Revenir à la rubrique : Faits divers

Lassé du comportement de son fils, il lui inflige une sévère correction: Six mois de sursis pour le père de famille

Dépassé par le comportement de son fils, un père de famille résidant au Tampon, était jugé hier au tribunal correctionnel pour des faits de violence envers ce dernier. Comme rapporté par la presse écrite locale, le prévenu s’en était pris violemment à son fils en avril dernier, après que ce dernier ait écopé d’une procédure […]

Ecrit par NP – le vendredi 30 août 2019 à 07H24

Dépassé par le comportement de son fils, un père de famille résidant au Tampon, était jugé hier au tribunal correctionnel pour des faits de violence envers ce dernier.

Comme rapporté par la presse écrite locale, le prévenu s’en était pris violemment à son fils en avril dernier, après que ce dernier ait écopé d’une procédure de discipline.

Après cette correction l’adolescent se rend à son établissement en boitant, et l’infirmière scolaire donne alors l’alerte.

Lors de l’audience, le père de famille a reconnu les coups mais a assuré qu’il voulait bien de son fils, déplorant au passage « les lois de maintenant ».

Pour les coups donnés à son fils, le prévenu a écopé d’une peine de six mois de prison avec sursis, en plus du versement d’une amende de 1 000 euros.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

St-Denis : Les parents dépassés frappent leur garçon avec le tuyau d’arrosage

Le père et la mère minimisent les coups portés régulièrement à leur marmaille de 12 ans avec une ceinture. Mais les constatations médicales sont sans appel. Un jour de février 2020, ils se sont, chacun à leur tour, particulièrement acharnés à cause d’un « trop-plein ». Si la famille semble désormais réunie, les prévenus ont tout de même été condamnés ce vendredi. Le père est derrière les verrous pour d’autres faits de violences.

Trafic de drogues de synthèse : Le psychonaute sévèrement condamné

Des substances psychédéliques par kilo importées par colis postal de Chine où elles sont fabriquées par des laboratoires ont inondé La Réunion. Ces cristaux qui imitent la cocaïne ou les amphétamines ne seraient pas de la drogue, selon un trentenaire rejugé à sa demande par la cour d’appel en novembre 2023. Celui-ci s’est réclamé de sa consommation personnelle et n’a pas manqué d’imagination pour justifier son train de vie. Mais il n’a pas convaincu la cour dont la décision tombe comme un couperet.