Revenir à la rubrique : Faits divers

Il ouvre le feu après un différend : reconstitution au Chaudron

Le dimanche 21 juin 2020 dans le quartier du Chaudron, des détonations retentissent. L’auteur des coups de feu doit reproduire ce lundi matin les gestes menant à cette terrible scène qui a fait un mort, quatre mois après la fusillade.

Ecrit par LG – le lundi 15 novembre 2021 à 09H03

Rue de la piscine un jour de fête des pères au Chaudron, il est environ midi lorsqu’un individu armé déboule devant le domicile d’un autre homme avec lequel il a un différend. 

Présents devant la maison mais n’ayant rien à voir avec ce conflit au départ, trois hommes se font tirer dessus. Parmi les trois personnes âgées de 67, 58 et 54 ans, l’une d’elles est gravement blessée et conduite à l’hôpital. Il s’agit du père de l’homme que le tireur recherchait. 

Le tireur s’enfuit et après cinq jours de cavale, il se rend aux forces de l’ordre le jeudi 25 juin. Le 27 juin, après 48 heures de garde à vue, sa mise en examen pour tentative d’assassinat est prononcée durant son défèrement au palais de justice de Champ fleuri.

Une qualification qui a évolué quelques mois plus tard au décès de la personne qui avait été touchée sérieusement. Une personne bien connue du quartier puisqu’il s’agissait de l’ancien gardien de la piscine municipale. 

Le juge des libertés et de la détention avait décidé de le placer en détention provisoire le temps de l’instruction. Une décision prise sur demande du procureur de la République pour éviter le trouble à l’ordre public et compte tenu de la dangerosité de l’individu qui avait déjà été condamné par la cour d’assises des mineurs de Chambéry.

 

Il ouvre le feu après un différend : reconstitution au Chaudron

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Soupçons d’emplois illégaux à la Région : « Nous étions des facilitateurs »

Au troisième jour du procès sur les emplois présumés fictifs à la Région sous les mandats de Didier Robert, six prévenus ont témoigné, affirmant leur engagement et leur innocence. Yves Ferrières, Sabrina Ramin, Yannick Gironcel, Jean-Charles Maroudé, Ravy Vellayoudom, et Yoland Velleyen ont décrit leurs rôles sans pour certains fournir cependant des détails concrets sur leurs missions. Le procès continue aujourd’hui avec les dépositions attendues de Vincent Bègue et Didier Robert et les réquisitions du parquet qui permettront sans doute d’en savoir plus sur ce qu’a révélé l’enquête menée par les policiers parisiens.

Un incendie se déclare dans un immeuble SIDR à Saint-Denis

Ce mercredi peu avant 19 heures, un appartement situé au 1er étage de la résidence SIDR Camp Jacquot situé à l’angle de la rue Camp Jacquot et général de Gaulle à Saint-Denis a pris feu. Les sapeurs pompiers ont déployé la grande échelle pour accéder à l’appartement en proie aux flammes. Fort heureusement, il n’y a pas de blessés à déplorer. Par mesure de précaution, l’ensemble de l’immeuble a été évacué.

Viol d’une prostituée sur la voie publique : L’auteur présumé ne voulait pas payer

Gabriel*, mis en examen le 25 août 2022 pour un viol commis la veille sur une prostituée rencontrée via les réseaux sociaux, a donné des explications variables sur le non paiement de ses services. Il a été décrit par des experts comme ayant des difficultés relationnelles mais sans dangerosité criminelle. Malgré sa demande de libération, la chambre de l’instruction a maintenu sa détention, suivant l’avis du parquet général qui craint qu’il exerce des pressions sur la victime.

Trafic de stupéfiants en bande organisée : 45 kilos de zamal péi retrouvés au domicile d’un cultivateur

Jean-Cédric L., 45 ans, a été arrêté pour avoir cultivé 45 kg de cannabis chez lui, impliqué dans un trafic entre l’Île Maurice et La Réunion. Après un an en détention provisoire, il a été placé sous contrôle judiciaire, mais reste sous les verrous après un appel du parquet. Le réseau d’envergure bien huilé révèle des envois fréquents et volumineux vers Maurice.