Revenir à la rubrique : Social

Les salariés de la Chambre d’agriculture obtiennent l’application de leur point d’indice

L'intersyndicale CGTR - FO - CFDT a signé ce jeudi midi un protocole de fin de conflit avec le président de la Chambre d'agriculture Frédéric Vienne. Hier soir, la préfecture a retiré son véto sur le point de blocage de l'augmentation du point d'indice des salariés, plus élevé que celui de leurs collègues de l'Hexagone, tout en se réservant le droit de revenir sur cette décision après analyse juridique de la situation.

Ecrit par Thierry Lauret – le jeudi 08 février 2024 à 16H31

C’est un succès fragile, parce qu’il pourrait être remis en question dans les mois à venir, mais cela reste un succès quand même. Ce jeudi après-midi, les salariés de la Chambre d’agriculture ont mis fin à leur mouvement de grève, après avoir partagé un dernier barbecue entre camarades de lutte dans l’allée qui mène à leur bâtiment administratif, dans le quartier de la Source à Saint-Denis.

La veille au soir, alors qu’ils s’apprêtaient à lever le camp après avoir voté pour un quatrième jour de grève, les grévistes ont eu la surprise de voir débarquer Jacques Parodi, le directeur de la Direction de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (Daaf), mandaté par le préfet Jérôme Filippini pour négocier une sortie de crise.

Après plusieurs allers-retours entre la salle de conférence du 2ème étage, où le président de la Chambre Frédéric Vienne gérait la négociation entourée de sa direction et de son bureau, et le rez-de-chaussée où patientaient les salariés, les leaders syndicaux Fabrice Pausé (FO), Serge Latchoumanin (CGTR) et Erik Maunier (CFDT) ont fini par parvenir à la perspective d’un accord, lequel a été définitivement scellé ce jeudi midi.

L’augmentation du point d’indice (de 7,49 euros à 7,62 euros), qui devait intervenir le 1er juillet 2023, a finalement été accordée, la préfecture s’engageant par ailleurs à appliquer une rétroactivité et à corriger l’écart induit sur l’avancement de carrière. Le fait que les agriculteurs doivent multiplier les démarches administratives, avec l’aide des agents de la Chambre, pour remplir les formulaires de calamité agricole, a servi de levier pour faire plier les services de l’État.

Mais cette victoire pourrait bien être contestée dans les prochains mois par la préfecture, qui bute sur le fait que le point d’indice réunionnais est plus élevé d’environ 13% que celui appliqué dans l’Hexagone. « Leur argument est de dire que ce n’est pas légal et que le préfet n’avait pas validé la délibération concernant le point d’indice, parce que le contrôle de la légalité n’était pas d’accord », expose Serge Latchoumanin, le délégué CGTR. « Mais eux-mêmes ne semblaient plus vraiment certains que ce n’était pas légal, et le Daaf a dit qu’il fallait sortir de cette crise rapidement. Donc, ils appliquent et ils vérifieront les textes, et s’ils considèrent qu’ils ont raison, le préfet fera une injonction au président de la Chambre de retirer cette augmentation du point d’indice. Injonction à laquelle on pourra, si on le décide, opposer un recours au tribunal administratif. »

Concernant les autres revendications, les grévistes ont obtenu l’assurance d’une négociation à la hausse de leurs frais kilométriques, mais aussi le paiement de leurs quatre jours de grève (2 jours récupérés et 2 jours payés).

 

S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
misandrie
15 jours il y a

Journées de grève payés???? c’est juste un énorme scandale. Ils n’ont pas honte?

MôvéLang
Répondre à  misandrie
14 jours il y a

amélie oudéa castéra s’est plaint qu’avec 45 000 € par mois qu’elle pouvait à peine joindre les deux et qu’elle connaissait des fins de mois très difficile.

Il a dit que quand le sage montre les 12 000 milliards d’évasion fiscale mondial, l’abruti voit le RSA de son voisin.

Dans la même rubrique

Chambre d’agriculture : Frédéric Vienne pris entre le marteau et l’enclume

Après une rencontre jugée infructueuse avec Frédéric Vienne, les représentants du personnel de la Chambre d’agriculture ont proposé ce mercredi la reconduite de la grève. Le président de la Chambre, lui, laisse entendre que l’État est à la manœuvre pour réduire les effectifs de moitié, et glisse que le Département souhaiterait s’accaparer l’outil à des fins électoralistes.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial