Revenir à la rubrique : Politique

Le Tampon : André Thien Ah Koon au bord des larmes à l’heure de dresser son bilan

André Thien Ah Koon a convié la presse ce jeudi matin pour évoquer son avenir politique ainsi que celui du Tampon et de la CASUD suite à sa condamnation à une peine d'inéligibilité. Celui qui est encore maire du Tampon pour quelques jours, jusqu'à ce que le préfet lui notifie l'arrêt de la Cour d'Appel, a préféré lire un document. Il a réussi à conserver un semblant de self control jusqu'aux derniers mots, au moment de dire adieu aux Tamponnais, où sa voix s'est étranglée et quelques larmes ont pointé au coin de ses yeux.

Ecrit par N.P. – le jeudi 13 juin 2024 à 10H23

Le maire du Tampon a fait le point sur sa situation alors qu’il est amené à quitter son poste suite à une condamnation à cinq ans d’inéligibilité. André Thien Ah Koon a convoqué une conférence de presse ce jeudi matin pour évoquer l’avenir de sa majorité municipale et du conseil communautaire de la CASUD en son absence.

André Thien Ah Koon a commencé en faisant la liste de l’ensemble de ses postes occupés dans le monde politique. L’élu, qui quitte son mandat avec beaucoup d’émotion, dit « se retirer provisoirement ».

Il rappelle avoir obtenu, pendant 40 ans, cinq mandats de député, six mandats de maire, cinq mandats de conseiller régional, quatre mandats de président de la CASUD deux mandats à la vice-présidence de la CCIR, du syndicat mixte de Pierrefonds. Des expériences qui lui ont permis de contribuer au développement du Sud, tient-il à préciser. De tous les postes occupés par André Thien Ah Koon, ce sont les 40 ans passés à gérer la commune du Tampon qui représentent pour lui “la plus grande fierté”.

Le Tampon comptait 40.000 habitants, aujourd’hui 80.000. Elle était habitée par des yab qui, sont devenus des agents du développement économique. Notre commune a pris son envol avec les grands équipements structurants pour notre population. En 1983, Le Tampon n’avait pas d’eau potable. Aujourd’hui, avec les captages, les barrages collinaires communaux, les réservoirs, nous sommes maintenant exemplaires à La Réunion et en France”, a-t-il déclaré;

« Je suis victime d’un déni de justice et je suis sanctionné provisoirement. Je suis innocent jusqu’à la décision de la Cour de cassation« , déclare André Thien Ah Koon. « Si la Cour de Cassation m’autorise à retourner à la mairie demain, j’y reviendrai en tant que simple conseiller municipal« , assure-t-il.

André Thien Ah Koon ne s’est pas prononcé sur la suite politique au sein du conseil municipal qui sera convoqué d’ici à quinze jours. Il s’est refusé à donner les noms de ceux qui le remplaceront à la mairie du Tampon et à la CASUD. Même si Zinfos a déjà annoncé que ce sera son fils Patrice à la mairie et Jacquet Hoarau à la CASUD.

 

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
25 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La Cirest veut conserver le statut de SPL pour Estival

Le conseil communautaire de la Cirest devra statuer ce soir sur la proposition du président Patrice Selly de résilier l’actuel contrat de délégation de service public avec la SPL Estival, en redressement judiciaire depuis presque un an. Mais la Cirest entend bien conserver le statut décrié de société publique locale (SPL) pour sa société de transport.

[Communiqué] « Le Président dévoile sa vraie nature »

Perceval Gaillard réagit à la prise de parole du président de la République hier. Si Emmanuel Macron a affirmé qu’ « aucun parti ne peut appliquer son programme, ni le NFP, ni la majorité présidentielle, ni la droite républicaine », pour le député Insoumis, « le Président dévoile sa vraie nature et celle du régime : une monarchie présidentielle ». Son communiqué :

[Communiqué] Le PLR affiche son soutien : « Lucie Castets doit être notre nouvelle Première ministre »

Le PLR d’Huguette Bello, alors pressentie comme première ministre d’un gouvernement NPF, a rapidement réagi à la proposition d’installer Lucie Castets à Matignon. Une décision que le PLR salue d’autant que la prise de parole du président de la République a inquiété. « Le PLR s’indigne face à ce déni de démocratie et à ce mépris du Président de la République qui refuse de reconnaître le résultat des élections législatives, faisant ainsi violence au peuple souverain ». Le communiqué du PLR :