Revenir à la rubrique : Société

Les Réunionnais ingurgitent 1.300 messages publicitaires par jour!

  La publicité est partout et omniprésente dans notre société. Une réalité qui se confirme après la parution d’une étude menée à la Réunion le premier semestre de cette année par la société Pigé. Une étude qui fait "froid" dans le dos, tant la publicité est partout, et dont les résultats démontrent que chaque Réunionnais […]

Ecrit par – le lundi 29 août 2011 à 11H59

 

La publicité est partout et omniprésente dans notre société. Une réalité qui se confirme après la parution d’une étude menée à la Réunion le premier semestre de cette année par la société Pigé. Une étude qui fait "froid" dans le dos, tant la publicité est partout, et dont les résultats démontrent que chaque Réunionnais ingurgite environ 1.300 messages publicitaires par jour !

L’étude a été menée par la société Pigé, qui exploite la méthode Ipsos pour réaliser et fournir ses chiffres. "J’ai importé la méthode Ipsos", explique Jean-Paul Brouchot, ex-directeur Ipsos Réunion et désormais directeur général de Pigé. "Les études sont à la fois complexe et simple. Nous sommes en permanence, c’est à dire 24 heures sur 24, en train d’enregistrer la TV et les radios locales, nous achetons les journaux et nous relevons chaque semaine les 3.000 panneaux d’affichages sur l’île", souligne-t-il.

En tout, une trentaine d’opérateurs œuvre en coulisse pour pouvoir réaliser ces études. Théoriquement, chaque Réunionnais a assimilé, durant le premier semestre 2011, 230.150 messages publicitaires tout type de support confondu (TV, radio, affichage, presse). "Théoriquement", précise Jean-Paul Brouchot, car pour assimiler ce nombre hallucinant de messages publicitaires, "nous devrions rester 24 heures sur 24 devant nos postes de télé ou radio". Résultat, en moyenne, chaque Réunionnais va lire ou entendre 1.300 messages publicitaires sur une journée de 24 heures. "On parle véritablement de notion de pression publicitaire", explique-t-il.

La société Pigé est encore jeune, puisque les études menées n’ont commencé que depuis le début de l’année 2011, mais l’évolution entre le 1er et le 2ème trimestre est symptomatique d’une société vérolée par la publicité : + 40% de messages. Un pactole pour les entreprises et annonceurs puisque la valorisation par média est de l’ordre de 52 millions d’euros à la Réunion pour le 1er semestre.

Les prochaines études seront connues au troisième trimestre.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La Réunion face au cancer : Une étude révèle des disparités de survie avec l’Hexagone

La première étude sur la survie des personnes atteintes de cancer à La Réunion entre 2008 et 2018 révèle des disparités significatives de survie entre les différents cancers, mais également entre La Réunion et la France hexagonale. Cette étude met en lumière l’impact de facteurs socio-économiques sur les causes de la maladie et la nécessité d’adapter les stratégies de lutte contre le cancer au contexte local.

Pas de tempête mais du mauvais temps à La Réunion ce week-end

La zone suspecte suivie par Météo France au Nord des Mascareignes ne devrait pas atteindre le stade de tempête de si tôt et se déplacer directement vers le Nord-Est de Madagascar d’ici le début de la semaine prochaine. Sans qu’un lien soit fait avec l’activité cyclonique, les experts prévoient une dégradation de la météo à La Réunion à partir de dimanche. Une vigilance vents forts concernera la moitié Sud de l’île dès samedi après-midi.

Le SNJ se dit « ouvert au dialogue » avec les trois candidats au rachat du Quotidien de La Réunion

Avant que les 48 salariés du Quotidien ne soient consultés sur les trois offres de rachat déposées pour leur journal, il faudra au préalable que celles-ci soient déclarées recevables. Bien qu’aucun candidat ne prévoie de conserver le moindre journaliste, mais seulement d’en recruter un certain nombre après leur licenciement, le syndicat SNJ ne ferme pas la porte aux discussions avec les repreneurs.

Le “Kar’ La Nuit’” démarre dès ce soir !

Ce nouveau service de transport à la demande a été lancé ce vendredi par le TO et la Semto. Destiné aux salariés de la restauration ou de l’hôtellerie, mais aussi aux noctambules, deux mini-bus seront mis en service une expérimentation de six mois tous les jours de 20h à 3h.