Revenir à la rubrique : Faits divers

Infanticides au Port: « Les enfants étaient l’ultime moyen pour anéantir la mère »

« On se sent impuissantes », déclare Evelyne Corbière, secrétaire générale de l’Union Femmes Réunionnaises (UFR), face au triple infanticide de la Rivière des Galets perpétré ce dimanche. Le drame s’est déroulé alors que les enfants étaient en vacances chez leur père. « Ils étaient l’ultime moyen d’anéantir la victime, car elle n’était plus accessible », souligne-t-elle.  En effet, […]

Ecrit par zinfos974 – le mardi 26 mars 2019 à 11H09

« On se sent impuissantes », déclare Evelyne Corbière, secrétaire générale de l’Union Femmes Réunionnaises (UFR), face au triple infanticide de la Rivière des Galets perpétré ce dimanche. Le drame s’est déroulé alors que les enfants étaient en vacances chez leur père. « Ils étaient l’ultime moyen d’anéantir la victime, car elle n’était plus accessible », souligne-t-elle. 

En effet, la femme, Julie, avait contacté l’association UFR début février pour déclarer les violences de son conjoint et demander de l’aide. Elle a porté plainte le 6 février, appelé le 115 pour obtenir un logement d’urgence et fait toutes les démarches nécessaires. « Tout avait été fait pour qu’elle soit mise à l’abri », déclare Evelyne Corbière. 

Julie avait décidé de quitter le logement familial début février. « Elle était déterminée, j’avais face à moi une femme avec une grande force qui ne doute pas », souligne-t-elle. Elle avait conscience qu’il fallait avancer. Grâce à son acharnement, elle avait réussi à obtenir un logement dans l’Est, à Bras-Panon. « Elle avait eu les clés la semaine dernière et avait commencé son déménagement ce weekend pour que ses enfants puissent faire leur rentrée dans leur nouvelle école », confie la secrétaire générale de l’UFR. 

Pour Evelyne Corbière, « il faut absolument que les choses changent ». Bien qu’il y ait eu un premier éveil des consciences de la part du grand public, selon elle, la justice, quant à elle, reste sourde face à tout cela. La justice protège les droits parentaux, et donc celui du père, avant les droits des enfants. 

Selon elle, il y a abus de procédure. « Ils utilisent la justice contre les mamans. Moins il y aura de contact entre les enfants et le père, plus la justice s’en prendra à la mère d’avoir voulu rompre tout contact », confie-t-elle. En effet, elle avait quitté le domicile familial, mais le couple n’était pas officiellement séparé, le père n’était pas officiellement reconnu comme dangereux et coupable et avait donc toujours le droit de voir ses enfants. 

« Evidemment nous avons un espoir que ce drame fasse prendre conscience la justice, mais cet espoir est infime », confie Evelyne Corbière. Selon elle, il faudrait des magistrats entièrement dédiés à ce problème. « On dit aux femmes de partir, mais d’un autre côté on fait le constat que le système est inefficace et que les femmes battues sont toujours face à leurs bourreaux ». 

Les forces de l’ordre sont fatiguées, déclare-t-elle, « 76% des plaintes pour viol sont classées sans suite ». Au-delà de ça, le délai après un dépôt de plainte est beaucoup trop long. Evelyne Corbière confie qu’il y a « un vide juridique, les enfants ne sont pas protégés, alors qu’ils sont en réalité les premières victimes. Et c’est très grave, en ne leur donnant pas la parole, on crée des futurs adultes fragiles, voire même violents ». 

Depuis ce drame, l’UFR est submergée de demandes d’aides d’urgence. « De nombreuses femmes nous appellent car elles se reconnaissent et sont extrêmement inquiètes de subir la même chose », explique Evelyne Corbière. Or le dilemme est toujours le même « soit on leur dit de prendre le risque de confier les enfants au père, soit de ne pas le faire et ainsi prendre le risque de finir en garde à vue ». 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Sniffy : Une poudre blanche énergisante à inhaler par le nez inquiète

Encore peu connue du grand public, Sniffy, poudre blanche énergisante, vient de débarquer sur le marché dans l’Hexagone, mais fait déjà l’objet de controverses et pourrait bientôt être interdite par la loi. Cette poudre blanche, qui s’inhale par le nez, suscite l’indignation des spécialistes de l’addictologie, qui y voient une incitation à consommer de la cocaïne.

Il tente de tuer son fils de trois ans : L’accusé aura-t-il droit à un procès ?

Un homme de 37 ans, accusé de tentative de meurtre sur son fils de trois ans, a comparu devant les magistrats de la chambre de l’instruction, les experts-psychiatres ayant conclu à une abolition de son discernement au moment des faits en raison de troubles psychotiques sévères. La représentante de la société a proposé à la cour de constater son irresponsabilité pénale et une interdiction de contact avec l’enfant jusqu’à sa majorité.