Revenir à la rubrique : Politique

L’Entre-Deux “commence à récolter les fruits d’un travail”

Installé à la tête d'un des plus beaux villages de France, Bachil Valy, avec l'aide de son équipe, a “donné une orientation à l'Entre-Deux”. La commune qui jouit "d'une cote de popularité” doit cependant faire face à de nombreux défis.

Ecrit par PB – le mercredi 13 septembre 2023 à 10H49

“Les gens aiment l’Entre-Deux pour sa proximité des pôles, sa fiscalité pas chère, ses sites chargés d’histoire… La ville jouit de cette cote de popularité. Nous sommes une commune qui ne perd pas d’habitants, nous sommes une commune dynamique ”. Le résultat pour son maire Bachil Valy d’un projet de territoire qui ne date pas d’aujourd’hui. “Ce que j’ai fait en 20 ans, c’est donner une orientation à l’Entre-Deux. Nous avons dessiné et donné un cachet à ce village. Ce sont des politiques publiques que nous avons mises en place”, exprime Bachil Valy. Construction d’une cantine centrale, d’une piscine, réalisation de réseaux, d’une station de potabilisation et d’épuration grâce au concours de la CASUD, mais aussi modernisation des voiries... »Nous avons sécurisé la population via la récupération notamment des eaux pluviales. En l’espace de 3 ans, nous avons investi 6 millions d’euros en faisant des ouvrages d’art. Donc à partir de là, tel événement pluvial, tel événement cyclonique ne cause que peu de dégâts, et cela parce que nous avons investi”, rappelle l’édile qui a structuré sa ville par étape. “Quand je suis arrivé, je n’ai pas fait un Puy du Fou alors qu’il y avait des priorités. Aujourd’hui, on commence à récolter le fruit d’un travail”.

95 % d’inconstructibilité

Pour les chiffres, sur le compte administratif, le résultat cumulé de l’exercice 2022 laisse apparaitre un excédent global de plus d’1,3 million. L’épargne brute s’élève à plus de 329.814 euros et l’encours de la dette fin 2022 était de 6,3 millions d’euros.

Après les chantiers de rattrapage structurel, Bachil Valy veut donc se lancer dans des réalisations bien plus marquantes pour son territoire. “Cette année, nous sommes quand même dans une dynamique d’investissements. Nous avons eu quelques financements qui nous permettent de réaliser des projets d’envergure. On a prévisionné plus de 10 millions d’euros sur le budget prévisionnel. C’est hors de portée par rapport à la capacité du budget de l’Entre-Deux mais à un moment donné faudrait que l’on passe à un niveau supérieur”.

Il y a des enjeux mais des contraintes soumettent également le village de l’Entre-Deux, frappé par la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain (SRU). “C’est une aberration, je le dis. Nous sommes une petite commune rurale et le traitement fait est celui de grandes communes. Aujourd’hui, la commune de l’Entre-Deux doit réaliser un taux de 25 % alors que nous sommes contraints par 95 % d’inconstructibilité. Cela fait 10 ans que l’on paye. Nous n’avons pas de zone industrielle, pas de capacité financière et on nous demande de faire des logements”, s’indigne Bachil Valy. Les politiques publiques doivent être mises en place en prenant le soin de spécifier la réalité des territoires, appelle-t-il. “C’est une façon de standardiser les territoires, ça pose énormément de problèmes. Là, j’interpelle l’Etat. La politique que vous appliquez créé des inégalités”.

Nouveau départ

Le maire interpelle aussi sur les financements alloués aux petites villes. “Nous n’avons pas de politique de la ville, ANRU et autres dispositifs. En recette, sur le budget, nous n’avons que la restructuration de bourg qui est un dispositif FEDER que la Région ne finance plus. Donc d’un côté, vous avez l’Etat qui vous contraint sans moyen, et de l’autre, le FEDER que la Région n’a pas validé pour les communes. Cela fait 25 ans qu’on a le FEDER via la Région et c’est la première fois que l’on a un refus. Cela nous oblige à faire des emprunts colossaux. Heureusement que pendant 3 ans je n’ai pas fait d’emprunt pour faire baisser la dette”.

Grâce à ses atouts et sa bonne santé financière, l’Entre-Deux garde le cap et a aussi su faire face aux crises. “Avec le Covid, il a fallu repenser notre politique publique. C’était un nouveau départ. Nous avons fait des efforts financiers. Les budgets du CCAS ont doublé il a fallu accompagner des populations isolées sur un territoire vaste”. Portage de repas, aide alimentaire… plus de 1.390 familles ont bénéficié de l’aide du CCAS durant cette période difficile. L’Entre-Deux a également été “pendant la période du Covid la seule commune de France et de Navarre à proposer un chèque Noël solidaire. Nous l’avons fait sur nos propres deniers, ce qui nous a permis aussi de dynamiser et de participer indirectement à la vie économique du village”.

Avec ces 200 cases créoles et la richesse de son patrimoine naturel, l’Entre-Deux veut davantage miser sur son développement touristique. “ Quand on est classé 11e sur des milliers de villages, c’est une chance extraordinaire pour La Réunion et les Outre-mer. Nous sommes une destination touristique, la deuxième en fréquentation après Saint-Gilles ”. Mais Bachil Valy a aussi des ambitions plus larges. “Je veux proposer à tous les élus réunionnais un vrai projet économique d’ensemble. On a des solutions concrètes : l’économie circulaire. Il faut trouver les bons ingrédients pour que les gens adhèrent et rentrent dans cette dynamique”.

 

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Succession de TAK : Patrice Thien Ah Koon reprend la mairie, Jacquet Hoarau la CASUD

Passé le choc et après avoir caressé l’espoir de porter l’écharpe tricolore avec glands à franges d’or, les membres de la majorité municipale sont en grande partie finalement rentrés dans le rang hier à l’issue d’une réunion. Le fils du maire reprend les rênes de la ville tandis que son fidèle bras droit la CASUD. C’est en tout cas le scénario privilégié sauf “coup de Trafalgar”.

Sylvie Gustave Dit Duflo, candidate sur la liste de Valérie Hayer : « Travailler de manière transversale pour défendre les spécificités de chaque territoire »

Sylvie Gustave Dit Duflo, vice-présidente de la région Guadeloupe et présidente du conseil d’administration de l’Office français de la biodiversité, est en visite à La Réunion en tant que candidate sur la liste « Besoin d’Europe » conduite par Valérie Hayer, dans le cadre des élections européennes. Elle nous explique les actions menées par son groupe et les enjeux pour les territoires ultramarins.

Bouteille de gaz à 15 euros : La Région va prolonger le dispositif jusqu’à la fin de l’année

Les élus de la commission permanente de la Région ont voté ce vendredi une enveloppe supplémentaire de 1,5 million d’euros afin de garantir le dispositif de plafonnement du prix la bonbonne de gaz à 15 euros jusqu’au mois prochain. Si Huguette Bello appelle les pétroliers à une participation à cet effort de solidarité, la présidente de la Région va proposer le vote d’un budget supplémentaire afin de garantir le dispositif jusqu’à fin 2024.