Revenir à la rubrique : Société

Le billet d’humeur de Mohamed Aït-Araab : « Merci Papotin »

“Les Rencontres du Papotin“ de ce 10 février accueillait le comédien François Cluzet. Cette émission que diffuse France 2 (https://www.france.tv/france-2/les-rencontres-du-papotin/) reprend à l’écran la ligne éditoriale du Papotin, « journal atypique », comme il se définit lui-même : « rencontre-interview d’une personnalité médiatique (hommes et femmes politiques, artistes, journalistes…) ». Pourquoi « journal atypique » ? En mai 1990, un éducateur de […]

Ecrit par Mohamed Aït-Araab – le lundi 12 février 2024 à 08H05

“Les Rencontres du Papotin“ de ce 10 février accueillait le comédien François Cluzet. Cette émission que diffuse France 2 (https://www.france.tv/france-2/les-rencontres-du-papotin/) reprend à l’écran la ligne éditoriale du Papotin, « journal atypique », comme il se définit lui-même : « rencontre-interview d’une personnalité médiatique (hommes et femmes politiques, artistes, journalistes…) ».

Pourquoi « journal atypique » ?

En mai 1990, un éducateur de l’hôpital de jour d’Antony (Hauts-de-Seine), Driss el-Kesri, décide de créer un hebdomadaire dont les rédacteurs seront de jeunes autistes. Projet un peu fou qui, 34 ans plus tard, continue de vivre et de grandir. Au moment où nombre de titres de la presse écrite ont dû mettre la clé sous la porte, signe d’un profond malaise démocratique. Mais nous aurons l’occasion de reparler de la concentration des médias en France entre les mains d’une poignée de milliardaires.

Revenons à nos papotages.

Aujourd’hui, précise le site du journal, le comité de rédaction s’est élargi à une douzaine d’autres centres sanitaires et médico-sociaux d’Île de France, et il est composé d’une quarantaine de membres âgés de 14 à 50 ans.

Pourquoi vous parler de l’émission de samedi ?

Simplement pour partager avec vous un magnifique poème écrit par un membre de l’équipe du Papotin, Rudy Meskine, texte lu par François Cluzet au cours de l’émission.  Le titre en est « Je veux être vieux ».

Je veux être vieux pour raconter des histoires que j’ai vécues

Je veux être vieux pour ces rides magnifiques que ça fait

Je veux être vieux car mes cheveux blancs c’est comme de la neige qui tombe

Je veux être vieux pour m’occuper de moi

Je veux être vieux car ma mémoire elle est une richesse

Je veux être vieux pour étonner tout le monde

Je veux être vieux pour avoir une canne

Je veux être vieux car je serai une bibliothèque vivante

Je veux être vieux car tout simplement j’en ai marre d’être jeune.

Ce poème extrait d’un recueil titré C’est un cas de conscience a été publié en 2013 aux éditions Unicité.

La beauté simple de ces quelques lignes, toutes de fluidité et d’émotion, disent avec sensibilité et sans esbrouffe le temps qui passe et notre finitude. Mais les mots de Rudy Meskine n’ont rien de larmoyants et ne portent aucun désespoir. Bien au contraire ! J’ai rarement lu un tel hymne à la vie et à la joie qu’elle offre. À tout âge !

Merci Papotin !

Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
7 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Justedubonsens
19 jours il y a

Bel hommage à la « maturité ». Oui vieillir c’est tout cela. Je suis l’heureux papy de 3 enfants avec lesquels mon épouse et moi même avons la chance d’avoir une grande proximité puisque nous vivons quasiment ensemble bien que dans des maisons séparées. Et je leur rappelle souvent que les moments que nous partageons resteront de profonds souvenirs quand, nous les vieux seront partis. Je leur rappelle qu’il y a longtemps, avant la télévision ou à ses débuts la tradition et la transmission orale lors des veillées regroupant toute la famille et parfois le voisinage étaient des moments forts de l’apprentissage, de la transmission de la connaissance et peut-être tout simplement de la fraternisation des générations.

Nativel regis
Répondre à  Justedubonsens
19 jours il y a

Une jolie phrase entendu par sa petite fille mamie tu as des jolies dessins sur ton visage.la vieillesse n’est pas forcément laideur quand on peut encore rêver et vivres.mais comme précisé Cluzet maintenant que je suis vieux je préfèrerais être jeune.enfin vieillir c’est mourir un peu et mourir c’est vieillir pour de bon .mais on nous dit tous les jours que profiter de la vie peut faire mourir alors y faut consommer sa viellesse avec modération enfin c’est ce qu’ils disent

L'Ardéchoise
19 jours il y a

Bonjour.
Je vais sauter la ligne des rides, et sans doute aussi celle de la canne; mais le reste me plait bien !
Bonne journée.

Mordicant
19 jours il y a

 » Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait, rien ne se perdrait  » a dit quelqu’un.

Mais quelle est la limite entre la jeunesse et la vieillesse ?

Mordicant
19 jours il y a

Et qui voudrait être vieille ?😩

Babeuf
19 jours il y a

J’ai visionné la séquence avec François Cluzet. C’était très émouvant ! Aux questions opportunes posées par les participants plus ou moins mal dans leur peau François Cluzet a répondu avec pudeur ,franchise et sensibilité en nous exposons la souffrance de sa jeunesse!
Cela nous change des « blas-blas » financés par les milliardaires qui nous vendent leurs salades destinées à nous endormir et remplir leurs porte-monnaie!

Babeuf
19 jours il y a

Omission
C’est bien d’avoir publié le poème, mais ce poème est une goutte d’eau par rapport au reste de l’émission!

Dans la même rubrique

Saint-Leu : Un conseil municipal toujours hanté par l’ardoise de l’époque Robert

La situation économique de Saint-Leu ne cesse de s’améliorer, clame Bruno Domen, pourtant le conseil municipal de ce jeudi soir a été une occasion de plus de rappeler les conséquences de l’état des finances de la ville à l’arrivée de la majorité en 2017. Que ce soit sur les orientations budgétaires pour 2024 ou les conséquences de l’arrêté préfectoral de carence sur la construction de logements sociaux, le grand méchant est tout trouvé : Thierry Robert.