Revenir à la rubrique : Politique

Législatives : Le RN en pleine confiance pour le second tour

Le Rassemblement national croit fermement en ses chances de victoire dimanche pour le second tour des élections législatives à La Réunion. Profitant de la venue du député et porte-parole du RN, Sébastien Chenu, les sept candidats en lice dans les sept circonscriptions, accompagnés du secrétaire départemental du mouvement, Johnny Payet, faisaient un ultime point d'étape ce jeudi pour préparer "l'après-Macron". Tout en balayant d'un revers de main les craintes levées sur le vivre-ensemble réunionnais en cas de majorité RN au Palais Bourbon.

Ecrit par S.I. – le jeudi 04 juillet 2024 à 18H41

Johnny Payet, secrétaire départemental du RN, a tout d’abord rappelé les défis rencontrés pour sélectionner les candidats, mentionnant l’intérêt croissant pour le RN. « Le bureau national a tranché, mais ce n’est que partie remise pour ceux qui n’ont pas été choisis cette fois-ci. Le RN sera bien présent aux prochaines élections, notamment les municipales, où nous positionnerons des candidats dans toutes les communes », assure le patron du RN local dans l’île.

 

« Si La Réunion veut peser dans les décisions, il faut des députés RN« 

 

Prenant sa suite, Sébastien Chenu qualifie ces élections législatives de « moment historique » pour La Réunion, avec sept candidats du RN au second tour de ce scrutin. Le porte-parole du Rassemblement national a par ailleurs insisté sur « la nécessité » d’avoir des députés du parti pour que La Réunion « puisse faire entendre sa voix au sein de la future majorité du Rassemblement national ».

« Le Nouveau Front Populaire ne peut pas être majoritaire. Si La Réunion veut peser dans les décisions, elle doit avoir des députés RN capables d’activer des leviers pour faire bouger les choses ». Il ajoute : « Dans tous les cas, tous les candidats qualifiés ont vocation à gagner leur élection dans leur circonscription. Je crois qu’il y a un très fort soutien populaire au-delà des partis, au-delà des alliances, au-delà des désistements. Tout ça, ça n’intéresse pas les gens en réalité. Ce qui intéresse les gens, c’est qu’est-ce qu’on va faire pour eux ? »

Sébastien Chenu met en avant les propositions du RN pour l’avenir de La Réunion. Parmi elles, la création d’un véritable ministère d’État dédié à la Mer et aux Outre-Mer. « Pas un sous-ministère, mais un vrai ministère pour traiter les problématiques des Outre-Mer au niveau qu’elles méritent », appuie-t-il.

Sur le plan économique, le RN propose une réforme de l’octroi de mer, une baisse de la TVA sur les carburants et les produits de première nécessité, ainsi qu’une loi-programme sur 15 ans pour les Outre-Mer. « Cette loi sera construite ensemble avec les députés de la majorité, en particulier ceux de La Réunion. Nous avons besoin de députés RN pour participer à cette construction et à la révision de cette loi tous les trois ans pour éviter les effets d’aubaine », détaille Sébastien Chenu.

Le RN prévoit également la création d’une agence d’État pour l’attractivité économique de La Réunion. Les propositions touchent aussi l’agriculture et la sécurité, des domaines jugés cruciaux par le parti.

 

Voile, appel à la prière, menus dans les cantines : « Les Réunionnais savent très bien organiser les choses par eux-mêmes« 

 

Sébastien Chenu a également pris le temps de répondre à certaines rumeurs persistantes concernant le programme du RN. Selon lui, des fausses informations circulent à propos de l’interdiction du voile dans les espaces publics, des restrictions sur l’appel à la prière ou encore des changements imposés dans les menus des cantines scolaires.

Il a tenu à clarifier que ces mesures « ne font pas partie du programme du RN ». Sébastien Chenu a souligné l’importance de préserver les spécificités culturelles et le vivre-ensemble de La Réunion, insistant sur le fait que le programme du RN se concentre sur des propositions concrètes pour améliorer le pouvoir d’achat, renforcer la sécurité, gérer l’immigration et favoriser le développement économique de l’île. Il a notamment affirmé que « les Réunionnais savent très bien organiser les choses par eux-mêmes », indiquant que le parti entend respecter et soutenir cette autonomie locale.

Pour finir, Sébastien Chenu observe un soutien populaire croissant pour le RN à La Réunion, rappelant les 218.000 voix obtenues par Marine Le Pen lors des dernières présidentielles. « Les Réunionnais veulent du changement, tout comme le reste de l’Outre-Mer. Nos candidats ont fait des propositions concrètes et nous sommes prêts à les mettre en œuvre », conclut-il.

 

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

17 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

LFI suspend les discussions avec les autres partis de gauche

La France Insoumise (LFI) a annoncé ce lundi 15 juillet la suspension des discussions avec les autres partis de gauche pour la formation d’un gouvernement, en réaction au refus des socialistes de soutenir Huguette Bello au poste de Premier ministre. Ce refus a été perçu par LFI comme une volonté du PS « de mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front populaire, dans le seul but d’imposer la sienne », conduisant la gauche dans une « impasse ». En conséquence, le parti de Jean-Luc Mélenchon annonce suspendre les négociations, dans l’attente de la désignation d’une candidature unique à la présidence de l’Assemblée nationale.

« Nous avons assisté à des procès d’intention indignes menés par des opposants à la nomination d’Huguette Bello à Matignon »

« Sa décision de décliner la proposition d’occuper le poste de Première Ministre contraste complètement avec les motivations de certain.e.s ». Les mots sont ceux de la présidente de l’Union des femmes réunionnaises et sénatrice de La Réunion, Evelyne Corbière-Naminzo, qui tient à saluer l' »engagement indéfectible pour plus de justice et de solidarité́ » d’Huguette Bello. Pour rappel, cette dernière a décliné ce dimanche la proposition de la France insoumise (LFI) et du Parti communiste français (PCF) d’occuper le poste de Première ministre. Saluant le « parcours politique exemplaire » de la présidente de Région, Evelyne Corbière-Naminzo regrette que celle ci n’ait pas obtenu « un consensus total » autour de son nom pour occuper Matignon. Elle pointe en particulier le rôle joué par le Parti socialiste, qui « a pourtant pu compter sur les soutiens d’Huguette Bello à François Mitterand, François Hollande et Ségolène Royal, lors des élections présidentielles ».

Huguette Bello annonce qu’elle n’ira pas à Matignon

Malgré l’appel de ses soutiens, Huguette Bello ne sera pas nommée Première ministre. L’annonce a été faite ce dimanche par la présidente de Région elle-même dans un communiqué. Elle explique vouloir « garantir l’unité du Nouveau Front populaire » en déclinant « sans plus attendre » l’offre qui lui a été faite. « Je prends acte qu’elle ne fait pas l’objet d’un consensus entre toutes les composantes du Nouveau Front Populaire, et notamment qu’elle n’est pas soutenue par le Parti socialiste », précise la cheffe de file du PLR.

Jean-Hugues Ratenon et Joé Bédier demandent aux élus locaux de pousser la nomination d’Huguette Bello à Matignon

Dans un communiqué, le président de Rézistan’s Égalité 974, Jean-Hugues Ratenon, appelle le Parti socialiste, et notamment la fédération locale représentée par Ericka Bareigts, à faire preuve de « responsabilité » pour permettre la nomination d’Huguette Bello à Matignon. Même son de cloche pour Joé Bédier pour qui il est crucial « de placer les intérêts supérieurs des Français au premier rang », en demandant aux partis du Nouveau Front populaire (NFP) de s’entendre sur la candidature de la présidente de Région.

NFP : Comment le nom d’Huguette Bello est arrivé au centre des débats

Le Nouveau Front populaire se déchire depuis plusieurs jours autour du sujet du nouveau gouvernement qui sera formé suite aux élections législatives anticipées. Pour sortir de l’impasse, le nom d’Huguette Bello a été cité. Mais comment l’hypothèse d’une candidature de la présidente de la Région Réunion est-elle arrivée sur la table ?