Revenir à la rubrique : Economie

Le carburant importé directement de Malaisie : « C’est possible »

Un autre modèle économique pour importer du carburant à la Réunion est-il né ? C'est ce que défendent bec et ongle les initiateurs de la toute récente "Chambre des carburants d'Intérêt régional et des produits pétroliers".

Ecrit par – le vendredi 01 juillet 2011 à 15H04

 

"La CCIRPP : Chambre des carburants d’Intérêt régional et des produits pétroliers" a été créée officiellement à 14h ce vendredi 1er juillet, annonce Morad Guelalta, Pdg de Toyo océan Indien.

"Nous attendons l’agrément ministériel qui devrait arriver dans un délai de deux mois mais cela ne nous empêche pas de démarrer dès aujourd’hui le travail d’installation" de cette structure pour le moins inédite, préviennent les transporteurs et terrassiers sous la houlette de la Chambre de commerce et d’industrie.

Justement, c’est sous forme de coopérative d’intérêt collectif public que les transporteurs souhaitent faire venir, à bas coût, du gasoil et du fuel. Or, dans la zone, il n’y a pas beaucoup solutions, le fournisseur Petronas fera venir ce carburant de Malaisie.

Dans l’esprit du commerce équitable

Treize jours de bateau sont nécessaires pour acheminer le précieux liquide. Les deux grands lieux de stockage pour l’instant arrêtés se tiendraient à l’Est et à l’Ouest, pas très loin du fournisseur historique dont le nom ne sera même pas évoqué lors de la conférence de presse à la CCIR.

Sentant le moment exceptionnel, les acteurs n’en gardent pas moins une certaine retenue. Seul Joël Mongin viendra décrisper ses collègues de la Chambre de commerce. "Avec 1,21 euros le litre de gasoil aujourd’hui, on sera forcément en-dessous une fois arrivé à la Réunion", lance-t-il. Selon le meilleur scénario étudié par les services de l’Etat et de la Direction régionale des douanes, le prix de revient moyen prévisionnel annoncé pour la coopérative est de 0,88 cts euros au 21 juin dernier.

Mais au-delà de cette trouvaille, qui pourrait à se concrétiser "d’ici la fin de l’année" , l’intérêt d’un tel projet reste de jouer collectif.

Le communiqué de présentation de la toute récente coopérative donne le ton. Il s’agit de "mettre en place un circuit d’approvisionnement et de distribution de produits pétroliers sous toutes ses formes dans l’esprit du commerce équitable".

Les adhésions sont ouvertes

Pour que le projet prenne son envol, la venue de nouveaux adhérents ne pourra que faire réduire la note du carburant à son arrivée, question de commande en fonction du volume. Une plateforme en ligne d’achat international et de vente à l’échelle régionale est ainsi disponible sur le site de la [coopérative]urlblank:http://www.reunioncarburantlibre.toyo-energy.com/ . Elle permet ainsi à toute personne d’adhérer.

"Nous paierons moins pour notre carburant de détail grâce aux achats groupés en direct via des plateformes de trading. Les acteurs de la Chambre espèrent ainsi pouvoir bénéficier de remises pouvant aller jusqu’à 30% sur les prix à la pompe actuels", poursuivent Morad Guelalta et Joël Mongin.

Il se murmure que l’initiative, quasiment du jamais vu (sauf peut-être en Espagne selon certains), fait déjà du bruit et intéresserait du monde. La fin d’un monopole à la Réunion ?

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Trois offres de rachat pour Le Quotidien de La Réunion

L’imprimeur Alfred Chane-Pane, le président du JIR, Jacques Tillier, et le patron de presse hexagonale Henri Nijdam sont les trois candidats à la reprise du Quotidien de La Réunion, placé en liquidation judiciaire depuis le 4 octobre. Aucun des repreneurs potentiels ne s’engage à conserver les journalistes, même si tous prévoient d’en réembaucher un certain nombre après leur licenciement.

Prix à la consommation : +16,7 % pour les produits frais en janvier

En janvier, l’indice des prix à la consommation s’est stabilisé à La Réunion après trois mois consécutifs de hausse. Conséquence du passage du cyclone Belal, les prix de l’alimentation repartent à la hausse. Une hausse principalement portée par celle des produits frais.