Revenir à la rubrique : Politique

La CIREST ne touchera pas à la fiscalité et révisera son SCoT en 2024

Ce jeudi, les élus communautaires de la CIREST ont marqué leur accord sur le rapport des orientations budgétaires, jetant un regard optimiste sur l'horizon financier de l'intercommunalité.

Ecrit par S.I. – le vendredi 08 mars 2024 à 09H22
© Photo d'archives

Le compte administratif prévisionnel pour 2023, présente des soldes de gestion positifs, à en croire la présentation faite par la présidence. À commencer par l’épargne nette, qui redevient positive à hauteur de 2,86 millions d’euros, marquant une nette progression par rapport à la situation de fin 2022. Grâce à des mesures telles que l’activation du levier fiscal dès 2023, les ratios financiers ont été améliorés, ouvrant des perspectives prometteuses pour le financement des investissements. Le taux de désendettement, qui frôlait le seuil de vigilance de 12 ans en 2022, a été presque divisé par deux en 2023 (5,8 années), soutenu par l’amélioration de l’épargne brute. Bien que cette dernière ait augmenté, atteignant 5,1%, elle demeure en-deçà du taux moyen recommandé (8-15%).

Pour répondre aux recommandations de la Chambre Régionale des Comptes et aux ambitions de son projet de territoire, la CIREST a dû diversifier ses sources de financement en introduisant de nouvelles taxes et en réévaluant celles existantes l’an dernier. Néanmoins, aucune augmentation de la fiscalité n’est prévue par l’intercommunalité pour 2024 (la Taxe Foncière sur le Patrimoine Bâti reste stable à 2%).

Concernant les dépenses réelles de fonctionnement, celles-ci devraient connaître une croissance plus modérée en 2024 (+3.34% contre +8.50% en 2023). Les investissements dans l’environnement et les déplacements, tels que les transports scolaires et urbains, restent des priorités budgétaires, assure la Cirest. Les dépenses liées à l’environnement, notamment la gestion des déchets, devraient atteindre 24,6 millions d’euros en 2024, marquant une augmentation de 5%. Les contributions au Sydne augmentent de manière plus modérée, avec une hausse prévue de 1,20%.

Le poste dédié aux transports scolaires (19,9 millions d’euros) est susceptible d’être modifié en cours d’année compte-tenu de la relance des marchés actuels et du démarrage des nouveaux marchés au 1er mai 2024. Les frais de personnel augmenteront de 4,4% en 2024, reflétant des évolutions mécaniques telles que la revalorisation des grilles indiciaires et d’autres actions en faveur des agents. Parmi elles : l’augmentation de 5 points d’indice à la grille indiciaire de la fonction publique au 1er avril (+125.000), l’adhésion au CNAS (Centre National d’Actions Sociales ; +50.000 euros) sans oublier l’augmentation des titres repas des agents de 7€ à 8€ au 1er avril 2024, pour un coût de 42.000 euros.

« À la fin de l’exercice 2022, la Cirest a fait face, je le rappelle, à un effet ciseau conséquent à la progression accélérée de ses dépenses combinée à l’évolution plus lente de ses recettes », a rappelé Patrice Selly dans son propos introductif, ajoutant que c’est « la solidarité » qui a permis au territoire Est « de rester debout malgré la pauvreté qui la touche et malgré les retards accumulés ».

Le SCoT enfin relancé en 2024

Le président de la Cirest, qui assure avoir veillé avec ses équipes « à transformer la Cirest d’une intercommunalité de gestion à une intercommunalité de projet », a par ailleurs indiqué que plusieurs diagnostics étaient maintenant « finalisés ». « Et en nous appuyant sur cette méthodologie, les directions ont élaboré des stratégies d’action sur mesure qui, en 2024, vont entrer dans leur phase opérationnelle », poursuit-il.

Dans le domaine de l’économie, de l’insertion, et de l’emploi, une stratégie de développement économique « prendra son envol ». L’accent sera mis sur l’animation territoriale, le soutien au secteur agricole, et la création de projets majeurs comme le futur marché d’intérêt régional. Des initiatives pour soutenir les acteurs économiques, offrir des opportunités foncières, et moderniser les zones d’activité existantes, telles que le projet de Beauvallon ou celui de Sainte-Rose et l’extension de la zone d’activité de Paniandy, sont déjà en cours.

Parmi les chantiers notables à venir en 2024, on compte la mise aux normes du réseau d’eau pluviale de la déchetterie de la Plaine-des-Palmistes, la réhabilitation des décharges, l’extension de la fourrière, le réaménagement du Bassin-Bleu, la rénovation de l’éclairage public sur le sentier littoral Est, sans oublier la poursuite du TCSP. La CIREST poursuivra en 2024 le partenariat engagé avec la Région Réunion et la mairie de Saint-Benoît pour notamment l’aménagement prévu par la Région Réunion de la RN2 en Boulevard Urbain depuis Beaulieu jusqu’au giratoire des Plaines et le réseau de transport guidé, le RRTG.

La CIREST accordera une attention à l’aménagement du territoire avec la mise en œuvre du PCAET (Plan Climat-Air-Énergie Territorial) mais aussi et surtout à la relance de son Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT). Pour rappel, la CIREST est aujourd’hui le seul EPCI de l’île ne disposant pas de SCoT, de par sa caducité. Ce document, compatible avec le SAR (Schéma d’aménagement régional) et stratégique dans l’aménagement et le développement d’un territoire, sécurise notamment les actes d’urbanisme des communes (PLU).

Dans le domaine environnemental, des solutions novatrices pour la collecte des biodéchets, la modernisation des déchetteries, et la gestion durable des déchets seront à l’ordre du jour. L’eau et l’assainissement « vivront également une transformation », avec la généralisation du mode de gestion en délégation de services publics.

« Pas cette approche de travailler tout ensemble« 

À la lecture de ces orientations budgétaires, Daniel Gonthier a reproché à la présidence une « absence d’approche de travailler tout ensemble ». « Et toujours, il faut que quelque part, il y ait un petit « zin ». Un petit zin pour les anciens, qui ont fait une intercommunalité de gestion, et vous, une intercommunalité de projets. Vous auriez dû vous abstenir de vouloir blesser ce qui est un mensonge erroné », a réagi l’élu pannonais.

Ce dernier a également reproché à Patrice Selly des investissements « qui ne sont pas à la hauteur de ce qu’on a réellement besoin pour le territoire » : « ce n’est pas parce qu’on est pauvres, c’est parce qu’on ne peut pas faire mieux et que comme on ne peut pas, on aurait besoin de tendre la main encore plus ».

De son côté, Jean-Marc Péquin, élu communautaire de la majorité de Saint-André, s’est dit étonné de voir la présidence présenter le compte administratif, « qui est en cours et en tout cas pas approuvé par le conseil communautaire ». « On s’en sert quand on en a besoin, mais par contre quand on n’a pas besoin, quand on travaille sur les orientations budgétaires en investissement, on compare cette fois avec les OB de l’année dernière. Parce que si on comparait au compte administratif, on s’apercevrait que les taux de réalisation sont nettement au-dessous de ce qu’ils auraient pu être et que la comparaison serait flagrante », a conclu l’élu.

 

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Raphaël Glucksmann à La Réunion : Pour une Europe « de la solidarité »

La famille socialiste réunie au grand complet ce samedi lors du meeting de Raphaël Glucksmann à la Nordev. Plus de 2.000 personnes ont en effet assisté au grand oral du leader de Place Publique, également chef de file du Parti socialiste à l’occasion des élections européennes. Ce dernier a exposé sa vision ambitieuse pour l’avenir de l’Europe et son engagement en faveur d’une société « plus juste et équitable », notamment à La Réunion. (Photos : © Pierre Marchal / Anakaopress)

Photos : Raphaël Glucksmann visite les Jardins du Chaudron

Raphaël Glucksmann, tête de liste du PS-Place publique pour les prochaines élections européennes, a visité ce samedi 20 avril les jardins du Chaudron. Une visite qui s’inscrit dans le cadre de son déplacement de trois jours sur l’île, visant à lancer sa campagne pour les élections de juin prochain.

La délégation sénatoriale socialiste sensibilisée sur le besoin de politiques publiques adaptées aux Outre-Mer

À la veille de leur départ, les 7 sénateurs socialistes reçus cette semaine par leur homologue Audrey Belim ont fait un bilan de leur visite dans l’île. Ces derniers ont en effet entrepris une démarche de découverte des particularités et des défis des territoires ultramarins ainsi que des initiatives locales. Leurs observations seront consignées dans un livre blanc, dans le but d’influencer l’élaboration de politiques publiques mieux adaptées aux spécificités ultramarines.