Revenir à la rubrique : Courrier des lecteurs

L’Affaire du Siècle : de la poudre aux yeux !

La question climatique devient sous nos yeux une tarte à la crème politicienne. 2020 a été l’année la plus chaude depuis… Très longtemps (1), malgré le phénomène El Nina, qui a refroidi la planète pendant une courte période. Les mesures viennent de l’OMM, Organisation Météorologique Mondiale, sous-agence de l’ONU. Dans la foulée, le secrétaire général, […]

Ecrit par Bruno Bourgeon, porte-parole d’AID – le mercredi 10 février 2021 à 10H29

La question climatique devient sous nos yeux une tarte à la crème politicienne. 2020 a été l’année la plus chaude depuis… Très longtemps (1), malgré le phénomène El Nina, qui a refroidi la planète pendant une courte période. Les mesures viennent de l’OMM, Organisation Météorologique Mondiale, sous-agence de l’ONU. Dans la foulée, le secrétaire général, Antonio Gutteres, avance : « Nous nous acheminons vers une augmentation catastrophique de la température de 3 à 5°C au cours du XXIème siècle. » Au passage, la foutaise de l’accord de Paris de 2015, acclamée jusque dans les rangs écologistes, prétend toujours maintenir l’augmentation moyenne de la température sous la barre des 2°C. Et pourquoi pas 1.5°C, tant qu’on y est. Joe Biden réintègre les Etats-Unis dans l’accord parisien, sous les applaudissements des clones de ceux qui applaudirent Daladier à Munich, en 1938, qui sauva la paix en trucidant la Tchécoslovaquie.

Où sont les combattants du climat ? Voici l’initiative de l’Affaire du Siècle. Quatre ONG, Oxfam, la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme, Green Peace France, et Notre Affaire à Tous, ont lancé une pétition en ligne signée de 2.3 million de personnes. Que réclament-elles ? Saisir la justice pour que la France respecte enfin ses engagements sur le climat. Dans un jugement historique, rendu ce mercredi 3 février, le tribunal administratif de Paris reconnaît les manquements de l’État français dans la lutte contre le réchauffement climatique, responsable de ce fait d’un préjudice écologique. Victoire « historique », s’enorgueillissent les 4 Pieds Nickelés. L’État devra symboliquement verser un euro aux quatre associations requérantes (somme qu’elles avaient elles-mêmes fixée) en réparation de leur préjudice moral. D’ici le printemps, le gouvernement pourrait aussi être condamné à agir davantage pour le climat dans l’affaire de Grande-Synthe. La commune côtière du Nord avait demandé fin 2018 au gouvernement de prendre des mesures supplémentaires pour infléchir la courbe des émissions. Un refus lui ayant été opposé, elle a saisi le Conseil d’État en janvier 2019, rejointe par les villes de Paris et Grenoble et les ONG de l’Affaire du Siècle. En novembre, dans une décision là aussi inédite, la plus haute juridiction administrative avait estimé que la France avait dépassé le budget carbone qu’elle s’était fixée et lui avait donné trois mois pour se justifier.

Sérieux ? Oui. Déplorable ? Aussi. Pourquoi ? Pour commencer, penser que la justice pourrait modifier le cours d’une société de manière fondamentale est ubuesque. Cela ne s’est jamais vu et ne se verra jamais. Ensuite, sur le fond, il faudrait que la France tienne ses promesses incluses dans l’accord de Paris. Sombre billevesée. Non. La vérité est ailleurs. Le climatologue Jean-Pascal Van Ypersele, ancien vice-président du GIEC : « le travail et la vie dehors vont devenir insupportables dans des régions de plus en plus vastes et une part de plus en plus grande de la planète sera inhabitable. » (2) Des centaines de millions d’humains se mettront sur les routes vers des zones moins insupportables. Perspective pas tout à fait certaine, mais hautement probable. Dans ces conditions, il nous faudra rompre avec ce monde, ses colifichets, ses portables, ses 5G, tous entre autres moteurs de l’emballement climatique.

Si nous étions un tant soit peu avisés, nous nous mettrions en coalition sans précédent contre la bagnole électrique, infâme moralement et climatiquement, dont l’existence même signifie que nul n’a l’intention de changer avant sa mort. Car la bagnole individuelle, c’est une vision de l’espace, de la vitesse, du déplacement, des villes, une contamination du psychisme. Le prolongement de la domination de ceux qui roulent -nous, au Nord- sur ceux qui les regardent passer- eux, au Sud.

Et, pendant ce temps, tous les journaux parlent du matin au soir des masques, des vaccins, des tests, sans se préoccuper ne serait-ce qu’un seul instant, sans seulement parler des causes profondes et documentées de l’émergence de virus dangereux : la dévastation écologique planétaire. Lisez « Le Grand Saut », de David Quammen, Editions Flammarion, bande d’ignares ! Si nous étions un tant soit peu lucides, nous ne voterions plus pour les habituels pantins, qui nous parlent des miettes de pain sur la table de la cuisine quand toute la maison s’effondre. Autant dire que nous ne voterions plus, ce que pourtant je continue de faire sans gloire. Qu’ils aillent tous se faire f… !

 : https://public.wmo.int/fr/medias/communiqués-de-presse/2020-est-l’une-des-trois-années-les-plus-chaudes-jamais-enregistrées
 : https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/01/15/il-faut-arreter-cette-machine-infernale-du-rechauffement_6066361_3244.html

Bruno Bourgeon, porte-parole d’AID, D’après Charlie-Hebdo n°1488

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Connaître l’Histoire, c’est prendre du recul pour mieux aller de l’avant

La campagne pour les élections législatives des 30 juin et 7 juillet 2024 est venue nous rappeler l’importance fondamentale du travail d’histoire à mener dans nos sociétés pour qu’elles puissent rester démocratiques. Les propos du maire de la Plaine-des-Palmistes, chef de file du Rassemblement National à La Réunion, tenus le 18 juin à l’antenne de Réunion La 1 ère, ont provoqué une vague de réactions indignées, dont celles de candidats de son propre parti. Pour Johnny Payet, qui explique que « l’esclavage était une façon de vivre avant, il y a des années et des années », une conclusion s’impose : « aujourd’hui on ne doit plus parler d’esclavage ». Ces déclarations décomplexées du fait d’une situation de crise politique ne sont ni à prendre à la légère, ni le témoignage d’une pensée isolée. L’idéologie portée par le discours de cet homme politique n’est en rien un « détail de l’histoire ».

Devoir de mémoire obligatoire ?

Le maire RN de la Plaine des Palmistes a, semble-t-il, réalisé l’unanimité de la classe politique contre lui en prenant position contre l’idée d’un devoir de mémoire qui l’obligerait personnellement à fêter le 20 décembre. La revendication de cette liberté individuelle lui a valu un déferlement de réactions hostiles auquel même des candidats du RN ont participé. Ainsi, mis à part l’antisémitisme, Johnny Payet s’est trouvé accusé d’à peu près tous les pires travers qu’on puisse reprocher à un homme politique. Cette prodigieuse diversité des griefs portés contre lui garantit qu’il est vain d’espérer un fondement rationnel à ce qui apparaît avant tout comme un débordement émotionnel collectif contre l’homme à abattre du moment. Traditionnellement on parle de lynchage médiatique et, en l’occurrence, le terme ne semble pas usurpé.

Jardin des merveilles : l’expérience de Bangalore peut-elle faire éclore un aéroport Guerlain sur l’Arc Atlantique ?

Dans la célèbre plantation Guerlain de Mayotte, « jardin archipel » du canal du Mozambique ; se trouve à quelques centaines de mètres du centre de Combani l’une des plus importantes plantations d’Ylang-Ylang, la fleur qui a révolutionné le parfum, ainsi que des épices comme les clous de girofle et la vanille. Alambics, distillat d’essences, allée de cocotiers … Entre nature et architecture, l’univers de la parfumerie peut-il servir de laboratoire d’inspiration et de décarbonation de l’aviation du XXIème siècle ?