Revenir à la rubrique : Culture | Société

Foire agricole de Bras-Panon : Léa Churros, Loana et Maureen prêtes pour « un show bien servi »

Durant toute la Foire agricole de Bras-Panon, les visiteurs sont comblés avec des concerts exceptionnels tous les soirs. Ce mardi, c'est un plateau exceptionnel qui attend les spectateurs. Léa Churros, Loana et Maureen annoncent qu'elles vont mettre le feu à Bras-Panon. Alors, paré pa paré ?

Ecrit par G.D./A.R. – le mardi 07 mai 2024 à 12H28

Pour la 45e fois, la Foire de Bras-Panon plonge les visiteurs au cœur du monde agricole. Du 3 au 12 mai, les 150.000 visiteurs annuels peuvent déambuler au milieu des cabris, poules ou autres bœufs. Cependant, si l’événement célèbre l’agriculture, c’est également un temps pour la culture réunionnaise. Avec 10 soirs de concerts et 55 artistes présents, la Foire de Bras-Panon est devenue un élément incontournable pour les artistes.

Pour Léa Churros, c’est déjà sa troisième participation à cet événement. Un exploit pour la jeune chanteuse qui a commencé sa carrière il y a à peine deux ans et demi. « Moin lé content, i fé 3 sur 3. Petite anecdote : c’est l’une des meilleures scènes la première fois que ma passe la Foire Bras-Panon. C’était juste énorme ! C’était la première fois que mi passe sur une grande scène à La Réunion. ‘Laisse toi aller’ venait de sortir, lété tout chaud, c’était incroyable », se remémore l’artiste et qui promet « un show bien servi » ce mardi soir.

 

 

À ses côtés, Loana est heureuse de partager la scène avec de tels artistes pour sa grande première à la Foire de Bras-Panon. « C’est un immense plaisir, parce que je sais que ce sont des artistes qui ont un certain talent, qui sont vraiment reconnus. C’est vraiment un honneur de partager la scène avec eux », assure la chanteuse qui promet une surprise à cette occasion.

 

 

Les deux Réunionnaises vont partager la scène de ce mardi avec l’invitée d’honneur de cette édition : Maureen. La Martiniquaise est arrivée hier matin et a hâte de découvrir cette scène « dont [elle a] beaucoup entendu parler » et promet « de tout déchirer » malgré la fatigue.

Pour Maureen, ce passage à La Réunion est également le moment pour promouvoir son univers et plus particulièrement son style : le shatta. Cette musique, en vogue à l’international, est un dérivé du dancehall. « C’est un style qui est né en Martinique, créé par des hommes avant tout. Par la suite, au fur et à mesure, les femmes sont venues. On est plusieurs maintenant », explique-t-elle.

 

 

Le shatta, dont la danse est très « sexy », crée nécessairement une polémique, notamment envers les femmes qui le pratiquent. Des critiques qui n’étonnent pas Maureen. « Je dirais que c’est une polémique assez générale. Peu importe ce que tu fais dans la vie, la femme en général, elle est toujours jugée, elle est toujours critiquée », souligne-t-elle.

Elle raconte ainsi les critiques qu’elle a reçues, notamment sur le fait qu’elle « n’avait pas le corps pour ». Des commentaires négatifs qui ont fini par avoir un impact sur elle, lorsqu’elle vivait une période difficile. « Mais ça n’a jamais atteint mon amour pour la musique », assure Maureen. Elle est donc parvenue à surmonter ses peurs et ses complexes pour vivre sa passion. Et c’est le public de la Foire agricole de Bras-Panon qui s’en réjouit.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué] 8 000 euros offerts pour la restauration du Chemin de croix de la Chapelle Pointue

Samedi 18 mai, dans le cadre de la Nuit des musées, Allianz France a remis à Béatrice Sigismeau, vice-Présidente du Conseil départemental, qui représentait le Président Cyrille Melchior, un don de 8 000 € pour la restauration du chemin de croix de la Chapelle Pointue, au Musée de Villèle. Une cérémonie à laquelle participait également la Conseillère départementale Eglantine Victorine.

Coup d’envoi de la Marche des visibilités ce dimanche

La Marche des visibilités va s’élancer du Jardin de l’Etat, à Saint-Denis, ce dimanche après-midi à 14h. Cette quatrième édition se terminera sur le Barachois avec des prises de parole et performances artistiques. Le Mois des visibilités doit, lui, s’achever le 25 juin prochain.

Le prix des oignons péi flambe sur les marchés

Depuis le mois dernier et l’interdiction par l’Inde de toute exportation de sa production d’oignons, les familles réunionnaises versent une larme à chaque fois qu’elles doivent s’approvisionner. Un lecteur de Zinfos974 nous a ainsi fait parvenir une photo prise samedi sur le marché de Saint-Pierre, où le prix de l’oignon péi, certes bien meilleur que son cousin indien, se négocie à 18 euros le kilo !

« L’histoire de la Buse est assez emblématique de la carrière d’un pirate de l’époque »

Si le mythe réunionnais du trésor de la Buse se nourrit depuis plusieurs décennies des nombreuses annonces, jamais confirmées, de découverte d’une potentielle cache secrète, Charles-Mézence Briseul estime qu’il faut rompre avec la coutume de la chasse au trésor et privilégier une archéologie de la piraterie. L’auteur de « La Buse, la biographie du plus grand pirate français » souligne par ailleurs que les rares éléments tangibles disponibles témoignent des difficultés financières du marin calaisien après le célèbre pillage de la Vierge du Cap.