Revenir à la rubrique : Culture

Le billet d’humeur de Mohamed Aït-Aarab : « Bonnes fêtes »

Retrouvez ci-dessous le nouveau billet d'humeur de Mohamed Aït-Aarab.

Ecrit par Mohamed Aït-Aarab – le samedi 13 avril 2024 à 10H43

La semaine dernière, nos compatriotes de confession catholique ont fêté Pâques, événement central de l’année liturgique. Ce moment de joie et de retrouvailles célèbre la résurrection du Christ.

Il y a quelques jours, les Français de confession musulmane ont achevé les 29 jours de jeûne du mois de Ramadan, mois de prières et de spiritualité tant attendu par les fidèles.

Le 14 avril, nous entrerons, avec nos compatriotes de confession tamoule, dans l’année 5125, événement qui, chaque année, donne lieu à de nombreuses festivités organisées sur toute l’île.

La fin du mois d’avril sera l’occasion de célébrer Pessah, fête au cours de laquelle les Français de confession juive commémorent l’Exode hors d’Égypte.

Alors, bonnes fêtes à toutes et tous.

Nombre de régimes politiques briment, enferment, exterminent, leurs concitoyens qui n’appartiennent pas à la religion dominante, ou officielle, ou unique, ou d’État.

Il est heureux qu’en France nous puissions pratiquer la religion de notre choix. Voire n’en pratiquer aucune, si cela nous chante.

Il est heureux que la communauté nationale, la seule qui existe, soit composée de catholiques et de juifs, de protestants et de tamouls, de musulmans et de bouddhistes, d’agnostiques et d’athées.

Il est heureux qu’en France la religion relève de la sphère privée et que nul ne soit inquiété pour la foi ou la philosophie de vie qu’il a choisie.

Il est heureux qu’en France chacun puisse choisir la forme de spiritualité qui lui convient.

N’oublions pas, hier, les Arméniens, les Juifs. Aujourd’hui les Ouïgours, les Coptes…

Si nous avons cette chance de ne plus être persécuté, insulté, battu, pour notre religion (ou absence de religion), c’est à la loi de 1905 que nous le devons.

Contrairement à ce que prétendent certains, par mauvaise foi, par ignorance ou par idéologie, la loi de séparation des Églises et de l’État n’est pas l’ennemi des religions. Elle régule l’espace public et empêche que ma liberté n’empiète sur celle d’autrui. C’est donc bien une loi d’apaisement, même si son application fut, en 1905, douloureuse en certains départements.

Et c’est pourquoi il importe de la préserver et de ne pas céder aux sirènes du communautarisme. Les identités peuvent se révéler meurtrières, comme l’a démontré Amin Maalouf dont le malheureux pays, le Liban, est aujourd’hui en lambeaux.

Et soyons conscients de notre chance, celle d’avoir une « République [qui] assure la liberté de conscience [et] garantit le libre exercice des cultes » (article 1 de la loi de 1905).

Je laisserai le mot de la fin à la rabbin Delphine Horvilleur : « La laïcité française n’oppose pas la foi à l’incroyance. Elle ne sépare pas ceux qui croient que Dieu veille, et ceux qui croient aussi ferme qu’il est mort ou inventé. Elle n’a rien à voir avec cela. Elle n’est ni fondée sur la conviction que le ciel est vide ni sur celle qu’il est habité, mais sur la défense d’une terre jamais pleine, la conscience qu’il y reste toujours une place qui n’est pas la nôtre. La laïcité dit que l’espace de nos vies n’est jamais saturé de convictions, et elle garantit toujours une place laissée vide de certitudes. Elle empêche une foi ou une espérance de saturer tout l’espace. En cela, à sa manière, la laïcité est une transcendance. Elle affirme qu’il existe toujours en elle un territoire plus grand que ma croyance, qui peut accueillir celle d’un autre venu y respirer. »

Encore une fois, bonnes fêtes à tous mes compatriotes !

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
15 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« L’histoire de la Buse est assez emblématique de la carrière d’un pirate de l’époque »

Si le mythe réunionnais du trésor de la Buse se nourrit depuis plusieurs décennies des nombreuses annonces, jamais confirmées, de découverte d’une potentielle cache secrète, Charles-Mézence Briseul estime qu’il faut rompre avec la coutume de la chasse au trésor et privilégier une archéologie de la piraterie. L’auteur de « La Buse, la biographie du plus grand pirate français » souligne par ailleurs que les rares éléments tangibles disponibles témoignent des difficultés financières du marin calaisien après le célèbre pillage de la Vierge du Cap.

Léa Churros en duo avec KIM

Chouchou du public réunionnais, la chanteuse Léa Churros, vient de sortir un single avec l’une des artistes zouk phares au niveau national, KIM. Le clip a été dévoilé vendredi soir sur les plateformes de streaming et devrait très rapidement devenir un véritable succès.

Un pirate informatique s’attaque aux clips des artistes réunionnais

Le clip « Bondié » de Kénaëlle a été ciblé par un individu qui s’est fait passer pour un producteur et a obtenu le retrait de la vidéo de la plateforme de streaming YouTube. La chanteuse a déposé une réclamation auprès du site appartenant à Google et a appris que plusieurs autres artistes réunionnais avaient été visés par le même pirate.