Revenir à la rubrique : Politique

Génération Ecologie : « Au nom de la Terre ! »

Génération Ecologie apporte son soutien aux agriculteurs mobilisés depuis plusieurs jours dans l'Hexagone.

Ecrit par N.P. – le mercredi 24 janvier 2024 à 13H41

Communiqué

Génération Écologie exprime son émotion après le décès d’une agricultrice (et de sa fille) dans des circonstances tragiques sur un barrage routier.

Plus largement, nous témoignons de notre soutien à la colère du monde paysan. Le modèle productiviste détruit la nature tout autant que les femmes et les hommes qui sont des travailleuses et travailleurs de la Terre.

En France, près du tiers des agricultrices et agriculteurs ont des revenus inférieurs au seuil de pauvreté. 

Comme le souligne Nina Géron, membre du Collège Exécutif de Génération Ecologie, le modèle productiviste épuise les sols, provoque l’effondrement de la biodiversité et tue les humains. Celles et ceux qui nous nourrissent et produisent notre alimentation exercent la profession où il y a le plus de burn-outs, où se produisent deux suicides par jour, où les maladies professionnelles liées aux pesticides sont, pour la plupart, non-reconnues. Ils sont victimes de la course folle à la croissance, à la dérégulation mondiale, à la mise en compétition des agricultrices et agriculteurs du monde entier, à la disparition des cultures vivrières au profit du culte de la malbouffe.

S’y ajoute l’incompétence du gouvernement : retards de versement des aides PAC, absence de compensation des pertes liées au réchauffement climatique (sécheresseinondationsdégâts dus aux cyclones à La Réunion…), complaisance à l’égard de la profitation des oligopoles de l’agroalimentaire, complexité administrative et abandon de la ruralité. Le pouvoir actuel a aussi tourné le dos à tous les engagements pris lors des États généraux de l’alimentation et organisé la liquidation des soutiens publics à l’agriculture biologique qui représente la seule perspective d’avenir.

Nous ne sommes pas dupes de la manœuvre du gouvernement et des habituels promoteurs de l’agrochimie, adeptes des traités de libre-échange, qui cherchent à orienter les revendications légitimes sur le revenu agricole, la régulation du marché et les conditions de travail, vers un mouvement de dénonciation de la « contrainte écologique ».

Il existe au contraire une communauté d’intérêt entre les citoyennes et citoyens qui aspirent à une alimentation saine, produite localement, accessible à toutes et tous, et les planteurs et les éleveurs. La France et ses Outre-mer doivent relocaliser leurs alimentations, dénoncer les accords de libre-échange, plafonner les marges de l’agro-alimentaire, créer des milliers d’emplois agricoles par le changement des pratiques et la sortie des pesticides et des engrais pour s’adapter au changement climatique par des solutions fondées sur la nature. L’ambition doit être de réconcilier nature et agriculture. 

Pour reprendre les termes de Bruno Latour, il est temps pour notre société d’« atterrir » et de redevenir terrestre par la reconnaissance due au monde agricole !

Vincent Defaud, Responsable Outre-Mer pour le Conseil National de Génération Ecologie

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Pierrot Dupuy : « Pourquoi la désignation d’Huguette Bello comme Première ministre est peu probable »

Suite à l’annonce de la candidature d’Huguette Bello au poste de Première ministre par le Parti communiste français, la sphère médiatique nationale s’est rapidement emballée autour de la présidente de la Région Réunion. Pierrot Dupuy explique pourquoi cette candidature a peu de chances d’aboutir, tant en raison des enjeux de la Gauche au niveau national que des dynamiques locales.

Huguette Bello : Combats politiques et événements médiatiques

La présidente de la Région Réunion est pressentie pour devenir Première ministre. Cette proposition formulée par le Parti communiste français prend devient de plus en plus sérieuse grâce au soutien de Jean-Luc Mélenchon, fondateur de La France Insoumise et l’accord d’Europe Ecologie-Les Verts. Le Parti socialiste doit se prononcer aujourd’hui sur le sujet. Devenir la cheffe du gouvernement couronnerait la carrière politique très riche d’Huguette Bello, figure emblématique de la gauche à La Réunion.

Huguette Bello, Première ministre : « Une solution » pour Jean-Luc Mélenchon

Le fondateur de la France Insoumise a apporté son soutien à la proposition du Parti communiste français qui a cité Huguette Bello comme possible candidate à la tête d’un gouvernement de coalition à gauche. Le PCF et LFI sont favorables à cette idée, mais le Parti socialiste n’a pas encore donné son avis sur le sujet et doit tenir son conseil national ce samedi pour statuer sur le sujet.