Revenir à la rubrique : Faits divers

Malgré sa déficience intellectuelle, il est plus mature que la plupart des prévenus

Un homme de 30 ans était jugé hier par le tribunal de police de Saint-Pierre pour avoir arraché des plantes et abîmé un naco dans la résidence où il vivait. En raison de l'angoisse provoquée à l'idée d'aller en prison, le prévenu est parvenu à se reprendre en main en se sortant de l'alcool et de la rue. Un parcours d'autant plus impressionnant que les médecins évaluent son âge mental entre 6 et 9 ans.

Ecrit par Gaëtan Dumuids – le dimanche 17 décembre 2023 à 12H41

Même si son avocat et sa tutrice faisaient tout pour le rassurer, Thomas était prostré par l’angoisse avant que son procès ne débute hier. L’homme de 30 ans était terrifié à l’idée d’aller en prison suite à son coup de colère du 20 juin 2022. Ce jour-là, énervé par le propriétaire de son logement, il avait arraché quelques plantes de la résidence où il vivait. Une autre habitante l’accuse également d’avoir dégradé l’un de ses nacos, mais ne fournit aucune preuve.

Si les infractions sont mineures et le risque d’incarcération presque inexistant, le prévenu était angoissé et restait mutique. Et pour cause, souffrant d’une déficience intellectuelle, son âge mental est évalué entre 6 et 9 ans par les experts. « Il est intolérant à la frustration et la moindre petite chose l’énerve », explique sa tutrice mandatée par la Justice. Celle-ci ajoute que Thomas travaillait avant de démissionner. Il s’est ensuite laissé entraîner par de mauvaises fréquentations et se serait mis à boire.

Clémence accordée au vu de ses efforts

Après cet épisode, Thomas a été renvoyé de son logement et s’est retrouvé à la rue pendant deux mois. Il va pourtant faire preuve de ressource et contacter le Centre médico-psychologique (CMP) pour se reprendre en main. Il arrête l’alcool et parvient à retrouver un logement. « Cette faculté-là, tout le monde ne l’a pas », le félicite le procureur qui requiert « une amende avec sursis ou une relaxe. Je ne vois pas de raison d’aller au-delà. Il faut qu’il soit accompagné le plus longtemps possible.« 

« Quel plaisir d’entendre des réquisitions sages qui font de la pédagogie. Cela pèse depuis des mois sur sa culpabilité. Il est en stress et avait peur de venir. Il a déjà payé avec cette procédure qui lui pèse sur la conscience depuis des mois », souligne Me Ghislain Chung To Sang.

Le tribunal va le relaxer pour la dégradation de la fenêtre, mais le reconnaît coupable pour les plantes tout en le dispensant de peine.

Thèmes : Faits-divers
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Un incendie se déclare dans un immeuble SIDR à Saint-Denis

Ce mercredi peu avant 19 heures, un appartement situé au 1er étage de la résidence SIDR Camp Jacquot situé à l’angle de la rue Camp Jacquot et général de Gaulle à Saint-Denis a pris feu. Les sapeurs pompiers ont déployé la grande échelle pour accéder à l’appartement en proie aux flammes. Fort heureusement, il n’y a pas de blessés à déplorer. Par mesure de précaution, l’ensemble de l’immeuble a été évacué.

Viol d’une prostituée sur la voie publique : L’auteur présumé ne voulait pas payer

Gabriel*, mis en examen le 25 août 2022 pour un viol commis la veille sur une prostituée rencontrée via les réseaux sociaux, a donné des explications variables sur le non paiement de ses services. Il a été décrit par des experts comme ayant des difficultés relationnelles mais sans dangerosité criminelle. Malgré sa demande de libération, la chambre de l’instruction a maintenu sa détention, suivant l’avis du parquet général qui craint qu’il exerce des pressions sur la victime.

Trafic de stupéfiants en bande organisée : 45 kilos de zamal péi retrouvés au domicile d’un cultivateur

Jean-Cédric L., 45 ans, a été arrêté pour avoir cultivé 45 kg de cannabis chez lui, impliqué dans un trafic entre l’Île Maurice et La Réunion. Après un an en détention provisoire, il a été placé sous contrôle judiciaire, mais reste sous les verrous après un appel du parquet. Le réseau d’envergure bien huilé révèle des envois fréquents et volumineux vers Maurice.

Soupçons d’emplois illégaux : Didier Robert, Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou se défendent à la barre

La deuxième journée du procès des emplois de cabinet de la Région a conforté la défense dans sa contestation de la partialité de l’enquête menée par l’OCLCIFF : les témoins auditionnés ont en effet tous confirmé l’effectivité des missions effectuées par les ex-conseillers techniques Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou, tandis que le troisième prévenu appelé à la barre, l’ancien président Didier Robert, a martelé sa légitimité, en tant que chef de l’administration, à choisir lui-même les personnes embauchées dans son cabinet. Enfin, le DGS d’alors Mohamed Ahmed, convoqué comme témoin, a souligné qu’un arrêté relatif à l’organisation administrative de la Région avait rattaché certains services au cabinet, sans que cela ne soit contesté ni par le contrôle de la légalité, ni par le tribunal administratif.