Revenir à la rubrique : Faits divers

Il fauche son ex-compagne et le nouveau compagnon de celle-ci : J-P Imouche condamné à 20 ans de réclusion criminelle

Le dimanche 5 mars 2017, une fourgonnette roulant à 41 km/h percutait un couple qui traversait la rue, en plein jour à la Rivière Saint-Louis. Au volant : Jean-Pierre Imouche. Et le couple fauché n’est pas n’importe lequel. Il s’agit de l’ex-compagne du conducteur, Nicole Payet, 47 ans, et son nouveau compagnon, Jérôme Marguerite, 36 ans. […]

Ecrit par – le mardi 20 août 2019 à 17H34

Le dimanche 5 mars 2017, une fourgonnette roulant à 41 km/h percutait un couple qui traversait la rue, en plein jour à la Rivière Saint-Louis. Au volant : Jean-Pierre Imouche. Et le couple fauché n’est pas n’importe lequel. Il s’agit de l’ex-compagne du conducteur, Nicole Payet, 47 ans, et son nouveau compagnon, Jérôme Marguerite, 36 ans. Des gendarmes qui se trouvent non-loin de la scène poursuivent le véhicule qui continue sa route. Ils parviennent à l’interpeller.
 
La femme perd la vie quelques minutes après l’incident. L’homme est hospitalisé dans un état grave mais sortira heureusement 11 jours plus tard. Mais avec de lourdes séquelles neuropsychiques. Sa première réaction : « Il n’avait pas le droit de faire ça ».
 

Depuis lundi, Jean-Pierre Imouche est jugé par la cour d’Assises pour meurtre et tentative de meurtre. Il a finalement été condamné à 20 ans de réclusion criminelle. La préméditation n’a pas été retenue.

Cet homme de 61 ans, affaibli par un cancer diagnostiqué l’année dernière, pleure lorsqu’il évoque son passé et son sort aujourd’hui. « Je suis fatigué, j’en peux plus, j’ai besoin d’aide », sanglote-t-il. Un homme qui fait peine à voir mais dont les parties civiles rappellent la personnalité : violent et autoritaire selon son ex-femme et ses enfants. Selon cette dernière, elle n’avait jamais son mot à dire, de peur que la colère monte. Et pire encore pour ses filles. Jean-Pierre Imouche est en effet condamné en 2005 pour viol sur deux de ses trois filles. Sorti en 2016, c’est un an plus tard qu’il commet ce deuxième crime.
 
Un crime d’honneur plutôt que passionnel
 
Un crime passionnel comme il en existe malheureusement tant ? Non, selon l’expert psychologue. Plutôt un crime d’honneur. Amoureux de Nicole Payet il l’aurait soutenue financièrement. Des courses et autres aides à la hauteur de plus 1800 euros selon lui. La relation se détériore petit à petit jusqu’à ce qu’elle prenne fin. Il aurait donc eu le sentiment que Nicole Payet avait profité de lui. Le jour des faits, il voit le couple une première fois devant le bazardier. « Perdu », il rentre chez lui puis repart en Kangoo. Et c’est là qu’il aperçoit le couple qui traverse, main dans la main, souriant. « Une trahison » ainsi qu’une humiliation en public, pour lui. Et selon l’expert psychologue, c’est bien son ex la cible première si au moment des faits, les deux victimes sont visées.

Un acte prémédité?
 
Jean-Pierre Imouche reconnaît les faits et dit les regretter. Ou plutôt, il regrette le comportement de Nicole Payet qui l’aurait poussé à agir ainsi. Un moment de folie, affirme-t-il. La préméditation n’a en effet pas été retenue lors de l’instruction du dossier.

L’avocat général a demandé à ce qu’elle le soit. « Il s’est emparé de la seule arme qu’il avait, son véhicule, puis est parti à leur recherche », insiste-t-il. Il a demandé 20 ans de réclusion criminelle.
 
Il est condamné à 20 ans de réclusion criminelle. Et mourra donc probablement en prison. L’occasion de revenir sur une triste vie. Né d’une fratrie de 13 enfants, Jean-Pierre Imouche est le neuvième. À 13 ans, il voit son père, mort, gisant sur le sol. Il a été assassiné lors d’un règlement de compte. Un traumatisme pour le jeune garçon à l’époque. Et cette déclaration « que je n’ai jamais dit à personne » en pleine audience ce mardi : « Une semaine après la mort de mon père j’ai été violé à plusieurs reprises ». Une tentative d’amadouer les jurés ou un moment d’appel à l’aide ?
 

 

Thèmes :
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

William porté disparu depuis le 25 novembre

William Mardémoutou a été vu pour la dernière fois le 25 novembre dernier à Saint-Benoît. Il est âgé de 45 ans, il mesure entre 1,70 et 1,75m, il est de type Indopakistanais, de corpulence normale et a les cheveux courts, noirs et épais. Si vous disposez d’informations, appelez la gendarmerie de Saint-Benoît au 0262 50 33 82 ou en dehors des heures ouvrables, composez le 17.

Trafic de cocaïne Dubaï-Réunion et blanchiment : La tête de réseau présumée et sa compagne influenceuse confrontés

Il y a un an, Karim B., soupçonné d’être à la tête d’un réseau de trafic de cocaïne et de blanchiment d’argent en lien avec ce trafic, était placé en détention provisoire. Sa compagne, influenceuse et chroniqueuse TV, était également inquiétée, soupçonnée d’avoir été complice en tant que prête-nom d’une société d’import-export de véhicule qui aurait permis d’écouler une partie des sommes provenant du trafic. Tous deux vont se retrouver ce mardi après-midi dans le cabinet du juge d’instruction qui devrait confronter leurs déclarations.

Saint-Joseph : À 71 ans, elle va en prison pour violences conjugales

Une Saint-Joséphoise était jugée hier par le tribunal de Saint-Pierre pour des violences sur son conjoint en récidive. La septuagénaire souffre de problèmes psychiatriques qui lui causent une jalousie obsessionnelle avec une dangerosité avérée. Elle a été condamnée à sept mois de prison ferme.

Le Tampon : Elle le quitte, donc il tue ses poules

Un Tamponnais va passer 11 mois derrière les barreaux pour avoir commis en récidive des violences conjugales. Après avoir craché sur son ex qui tenait leur bébé dans les bras, il est allé tuer ses poules, car il affirme ne pas avoir eu d’autres solutions.

St-Louis : Une gentille voisine jugée pour abus de faiblesse

Entre avril 2017 et septembre 2019, Marie-Fabienne R. est soupçonnée d’avoir abusé de la vulnérabilité d’un homme handicapé dont elle s’occupait. Ce dernier souffre d’un handicap visuel et a rencontré la prévenue, jugée ce jeudi devant la cour d’appel, par l’intermédiaire de voisins.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial