 13 mesures en assurant un accompagnement des économies des différents pays.

 

L’octroi de mer, le hors-sujet au cœur de la campagne

 

Marine Le Pen le concède, l’octroi de mer n’est pas véritablement un sujet de la campagne des Européennes. Mais elle insiste pour en parler à chacune de ses interviews. Sa candidate, Marie-Luce Brasier, indique même qu’il s’agit d’une priorité du Rassemblement national, même si la décision ne peut être prise qu’au niveau national et pas européen.

« Vous me direz que ça ne dépend pas des Européennes, mais il va falloir régler le problème de l’octroi de mer dont je parle depuis des années, des années et des années. […] Je rappelle que c’est la raison principale de l’augmentation des prix sur l’île. Nous le disions, cela a été confirmé par la Cour des comptes« , a déclaré Marine Le Pen.

Dans son rapport, la Cour des comptes – qui n’est pas en campagne électorale – avait été beaucoup plus nuancée et avait expliqué que les impacts de l’octroi de mer étaient « non décelables« , « mitigés, voire négatifs en termes d’efficience et de cohérence » sur le niveau des prix à la consommation.

 

Les « ricochets » de « l’immigration massive« 

 

Interrogée sur une rhétorique plus tournée vers l’immigration massive dans les prises de parole faites dans l’Hexagone comparées à celles faites à La Réunion, Marine Le Pen assure qu’il n’y a pas de « double discours » du RN.

« Clairement, je pense que tous les Réunionnais savent que nous menons une bataille contre une immigration totalement dérégulée« , déclare Marine Le Pen qui ajoute, « même si La Réunion n’est pas directement victime de l’immigration massive, elle l’est par ricochet de la situation à Mayotte. »

La présidente du Rassemblement national indique que le coût de l’immigration clandestine (soins, éducation) a un impact sur les finances de l’État. Elle lie ensuite les difficultés rencontrées par les élus réunionnais pour obtenir une aide de 40 millions d’euros du CHU de La Réunion à un manque de moyens dans le budget du gouvernement : « Vous voyez, l’immigration a une conséquence directe. »

L’Etat n’a de son côté jamais évoqué de lien direct entre le financement du CHU de La Réunion et les moyens déployés pour accueillir les migrants dans d’autres régions de France.

Marine Le Pen croit à l’adhésion des électeurs à ses idées qui « n’ont rien d’extrême »

Au premier tour de la présidentielle 2022, La Réunion a placé aux premières positions Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen. Les deux extrêmes étaient loin devant le président sortant. Les votants réunionnais ont sanctionné une nouvelle fois Emmanuel Macron au second tour et ont massivement choisi le Rassemblement national. Marine Le Pen conteste cependant des votes de contestation et assure qu’il s’agit d’une adhésion.

« Je réfute totalement ce terme d’extrême. Je ne vois pas du tout ce qui, dans la politique que nous proposons aux Français, est extrême. Moi, ce que je trouve extrême, c’est la politique menée par Emmanuel Macron« , lance-t-elle avant de déclarer, « il n’y a plus personne aujourd’hui pour dire que le vote RN est un vote de contestation. C’est évidemment un vote d’adhésion. »

Le RN veut une refonte de l’Union européenne qui nécessiterait de revoir les traités en vigueur pour une gouvernance unie réduite et une « Europe des nations« . Marine Le Pen a aussi rappelé qu’elle voulait changer les lois françaises sur l’immigration, mais passerait alors par un référendum : « Je suis convaincue de la réponse des Français« , a-t-elle souri.

 

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
94 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué] « L’insalubrité des logements sociaux est un phénomène complexe et multifactoriel »

Karine Lebon annonce une bataille parlementaire cruciale le 22 mai 2024. Celle-ci pourrait contribuer à résoudre la crise du logement social à La Réunion, exacerbée par une forte croissance démographique, des coûts de construction élevés et des procédures administratives complexes. C’est pourquoi la députée de la 2e circonscription de La Réunion a proposé au vote la création d’une commission d’enquête visant à analyser et à remédier à ces problèmes urgents afin d’améliorer les conditions de vie des Réunionnais.

Sigrid Gérardin, n°2 sur la liste PCF aux Européennes : « Porter le projet que vous construirez pour vous et par vous »

Le Parti communiste réunionnais (PCR) a célébré ce samedi son 65e anniversaire sur la place Paul-Vergès à Saint-Denis. Cet événement s’inscrit dans le cadre des élections européennes et a été marqué par un hommage rendu à son fondateur, premier Réunionnais élu au Parlement européen. Le tout en présence de Sigrid Gérardin, n°2 sur la liste PCF conduite par Léon Deffontaines.