Revenir à la rubrique : Société

Liste rouge des botanistes : Une espèce florale sur trois de la Réunion est menacée d’extinction

Cet après-midi, au Conservatoire botanique national de Mascarin (Colimaçons) a été dévoilée la Liste rouge des espèces menacées en France et où la Réunion occupe une place centrale, les départements d'Outre-mer étant la niche de près de 80% des espèces endémiques totales que compte notre pays. Le rapport présenté conjointement par un ensemble d'organismes experts sur la question présente un état des lieux inquiétant. Conclusion principale de ce rapport : une espèce sur trois est menacée.

Ecrit par Ludovic Grondin – le jeudi 16 décembre 2010 à 17H13

Venus du Muséum national d’Histoire naturelle ou du Comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), ils sont une dizaine d’experts locaux et nationaux à avoir planché sur la situation des espèces dite de « flore vasculaire » (fougères, orchidées, arbres et autres plantes à fleurs) de la Réunion. De la première séance de travail qui avait eu lieu en juillet dernier est donc ressortie pas moins de 905 espèces indexées dans un référentiel, une première pour la Réunion et pour la France.

Six mois plus tard, la collaboration des différents organismes a bien porté ses fruits. Ses résultats, malheureusement, n’augurent pas d’un grand optimisme. Sur les 905 espèces indexées, 91 sont en danger critique d’extinction. Parmi elles, 42 sont endémiques des Mascareignes, 23 sont endémiques de la Réunion. Si l’effort peut être encore porté pour ces dernières, il est en revanche trop tard pour 44 d’entre elles, toutes disparues « à jamais » du paysage réunionnais.

Un listage unique sur le plan national

Au-delà de la grande menace d’extinction caractérisée par ce rapport, la grande nouveauté de celui-ci réside dans la démarche scientifique.

« Pendant une semaine, en juillet, 15 experts ont établi cette liste en la calquant sur la grille d’analyse de l’UICN », organisme qui fait référence en la matière. « Une manière de donner du poids à cette étude », souligne Florion Kirchner, chargé de programme « Espèces » au comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature.

 

Sur le sujet, la Réunion est d’ailleurs en avance sur l’ensemble des collectivités d’Outre-mer. « Jamais un aussi gros dossier n’a vu le jour », ajoute Frédéric Picot, responsable du service connaissance « flore-habitats » du Conservatoire botanique national de Mascarin.

Mais après la phase de récolte des échantillons et d’expertise vient résolument celle de l’action préventive. Certes, « l’action de l’État en la matière est déjà présente », rappellent les experts, mais la mise en lumière de l’état de la flore réunionnaise mérite un traitement particulier.

Des espèces présumées disparues… qui ne le sont pas tout à fait

Pour répondre à ces menaces d’extinction, des actions de conservation et de gestion des milieux naturels devront se poursuivre. Les espèces à forte valeur patrimoniale les plus menacées, comme le Bois de senteur bleu ou le Bois amer, bénéficient déjà d’un plan national d’action pour assurer leur sauvegarde. En complément, une stratégie de lutte contre les espèces invasives (ou pestes végétales), associant de nombreux partenaires, vient d’être mise en place pour répondre à l’ampleur de cette menace.

Dans ce marasme qui aurait de quoi décourager plus d’un botaniste, quelques lueurs d’espoir. Grâce au plan d’urgence des espèces en voie d’extinction, une liane littorale présumée disparue, a été récemment signalée grâce aux prospections réalisées.

Cet état des lieux présenté aujourd’hui, qui fait figure d’état zéro, sera soumis à comparaison dans une prochaine étude attendue dans cinq ans.

———–
Parmi les espèces menacées :
Bois de chenilles (en danger critique d’extinction)
Le mazambron marron (en danger)
Le petit muguet (quasi menacé)
Le Bois de ronde (vulnérable du fait du braconnage)
Le Bois d’éponge (danger critique)
Le Petit tamarin des hauts (en danger)
le Gros Faham (quasi menacé)

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La Réunion face au cancer : Une étude révèle des disparités de survie avec l’Hexagone

La première étude sur la survie des personnes atteintes de cancer à La Réunion entre 2008 et 2018 révèle des disparités significatives de survie entre les différents cancers, mais également entre La Réunion et la France hexagonale. Cette étude met en lumière l’impact de facteurs socio-économiques sur les causes de la maladie et la nécessité d’adapter les stratégies de lutte contre le cancer au contexte local.

Pas de tempête mais du mauvais temps à La Réunion ce week-end

La zone suspecte suivie par Météo France au Nord des Mascareignes ne devrait pas atteindre le stade de tempête de si tôt et se déplacer directement vers le Nord-Est de Madagascar d’ici le début de la semaine prochaine. Sans qu’un lien soit fait avec l’activité cyclonique, les experts prévoient une dégradation de la météo à La Réunion à partir de dimanche. Une vigilance vents forts concernera la moitié Sud de l’île dès samedi après-midi.

Le SNJ se dit « ouvert au dialogue » avec les trois candidats au rachat du Quotidien de La Réunion

Avant que les 48 salariés du Quotidien ne soient consultés sur les trois offres de rachat déposées pour leur journal, il faudra au préalable que celles-ci soient déclarées recevables. Bien qu’aucun candidat ne prévoie de conserver le moindre journaliste, mais seulement d’en recruter un certain nombre après leur licenciement, le syndicat SNJ ne ferme pas la porte aux discussions avec les repreneurs.

Le “Kar’ La Nuit’” démarre dès ce soir !

Ce nouveau service de transport à la demande a été lancé ce vendredi par le TO et la Semto. Destiné aux salariés de la restauration ou de l’hôtellerie, mais aussi aux noctambules, deux mini-bus seront mis en service une expérimentation de six mois tous les jours de 20h à 3h.