Revenir à la rubrique : Politique

Joé Bédier : « Une opposition toujours dans le déni »

Joé Bédier, maire de Saint-André, offre sa lecture sur les échanges entre majorité et opposition qui se sont éternisés la semaine dernière lors du dernier conseil de l'année.

Ecrit par LG – le vendredi 24 décembre 2021 à 16H19

Le dernier conseil municipal de 2021 de la commune de Saint-André s’est tenu le 16 décembre dernier au gymnase Nicol Ledormeur. Une trentaine d’affaires était à l’ordre du jour dont 6 affaires clé sur le thème du développement économique, de la gestion du personnel, de l’éducation (PEDT) et de l’aide aux étudiants (50.000 euros/an). Force est de constater que ce conseil municipal a duré presque 4h tant les échanges entre la majorité municipale et l’opposition ont été importants.

Premier constat, 4 heures d’échanges qui illustrent le fruit du débat démocratique et l’attachement du premier magistrat de la ville au débat au sein de cette instance délibérative communale.

La présentation du résultat de l’appel à projet Valliamé était l’une des affaires emblématiques du conseil. La municipalité était fière de pouvoir présenter un projet ambitieux et cohérent pour la ville et la microrégion Est qui souffrent d’un retard structurel important et d’un déficit de l’offre économique et culturelle. Le Projet MAVA (Martin Valliamé) représente une opportunité pour le territoire de bénéficier :

– d’un complexe cinéma de 3 salles ;
– d’un complexe de loisirs et de sports indoor (futsal, padel etc.) ;
– d’une résidence hôtelière type appart-hôtel de 40 chambres niveau 3 étoiles ;
– d’un complexe de restauration variée.

Tout cela en conservant l’essence même de l’espace Valliamé, c’est-à-dire le parc végétalisé et arboré unique et déjà existant.

Ce projet répond à un besoin de la microrégion Est et de la Ville de Saint-André d’offrir davantage d’activités et d’opportunités à la population. Cela se traduit notamment par la création de plus de 200 emplois au total pendant la construction et après la livraison en 2025.

L’opposition « dénonce la création du cinéma, dénonce avec force la création d’un hôtel ». Ces propos sont graves. Où allons-nous ? Avec ce leader de l’opposition qui dénonce des projets créateurs d’emplois et une offre nouvelle pour la jeunesse de Saint-André.
 
Cette mentalité est déplorable et inconstructive. Elle ne comprend pas la complémentarité des projets. Cette bêtise et cette vision misérable du développement ont fait que la population a choisi de tourner la page lors des dernières élections de 2020. Fini le clientélisme et la familiocratie.

La ville de Saint-André se trouve à un virage stratégique de son développement, elle a besoin d’investissements, elle a besoin de créer de l’activité et de l’emploi. Ce sont ces perspectives qui permettront à notre ville de devenir plus attractive, plus dynamique et plus agréable.

Deuxième constat lors de ce conseil municipal, le mensonge permanent et la calomnie. « La casse économique et sociale » évoquée par M. Virapoullé a été organisée pendant 8 mandats, c’est-à-dire 50 ans de clientélisme ou de mauvaise gestion qui s’est illustrée in fine par une condamnation d’inéligibilité et une amende de 50.000 euros. Quel bel exemple de délinquance en col blanc que tous les responsables politiques devraient dénoncer fortement.

Autre sujet évoqué lors de ce conseil municipal, l’installation d’une entreprise de revalorisation des gisements de déchets produits par le territoire sur le site de bel ombre. C’est faire preuve de bon sens de vouloir attirer les entreprises dans une ville et de créer des emplois sur une commune. Par conséquent, accompagner une entreprise pour son installation à Saint-André afin de créer de l’activité dans une zone constructible de plus de 33 hectares est un exploit quant auparavant on a toujours voulu entretenir la rente. L’aménagement du territoire et la stratégie de réserve foncière communale afin de créer des zones d’activités économiques et ainsi favoriser l’emploi ne semble pas nécessaire pour l’opposition. C’est une aberration d’évoquer systématiquement la concurrence quand on sait que la pêche en haute mer n’est réservée qu’à un petit nombre de chanceux, bien nés ou trop gâtés.

Enfin, le sujet qui me tient le plus à cœur, la bonne gestion du personnel et la lutte contre les inégalités. En 25 ans de combat politique, je n’ai jamais cessé de rappeler que le statut du personnel communal devait être formalisé par le législateur, j’ai toujours défendu les intérêts des plus faibles et œuvré dans l’intérêt des agents. Cela encore récemment pour la prime sociale de départ à la retraite où j’ai engagé ma responsabilité personnelle.

La loi de 2019 sur la transformation de la fonction publique vient contraindre les collectivités avec pour date limite d’application 2022. Plusieurs changements sont demandés dont l’annualisation des heures pour le personnel, le passage du RIFSEEP pour améliorer la rémunération et la transparence. On peut aisément comprendre que cette loi de 2019, vous l’opposition vous l’avez volontairement oubliée à la veille des élections ou plus simplement vous avez tenté de la contourner. C’est une pratique courante, depuis l’affaire de l’amical du personnel, mais qui vous rattrape tôt ou tard avec à la clé des amendes que vous refusez de payer.

Pour conclure, je parlerai des « carences de la gestion municipale » que M. Virapoullé évoque. Il est vrai que la CRC a dressé un bilan glorieux de votre gestion municipale : endettement de la collectivité, achat de la Maison de la vanille pour 7 millions d’euros qui n’est pas adaptée pour accueillir le personnel administratif, les emplois fictifs, les logements de fonction pour les « gros bras », les occupations illégales, les déchèteries du BTP à ciel ouvert sur le Colosse, l’expérimentation de l’argent public sur le bassin de baignade. Tout cela c’est sans doute faire preuve de bonne gestion selon vous. C’est une définition à revoir car visiblement la population ne la partage pas. Tous les élus ont un rôle à jouer, en 2022 pensez à vous inscrire dans une démarche plus constructive et de bon sens pour l’intérêt général et pour Saint-André !

SUR LE SUJET :

[Vidéo – Découvrez le futur de la Maison Martin-Valliamé vu par la municipalité de Saint-André]urlblank:https://www.zinfos974.com/Video-Decouvrez-le-futur-de-la-Maison-Martin-Valliame-vu-par-la-municipalite-de-Saint-Andre_a176882.html

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« Nous avons assisté à des procès d’intention indignes menés par des opposants à la nomination d’Huguette Bello à Matignon »

« Sa décision de décliner la proposition d’occuper le poste de Première Ministre contraste complètement avec les motivations de certain.e.s ». Les mots sont ceux de la présidente de l’Union des femmes réunionnaises et sénatrice de La Réunion, Evelyne Corbière-Naminzo, qui tient à saluer l' »engagement indéfectible pour plus de justice et de solidarité́ » d’Huguette Bello. Pour rappel, cette dernière a décliné ce dimanche la proposition de la France insoumise (LFI) et du Parti communiste français (PCF) d’occuper le poste de Première ministre. Saluant le « parcours politique exemplaire » de la présidente de Région, Evelyne Corbière-Naminzo regrette que celle ci n’ait pas obtenu « un consensus total » autour de son nom pour occuper Matignon. Elle pointe en particulier le rôle joué par le Parti socialiste, qui « a pourtant pu compter sur les soutiens d’Huguette Bello à François Mitterand, François Hollande et Ségolène Royal, lors des élections présidentielles ».

Huguette Bello annonce qu’elle n’ira pas à Matignon

Malgré l’appel de ses soutiens, Huguette Bello ne sera pas nommée Première ministre. L’annonce a été faite ce dimanche par la présidente de Région elle-même dans un communiqué. Elle explique vouloir « garantir l’unité du Nouveau Front populaire » en déclinant « sans plus attendre » l’offre qui lui a été faite. « Je prends acte qu’elle ne fait pas l’objet d’un consensus entre toutes les composantes du Nouveau Front Populaire, et notamment qu’elle n’est pas soutenue par le Parti socialiste », précise la cheffe de file du PLR.

Jean-Hugues Ratenon et Joé Bédier demandent aux élus locaux de pousser la nomination d’Huguette Bello à Matignon

Dans un communiqué, le président de Rézistan’s Égalité 974, Jean-Hugues Ratenon, appelle le Parti socialiste, et notamment la fédération locale représentée par Ericka Bareigts, à faire preuve de « responsabilité » pour permettre la nomination d’Huguette Bello à Matignon. Même son de cloche pour Joé Bédier pour qui il est crucial « de placer les intérêts supérieurs des Français au premier rang », en demandant aux partis du Nouveau Front populaire (NFP) de s’entendre sur la candidature de la présidente de Région.

NFP : Comment le nom d’Huguette Bello est arrivé au centre des débats

Le Nouveau Front populaire se déchire depuis plusieurs jours autour du sujet du nouveau gouvernement qui sera formé suite aux élections législatives anticipées. Pour sortir de l’impasse, le nom d’Huguette Bello a été cité. Mais comment l’hypothèse d’une candidature de la présidente de la Région Réunion est-elle arrivée sur la table ?