Revenir à la rubrique : Société

Le billet d’humeur de Mohamed Aït Aarab : « Les héros ne sont pas ceux que l’on croit »

Découvrez le billet d'humeur de Mohamed Aït Aarab :

Ecrit par Mohamed-Aït-Aarab – le mardi 22 novembre 2022 à 11H42

Lundi, avant leur match contre l’Angleterre, les joueurs de l’équipe iranienne de football ont refusé de chanter l’hymne national, manifestant, par cet acte courageux, leur soutien aux manifestant(e)s qui, depuis deux mois, défient la théocratie de Téhéran et la dictature des mollahs.

Le mutisme des footballeurs iraniens est un message fort adressé à la communauté internationale, qu’elle soit sportive ou politique : le football, et le sport en général, est éminemment politique. N’en déplaise à Emmanuel Macron qui, après avoir instrumentalisé la victoire des Bleus en 2018, a récemment déclaré qu’il ne fallait pas politiser le sport.

Sérieux ?

Depuis les Jeux Olympiques de Berlin (1936), en passant par la Coupe du Monde de football en Argentine (1978) ou les Jeux d’hiver à Sotchi (2014), seuls les naïfs croient encore à un sport libéré de toute pression extérieure. Le sport a énormément de vertus. Mais pas celle d’être apolitique ! Les athlètes eux-mêmes en sont conscients, qui utilisent les stades pour promouvoir les valeurs qui leur tiennent à cœur : le cycliste italien Gino Bartali défiant symboliquement le pouvoir fasciste, après sa victoire dans le tour de France 1938 ; Tommie Smith et John Carlos, poings levés sur le podium de la finale du 200 mètres, à Mexico (J.O. 1968) ; Colin Keapernick, Megan Rapinoe, Lebron James, Mickael Jordan, des stars dans leurs disciplines respectives, mettant leur notoriété (et leur carrière pour Keapernick) en jeu pour dénoncer les violences policières racistes.

Message également à nos joueurs français, millionnaires en short qui ne veulent pas voir plus loin que leurs comptes en banque, leurs carrières, le renouvellement fastueux de leurs contrats ou le transfert juteux vers des clubs richissimes. Combien paraît dérisoire la déclaration d’Hugo Lloris, gardien de but et capitaine de l’équipe de France, face à la menace qui pèse sur les joueurs iraniens et leurs familles. Ce n’est pas un carton jaune qu’ils risquent, mais leurs vies et celles de leurs proches pour avoir bravé un pouvoir corrompu, extrémiste et sanguinaire.
 
Message enfin à la FIFA et à son président, Gianni Infantono, qui a élu domicile à Doha, idiot utile d’un pouvoir qatarien roublard, retors (comme en témoigne l’excellent documentaire d’Alfred de Montesquiou, « Qatar, au pays des mille et une ruses », diffusé sur France TV). Et président d’une fédération pour laquelle l’important est de participer… à la croissance de ses profits, quelle qu’en soit la contrepartie.

Infantino et la FIFA devraient se rappeler que lorsqu’on dîne avec le diable, il faut une longue cuillère.

Thèmes :
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Surf : Bientôt une nouvelle ZONEX à l’Étang-Salé ?

Pour offrir aux surfeurs sudistes un spot sécurisé, le CSR (centre sécurité requin) a présenté le dispositif que pourrait bientôt accueillir le spot du simulateur, à Étang-Salé. La question du financement d’un tel système reste encore à déterminer. Une nouvelle zone de baignade, plus grande, a également été évoquée.

Au Royaume-Uni, la semaine de 4 jours séduit salariés et patrons

Un an après le terme d’une expérience grandeur nature, de nombreuses entreprises britanniques ont choisi de maintenir la semaine de 4 jours à 32 heures de travail. L’efficacité du dispositif semble aussi bien convaincre les employeurs que les salariés.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial